MotoGP GP des Amériques

Morbidelli a passé "un cap" sur les réglages de sa Yamaha

Encore en recherche des réglages qui lui permettront d'être pleinement compétitif avec sa Yamaha, Franco Morbidelli estime qu'une nette avancée a été perçue à Austin.

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Pénalisé à l’arrivée du Grand Prix des Amériques par la direction de course, Franco Morbidelli a été surpris de perdre sa 15e place au profit d’Andrea Dovizioso. Dans l'attente de la récupérer et quelque peu frustré à l'heure de quitter le Texas, il tirait néanmoins du positif de son week-end, même si son rythme n'est pas encore au niveau de celui de Fabio Quartararo.

Avec moins d'expérience sur la Yamaha officielle que ce dernier, Morbidelli cherche toujours la bonne direction pour devenir compétitif et souffre pour le moment d’un manque de performance qui reste général dans le clan d'Iwata, mais face auquel seul Quartararo semble tirer son épingle du jeu. Avec une vitesse de pointe limitée face à la concurrence et des soucis d'adhérence récurrents, la tâche n'est pas aisée, et différentes directions ont été prises dans le box de l'Italien pour trouver des solutions, en vain jusqu'au Texas.

Malgré une base de réglages qui n'était toujours pas encore finalisée lors du dernier Grand Prix, Morbidelli et son équipe ont trouvé des ajustements qui semblent enfin apporter l'adhérence tant recherchée par les pilotes Yamaha. C'est en tout cas ce qu'il a voulu vérifier lors du warm-up, à Austin, sans succès puisque sa machine a subi un problème électronique, le contraignant à directement se lancer en course avec.

"Nous avons fait la course avec de nouveaux réglages car je n'avais pas eu la possibilité de les essayer lors du warm-up. Je les ai donc essayés en course et j'ai eu besoin de m'y adapter tour après tour. Je les ai plus appréciés mais ils doivent encore être adaptés car l'équilibre était différent. La vitesse n'était certes pas incroyable mais, au moins, j'étais en mesure de doubler, j'ai fait beaucoup de dépassements", a-t-il commenté.

Franco Morbidelli

Franco Morbidelli

Toutefois, si la moto a gagné en adhérence, elle a aussi perdu en performance dans d'autres domaines, et les prémices d’Austin ne sont donc qu'une première avancée, le travail étant encore loin d'être terminé.

"Nous avons besoin de tout assembler : la façon de passer les virages que j'avais lors des premières courses mais avec cette adhérence, cette performance au freinage que j'ai maintenant. Nous devons donc tout assembler, ça prend un peu de temps. Nous avons perdu un peu de performance globale à cause des différentes directions que nous avons prises, mais il y a de bonnes choses que je souhaite conserver. Il faut juste que nous assemblions ces bonnes directions avec les bonnes directions d'avant."

"Avec l'équilibre que j'avais avant, j'étais assez compétitif mais pas énormément. L'adhérence est le point faible de la moto, mais je crois que si nous réussissons à récupérer les choses positives que nous avions avec l'ancien équilibre, nous pourrons être très compétitifs avec ce [nouvel] équilibre et l'adhérence que je parviens à avoir."

Si le #21 espère que les planètes vont s'aligner "le plus rapidement possible" au niveau de ces réglages, il reconnaît ne pas avoir démarré la saison en étant compétitif et que beaucoup de travail est encore attendu pour qu'il puisse le devenir. Il souhaite en tout cas conserver cette base de travail pour le Grand Prix du Portugal, qui se tiendra la semaine prochaine. "Je dois m'estime content car nous avons passé un cap", a-t-il conclu.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Les remontées les plus spectaculaires de Márquez
Article suivant Le MotoGP justifie les limitations sur le holeshot device

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France