Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Morbidelli proche du top 10 malgré un contact avec Álex Márquez

Franco Morbidelli reproche à Álex Márquez un retour en piste trop agressif au GP de Catalogne, ce qui lui a fait perdre du temps et l'a peut-être privé d'un meilleur résultat.

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Franco Morbidelli sentait des progrès après les premiers essais au GP de Catalogne et figurait "comme au bon vieux temps" dans le top 10. Dans ce contexte, sa 13e place à l'arrivée, dans la lignée des cinq courses précédentes qu'il avait terminées entre la 13e et la 17e place, ne semble avoir rien d'exceptionnel mais ne dit rien du véritable rythme affiché par le pilote Yamaha.

À la fin du premier tour, Morbidelli était 21e et dernier pilote en course après un contact avec Álex Márquez, et comptait une seconde de retard sur le premier pilote qui le devançait. Il a réussi plusieurs dépassements pour entrer dans la lutte pour la 10e place et s'est donc classé au 13e rang, après avoir été doublé par Darryn Binder dans le dernier tour.

"C'était sympa parce que j'étais bon dernier dans le premier tour", a déclaré l'Italien, peut-être privé d'un meilleur résultat par l'incident du premier tour : "Álex Márquez est sorti de la piste au virage 3 et qu'il est revenu sur la piste sans se soucier des autres. J'étais un peu derrière, il a touché mon pneu avant, j'ai failli tombé et je suis passé hors piste."

"J'étais bon dernier et je suis revenu sur le groupe qui se battait pour la dixième place parce qu'on était proches d'Álex Márquez. Je suis revenu dans la lutte pour le top 10, ce qui n'est pas mauvais, mais j'ai beaucoup sollicité le pneu pour revenir, pour piloter, donc j'ai perdu le combat."

Morbidelli a compris ses forces et ses faiblesses

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Franco Morbidelli

Malgré le retard pris dans l'incident avec Álex Márquez, l'écart entre Franco Morbidelli et le vainqueur, son coéquipier Fabio Quartararo, est passé de 6'305 à la fin du premier tour à 33"168 à l'arrivée. Une partie du temps perdu l'a été dans les bagarres avec d'autres pilotes mais il illustre néanmoins le chemin qui reste à parcourir pour le vice-Champion du monde 2020.

"Une nouvelle course au dessus du par, malheureusement, mais il y a eu des progrès au cours du week-end, on a vu de bonnes choses, on a compris comment on a progressé. C'est important", a souligné Morbidelli, qui a clairement identifié ses forces et ses faiblesses sur la Yamaha.

"En EL1 j'étais leader en permanence. J'avais les sensations que je voulais, surtout quand il y avait très peu d'adhérence. Puis de la gomme a été déposée et les sensations se sont envolées. On a besoin de ce genre de sensations avec de la gomme sur la piste parce que dans un week-end de course, il y a de la gomme sur la piste."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bastianini : "Je pense que Fabio s'est échappé"
Article suivant Sixième à Barcelone, Marini confirme mais doit encore franchir un cap

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France