Réactions
MotoGP GP des Amériques

Miguel Oliveira dernier, "clairement pas ma place"

Seul constructeur à ne pas figurer dans le top 10 après la première journée d'essais, KTM connaît un début de Grand Prix difficile à Austin, mis en évidence par la dernière place occupée par Miguel Oliveira.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Factory Racing

Il y a trois semaines, Miguel Oliveira montait sur la plus haute marche du podium, en Indonésie. Vendredi, c'est à la dernière place qu'il a conclu la première journée d'essais du Grand Prix des Amériques. Certes, la piste d'Austin n'a pas véritablement souri à KTM jusqu'à présent, avec une huitième place pour meilleur résultat en 2019, mais rien n'annonçait pour autant une telle déroute lors des premiers essais libres.

"Une journée difficile, vraiment très difficile", résumait le pilote portugais vendredi soir. "Pour être honnête, j'ai du mal ne serait-ce qu'à piloter la moto. On a hâte d'être à [samedi] parce qu'on a besoin de progresser, d'améliorer la moto et de faire en sorte qu'elle corresponde plus à mon style et à nos besoins. L'équipe est sur le coup, je leur fais bien sûr confiance pour me donner un coup de main et je suis sûr que demain ça ira mieux."

Avant-dernier des EL1, Oliveira n'a pas réussi à afficher la moindre progression tangible durant la seconde séance, et l'annulation de son meilleur temps dans le time attack pour avoir dépassé les limites de la piste n'y a rien changé, puisque celui-ci n'aurait pas amélioré sa position.

"On a essayé de faire deux réglages différents pour l'après-midi et rien n'est véritablement ressorti comme étant bien meilleur", a-t-il expliqué. "J'ai tout simplement du mal quand je suis sur les freins et en entrée de virage, c'est là qu'on a un gros manque. Dans ma dernière sortie en pneus neufs, j'ai même eu beaucoup de vibrations, ça n'était clairement pas agréable. Quoi qu'on ait essayé, il semble que cela n'ait pas été la réponse à nos problèmes."

"La piste s'est améliorée en termes de bosses et de grip, donc il n'y a aucune raison qu'on soit autant en difficulté", a ajouté Oliveira au micro du site officiel. "On essaye donc de comprendre ce qu'on peut faire pour [samedi]. Il va assurément falloir faire une meilleure moto qui me permette de mieux piloter, et sortir de cette dernière position qui n'est clairement pas ma place."

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Brad Binder

Au guidon d'une KTM qui n'a pas subi de changements radicaux depuis le dernier Grand Prix disputé sur place il y a six mois, le pilote portugais est d'autant plus perplexe d'avoir d'aussi mauvaises sensations. "C'est quelque chose d'unique. La moto est très similaire à celle de l'année dernière, on a juste des différences d'aéro, en somme, mais tout ce qui pouvait fonctionner pour répondre à nos commentaires et à nos difficultés la saison dernière semble ne pas fonctionner à présent, donc il faut qu'on prenne une direction différente et qu'on étudie ce qui pourrait fonctionner."

Se laver la tête samedi à la reprise

Miguel Oliveira attend désormais les EL3, samedi matin à partir de 9h55 heure locale (16h55 en France) pour se remettre sur de bons rails. "Même si c'est une séance durant laquelle on se qualifie plus qu'on n'essaye des choses, le premier run doit en gros nous servir à nous laver la tête et résoudre un peu les soucis que l'on a actuellement."

De l'autre côté du stand, Brad Binder est, certes, mieux positionné, mais lui non plus ne figure pas dans le top 10 à ce stade. Invariablement distancé d'environ une seconde par le leader en EL1 comme en EL2, le Sud-Africain, actuellement deuxième du championnat, a concédé que cette journée s'était révélée "un petit peu plus difficile que ce à quoi [il] s'attendait en abordant ce week-end".

"On a essayé quelques petites choses, mais on n'a pas encore vraiment trouvé le chemin à suivre. Je crois qu'on est un peu plus loin que ce qu'on devrait", a jugé Binder. "[Vendredi] matin, j'ai eu des soucis avec l'avant, mais je l'avais mis sur le compte du pneu ou de la gomme que j'utilisais à ce moment-là. L'après-midi, on a mis les bons pneus pour voir, mais j'ai quand même quelques difficultés en termes de sensations sur l'avant. L'objectif pour [samedi] est donc d'essayer de trouver de meilleures sensations sur l'avant pour que je sois un peu plus en confiance. Si on arrive à faire ça, je suis confiant quant au fait qu'on pourra faire du bon boulot."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bastianini retrouve ses sensations du début de saison
Article suivant À Austin, la hiérarchie s'inverse entre Viñales et Espargaró

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France