Résumé d'essais libres

EL1 - Nakagami saisit sa chance et devance Quartararo

Lui qui pensait ne pas pouvoir disputer le Grand Prix d'Argentine, Takaaki Nakagami a signé le meilleur temps des EL1, une séance très intense qui a donné le coup d'envoi d'une épreuve raccourcie.

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Photo de: motosport.com

Il faut admettre que l'on a eu toutes les raisons de douter de la bonne tenue du Grand Prix d'Argentine, particulièrement ces derniers jours alors qu'une partie du fret tardait à rejoindre Termas de Río Hondo, et pourtant l'épreuve a bel et bien débuté ce samedi. Après une matinée dédiée aux essais libres des catégories Moto2 et Moto3, les MotoGP ont pris la piste à 12h35 heure locale (17h35 en France). Compte tenu des modifications apportées au programme, cette première séance s'est étalée sur une heure et sera suivie par une seconde de la même durée, contre quatre séances d'essais libres habituellement organisées pour un total de 2h45.

La météo ne devrait pas perturber ce week-end, à l'activité très compactée, et c'est sous un grand soleil que ces EL1 ont débuté, avec 22°C dans l'air et un thermomètre qui allait bientôt enregistrer plus de 40°C au sol. Pour une dizaine de pilotes du plateau, il s'agissait d'une première opportunité d'arpenter cette piste au guidon d'une MotoGP, puisque le Grand Prix d'Argentine a été annulé deux ans de suite à cause de la pandémie, et il n'y avait clairement pas de temps à perdre.

Les premières références ont placé les meilleurs temps dans la fenêtre des 1'40, encore bien loin des records en vigueur. Les pilotes ont commencé par enchaîner les tours pour nettoyer un bitume traditionnellement assez sale. "J'ai parlé avec quatre ou cinq pilotes et ils disent que la piste est très, très sale", a expliqué Piero Taramasso, responsable Michelin, interrogé par le site officiel du MotoGP après le premier tiers de la séance. "Certains disent qu'on dirait les deux premiers jours en Indonésie, nous avons donc besoin de temps pour nettoyer la piste et la gommer. Ils disent aussi que les pneus patinent assez facilement, mais c'est dû aux conditions de piste."

Durant ce début de séance, Takaaki Nakagami s'est fait remarquer en figurant dans la première partie du classement, et même plusieurs fois à la première place. De quoi se faire plaisir pour le pilote japonais, qui a craint de ne pas pouvoir disputer ce Grand Prix après avoir été testé positif au COVID-19 en début de semaine, mais qui a finalement pu rejoindre le circuit à temps, testé négatif et aidé par le retard pris par le programme.

C'est Fabio Quartararo qui a été le premier à passer sous la barre des 1'40. Le Champion du monde en titre n'a toutefois pas longtemps résisté à la charge des frères Espargaró, passés en tête à la mi-séance avec un avantage d'un peu plus d'un dixième pour Aleix sur Pol. Alors que le pilote Aprilia a augmenté son avance, Quartararo a réussi à répliquer pour s'intercaler entre les deux frères, puis c'est Álex Rins qui a fait rétrograder Pol Espargaró à son tour.

Zarco 22e, 5e puis 15e

À vingt minutes de la conclusion, la référence détenue par Aleix Espargaró était de 1'39"509. À ce stade, toutes les marques étaient représentées dans le top 10, mais certains top pilotes apparaissaient très distancés, et notamment Johann Zarco, seulement 22e. Le Français a réussi à réagir pour se hisser à la 15e place, avant un tour gâché par une erreur puis une nouvelle amélioration le portant au huitième rang. Une dernière attaque a semblé le mettre à l'abri en le portant à la cinquième position, à moins d'une demi-seconde d'Aleix Espargaró, mais rien n'était toutefois encore assuré, ni pour l'un ni pour l'autre.

Vous vous souvenez de Takaaki Nakagami ? Eh bien, le pilote LCR s'est à nouveau propulsé en tête avec un temps de 1'39"486. Dans le même temps, Joan Mir s'est porté à la troisième place, à moins d'un dixième du Japonais. Alors que Zarco améliorait encore pour se porter à égalité de Pecco Bagnaia, Quartararo n'était plus que septième, mais n'avait pas dit son dernier mot. À l'approche des cinq dernières minutes, la Yamaha #20 s'est portée en tête avec un temps de 1'39"216, lui offrant 0"270 d'avance sur Nakagami. Un écart qui allait bientôt être réduit à 0"293 par Álex Rins.

Bezzecchi fait sensation

Descendu à la 12e place, Brad Binder a lui aussi profité de cette phase bouillante de la séance pour se hisser dans le top 5. C'était l'heure du time attack, ces quelques minutes où les pneus tendres et frais à l'arrière offraient à des machines allégées toutes leurs chances d'extraire le maximum de leur potentiel sur le tour lancé, et Marco Bezzecchi a alors fait sensation : le rookie italien est monté jusqu'à la sixième place, puis Remy Gardner s'est porté dans le top 10 à son tour.

Quartararo a une nouvelle fois amélioré la référence (1'39"155)… et pourtant il n'affichait plus que 0"075 sur Bezzecchi ! Il restait une poignée de minutes et les attaques continuaient à venir de toutes parts. Nakagami a alors sorti l'artillerie lourde pour se replacer en tête en 1'39"028, alors que Pol Espargaró plaçait une autre Honda en troisième position, un millième seulement devant l'Aprilia de son frère Aleix. La hiérarchie ne changerait plus désormais, et c'est donc bien à Nakagami qu'est revenu le meilleur temps de ces EL1.

Finalement cinquième sous le drapeau à damier, Bezzecchi a réussi à se maintenir devant Rins, les KTM de Miguel Oliveira et Brad Binder, celles-ci encadrant l'Aprilia de Maverick Viñales. La dixième place est revenue à Joan Mir, alors qu'Enea Bastianini, leader du championnat, ou encore Pecco Bagnaia ont été relégués en dehors du top 10.

N'ayant pu améliorer son temps après s'être porté dans le top 5 à quelques minutes seulement de la conclusion de la séance, Johann Zarco a terminé finalement 15e. Comme Jack Miller (17e), Franco Morbidelli (18e) ou encore Jorge Martín (20e), il aura l'obligation de réussir les EL2 pour espérer accéder directement à la Q2.

Les MotoGP reprendront la piste à 15h40 heure locale (20h40 en France) pour une seconde séance d'essais libres d'une heure : c'est le classement combiné de ces deux séances qui déterminera qui seront les dix pilotes directement qualifiés pour la Q2, alors que deux tickets de repêchage seront en jeu en Q1.

Lire aussi :

Argentina GP d'Argentine – MotoGP – EL1

P. # Pilote Moto Tours Temps Écart
1 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 25 1'39.028  
2 20 France Fabio Quartararo Yamaha 28 1'39.155 0.127
3 44 Spain Pol Espargaró Honda 24 1'39.223 0.195
4 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 19 1'39.224 0.196
5 72 Italy Marco Bezzecchi Ducati 21 1'39.230 0.202
6 42 Spain Álex Rins Suzuki 26 1'39.274 0.246
7 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 26 1'39.318 0.290
8 12 Spain Maverick Viñales Aprilia 23 1'39.396 0.368
9 33 South Africa Brad Binder KTM 26 1'39.425 0.397
10 36 Spain Joan Mir Suzuki 26 1'39.427 0.399
11 23 Italy Enea Bastianini Ducati 19 1'39.589 0.561
12 63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 25 1'39.622 0.594
13 87 Australia Remy Gardner KTM 22 1'39.704 0.676
14 73 Spain Álex Márquez Honda 27 1'39.756 0.728
15 5 France Johann Zarco Ducati 27 1'39.802 0.774
16 10 Italy Luca Marini Ducati 20 1'39.830 0.802
17 43 Australia Jack Miller Ducati 21 1'39.899 0.871
18 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 27 1'39.960 0.932
19 49 Italy Fabio Di Giannantonio Ducati 20 1'40.004 0.976
20 89 Spain Jorge Martín Ducati 24 1'40.182 1.154
21 40 South Africa Darryn Binder Yamaha 23 1'40.293 1.265
22 6 Germany Stefan Bradl Honda 23 1'40.346 1.318
23 25 Spain Raúl Fernández KTM 26 1'40.474 1.446
24 4 Italy Andrea Dovizioso Yamaha 26 1'40.721 1.693

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le programme du GP d'Argentine MotoGP
Article suivant Dani Pedrosa plus qu'un pilote d'essais pour KTM, "un mentor"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France