Morbidelli : "La Yamaha, une moto moins physique que la Honda"

partages
commentaires
Morbidelli :
Par : Willy Zinck
5 déc. 2018 à 11:30

Le Rookie de l'année 2018 a effectué des débuts prometteurs au guidon de la M1 lors des quatre journées d'essais organisées fin novembre. Un changement radical par rapport à sa situation l'an passé à pareille époque.

Ce n'est pas un pas en avant, mais un véritable bond qu'a réalisé Franco Morbidelli dans la hiérarchie des premiers tests pour 2019. Le passage à une machine Yamaha semble avoir fait le plus grand bien à l'Italo-Brésilien, souvent bridé l'an dernier dans sa performance au guidon d'une Honda rétive et bien peu docile.

Cela ne l'avait cependant pas empêché de devenir le Rookie de l'année, qui plus est au sein d'une équipe, Marc VDS, à l'avenir incertain. On a connu mieux comme conditions pour débuter en MotoGP. Mais le Champion du monde Moto2 2017 a fait le dos rond, laissant s'exprimer enfin son plein potentiel au cours de ces derniers jours du mois de novembre.

Lire aussi :

Crédité du sixième temps à l'issue des deux séances organisées, à Valence puis Jerez, le numéro 21 ne pouvait qu'être heureux à l'issu après ses premiers tours de roue avec sa nouvelle équipe, le SIC Yamaha Petronas.

"Ces quatre jours de tests ont été très positifs pour nous, que ce soit à Valence ou ici", confirme-t-il. "On a testé beaucoup de choses pour voir un peu comment réagissait la moto et comment moi je réagissais aux modifications. Je suis très content du travail réalisé."

Différence radicale entre la Yamaha et la Honda

Moins physique et autorisant un maniement plus fluide, davantage en phase avec son style de pilotage, la M1 semble convenir à merveille à Morbidelli. "Avec cette moto je me sens plus à l'aise, ça n'est pas un secret, tout simplement parce que je suis plus rapide", a souligné celui qui a évolué à deux dixièmes seulement des meilleurs temps, que ce soit à Valence ou à Jerez. "Quand je reviens au stand et que je regarde la feuille, je suis plus ou moins tout le temps dans le top 10, alors rien que parce que je suis plus rapide je dis que je me sens plus à l'aise. Je me sentais bien aussi avec l'autre moto, c'est juste que la vitesse n'était pas là, pour de nombreuses raisons."

Lire aussi :

L'Italo-Brésilien ne cache pas en effet que la différence est très importante entre ce qu'il se sentait capable de faire sur la Honda et à présent sur la Yamaha. "C'est une autre planète", reprend-il. "On avait beaucoup de mal l'année dernière pour régler la moto, on avait du mal à obtenir de bons réglages. J'avais beaucoup de problèmes. OK, sur un tour tu peux faire un time attack et un chrono correct, mais le rythme est ce qui va faire la différence en course, alors cette fois c'était bien mieux en termes de rythme."

Un rythme qu'il semble donc avoir trouvé avec sa nouvelle machine, même s'il insiste : il détient encore une marge de progression certaine. "On a clairement progressé, jour après jour", poursuit-il. "Chaque fois que je prends la piste avec cette moto, j'apprends et je comprends plus de choses. Après, ce n'est que ma quatrième journée sur cette moto, ma deuxième fois, alors j'ai besoin de plus de temps pour la comprendre, pour faire sortir le maximum du package quand vient le moment du time attack et pour comprendre comment l'exploiter quand c'est le moment de trouver un rythme. J'ai besoin de plus de temps."

Après une fin de saison très chargée marquée par sa lutte face à Hafizh Syahrin pour le titre de Rookie de l'année ainsi que par ces quatre journées d'essais, Morbidelli va à présent avoir l'occasion de souffler, mais aussi de bien digérer toutes les nouvelles informations acquises avec le SIC Yamaha Petronas.

"Maintenant on va se reposer un peu et on se revoit à Sepang l'année prochaine. Il sera important de reprendre le rythme tout de suite. En attendant, je suis content de ces tests. Je me suis senti très bien avec l'équipe, avec tout le monde. Ce furent quatre jours très positifs."

Avec Léna Buffa

Article suivant
Iannone pense pouvoir aider Aprilia à régler "le b.a.-ba"

Article précédent

Iannone pense pouvoir aider Aprilia à régler "le b.a.-ba"

Article suivant

La Commission GP a statué sur les concessions et les pneus pluie

La Commission GP a statué sur les concessions et les pneus pluie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Essais de novembre à Jerez
Pilotes Franco Morbidelli
Auteur Willy Zinck