Morbidelli "serein" pour sortir d'une situation "pas idyllique"

Franco Morbidelli doit encore prendre ses marques sur la version la plus récente de la Yamaha. S'il sait que ce travail prendra du temps, il n'a aucun doute sur sa capacité à l'accomplir.

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Franco Morbidelli ne cachait pas sa frustration en 2021. Inattendu vice-Champion du monde et vainqueur à trois reprises la saison précédente au guidon d'une Yamaha vieille d'un an, l'Italien n'avait plus les outils pour se battre en tête, ayant conservé sa M1 vieillissante face à des motos en pleine évolution. Après un unique podium conquis à Jerez, sa saison en plus été compromise par sa blessure au genou, qui lui a fait manquer cinq courses et le gênait encore quand il a fait son retour à la compétition, sur une machine de l'équipe officielle identique à celle du Champion du monde Fabio Quartararo, qu'il avait déjà côtoyé dans le team SRT.

La condition physique de Morbidelli s'est améliorée cet hiver et il semblait en mesure d'entamer la campagne 2022 sur de meilleures bases mais il a encore été confronté à plusieurs difficultés, entre le besoin de poursuivre son adaptation aux évolutions apportées à la Yamaha depuis 2019 et les faibles progrès effectués par la marque cet hiver. Seulement 11e au GP du Qatar, il restait néanmoins confiant quant à la suite, pouvant miser sur des perspectives plus positives qu'il y a un an.

"Je suis très serein, je vais bien", a déclaré Morbidelli avant l'entame du week-end à Mandalika. "Après l'année dernière, où je n'avais pas d'issue, cette année j'en ai, au sens où je suis dans une usine qui travaille et qui est au taquet, alors que l'année dernière je n'avais pas voix au chapitre, j'étais dans une pièce sombre. En revanche, maintenant, je suis dans une pièce avec les fenêtres fermées et il s'agit seulement de trouver comment les ouvrir."

"Je suis donc serein, pas trop mais serein quand même. Je peux faire mon travail au maximum et j'ai à mes côtés des personnes qui travaillent au maximum et ça me rend un peu plus serein. Je suis conscient que la situation n'est pas idyllique et que ça n'a pas été fantastique au Qatar, mais il faut qu'on travaille et on le fait, et on va progresser." 

En Indonésie, Morbidelli a signé le deuxième temps en EL2 mais un tel résultat dans une séance d'essais n'était naturellement pas de nature à corriger définitivement le tir. "Disons surtout qu'aujourd'hui, il y avait un beau soleil qui entrait dans la pièce !" s'amusait le natif de Rome le vendredi, reprenant l'image employée la veille. "Mais pour ouvrir les fenêtres, il faut du temps. Yamaha travaille, tout le monde travaille, il faut du temps." 

Franco Morbidelli

Franco Morbidelli

Finalement 14e sur la grille en raison d'une pénalité, Morbidelli a sauvé un samedi "désastreux" en prenant la septième place dans une course pluvieuse, des conditions ne permettant pas d'évaluer véritablement son niveau actuel. La priorité du #21 est désormais d'avancer pas à pas pour se rapprocher des premières places.

"C'est ce qui compte. Faire du bon travail, réussir à se battre à nouveau pour les positions pour lesquelles j'aime me battre et réussir à trépigner à nouveau pour un podium ou une victoire le dimanche. Pour y arriver, il faut rester concentré, essayer de travailler du mieux possible, essayer d'être le plus concentré possible et c'est ce que j'essaye de faire."

"Je pense qu'on fait du bon travail par rapport à Fabio, qui est dans cette équipe et qui pilote cette moto depuis plus longtemps que moi. On fait du bon travail si on regarde la référence, qui est lui. On continue comme ça et on essaye de faire de notre mieux." 

Après sa saison 2021 à oublier, Morbidelli est quelque peu sorti des radars mais ne s'en émeut pas puisque sa volonté est de faire les gros titres grâce à ses résultats : "Si les journalistes ne parlent pas de moi, ça veut dire que ça n'en vaut pas la peine. Je n'en souffre pas, je n'ai pas la folie du protagoniste. J'ai celle de la vitesse, je veux être rapide."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Rossi : "Je me suis obstiné parce que j'y croyais"
Article suivant Puig répond à Michelin après la polémique des pneus à Mandalika

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France