Une "colère positive" pour Morbidelli après sa 4e place

Malgré une erreur contre laquelle il peste, Franco Morbidelli veut retenir le positif du week-end de Barcelone, notamment car il estime qu'il lui était impossible de gérer ses pneus comme il aurait dû le faire.

Une "colère positive" pour Morbidelli après sa 4e place

Franco Morbidelli a transformé sa première pole position MotoGP en quatrième place à l'arrivée du Grand Prix de Catalogne, un résultat qui lui laisse un sentiment mitigé mais qu'il veut voir comme positif. Auteur il y a deux semaines de sa première victoire, le pilote italien estime qu'il peut être fier du bilan global de son week-end à Barcelone, où une nouvelle fois il a joué les premiers rôles.

"Je suis en colère pour cette quatrième place, et c'est positif car ça veut dire qu'on a un niveau très élevé", commente-t-il. "Je vois le verre à moitié plein, je ne peux pas voir le verre à moitié vide pour une quatrième place. Je suis un peu en colère pour l'erreur que j'ai faite. J'aurais dû faire une course parfaite et monter sur le podium, mais j'ai fait une erreur. Ce n'est que ma faute et c'est dommage, mais le verre est en tout cas à moitié plein. Et même aux trois-quarts !"

Lire aussi :

L'erreur à laquelle fait référence Morbidelli est celle qui lui a temporairement coûté la deuxième place dans le 14e tour de la course. En tête durant les huit premiers tours, il admet qu'il a probablement trop forcé sur ses pneus au point de rapidement les user. Après avoir été dépassé par Fabio Quartararo et avoir tenté de le suivre, il a été relégué au troisième rang en manquant un freinage. Remonté d'un cran avec la chute de Valentino Rossi, il a fini par perdre deux places en fin de course, incapable de résister au retour des deux pilotes Suzuki.

"J'ai pris un départ magnifique. Peut-être que j'ai un peu trop poussé et un peu trop usé les pneus, car je n'étais ensuite pas prêt à me battre quand Fabio est arrivé. Quand j'étais derrière lui, je perdais un peu en ligne droite et je devais prendre de gros risques au freinage pour revenir. J'ai alors fait une erreur. J'ai failli lui rentrer dedans, alors il a fallu que je tire tout droit et j'ai perdu deux secondes, qui sont celles qui m'ont fait perdre le podium", raconte-t-il.

"Je suis donc en colère pour cette erreur, mais il faut que je sois content du bilan global de ce week-end parce que j'étais en pole position, j'ai été rapide sur le tour et rapide d'une manière générale. Peut-être qu'il m'a manqué un peu de régularité en course parce que j'ai poussé un peu trop au début de la course. Mais quoi qu'il en soit, je suis satisfait de ma performance du week-end."

Franco Morbidelli l'assure, il ne pouvait pas suivre d'autre stratégie que celle-là, étant celui qui dispose de la Yamaha la moins évoluée cette saison, une spécification qui date de l'an dernier et dont le déficit en vitesse de pointe est net. En course, la moto #21 était la plus lente de tout le plateau dans la longue ligne droite de Barcelone, à 14,2 km/h de la meilleure V-max (celle de Ducati de Pecco Bagnaia) et à 6,4 km/h de la première Yamaha, celle de son coéquipier, dans la lignée de la tendance aperçue tout au long du week-end.

"Je n'ai pas pensé à économiser mes pneus, parce que c'est quelque chose que l'on peut faire quand on a de la puissance en ligne droite. Or, je suis clairement le plus faible du groupe sur ce point. Ce week-end j'étais plus lent de 6 km/h par rapport aux autres Yamaha et à la fin de la course j'avais 22 km/h de moins que les Ducati. Je ne pouvais donc pas établir de stratégie, il fallait juste que je donne le maximum dès le départ. Je n'ai pas pu gérer les pneus, car j'ai juste voulu donner le maximum tant que j'en ai eu. Donc, oui, j'ai tout détruit, mais je pense que c'était la meilleure chose à faire pour moi et pour mon package."

"J'avais à l'esprit une stratégie claire, qui était de prendre un bon départ, d'imprimer mon rythme et d'essayer de pousser dès le début en espérant que les pneus allaient tenir ! Ça n'a malheureusement pas été le cas et j'ai commencé à être très en difficulté. C'est ma faute, ça aurait peut-être été mieux si j'avais attendu un peu, mais je n'en suis pas sûr non plus", estime Franco Morbidelli.

partages
commentaires
D'une victoire à une course "désastreuse", Maverick Viñales est perdu

Article précédent

D'une victoire à une course "désastreuse", Maverick Viñales est perdu

Article suivant

Photos - Le retour à la victoire du "diablo" Quartararo !

Photos - Le retour à la victoire du "diablo" Quartararo !
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021