En difficulté en ligne droite, Petrucci est optimiste pour Valence

Après avoir sauvé une dixième place lors du Grand Prix de Teruel en dépit de situations délicates dans les confrontations directes avec ses adversaires, Danilo Petrucci compte sur Valence, et sa ligne droite moins pénalisante, pour rebondir.

En difficulté en ligne droite, Petrucci est optimiste pour Valence

Après un double week-end morose en Aragón pour la quasi-totalité du groupe Ducati, Danilo Petrucci a voulu quitter les lieux avec une pointe d'optimisme, qu'il a puisée dans des changements de réglages et des progrès dans la gestion du pneu arrière. "Après les qualifs, j'ai failli essayer la moto de la semaine dernière, mais on a finalement gardé l'évolution que l'on avait, et ça s'est bien passé", se félicitait le pilote italien à l'issue de la course.

Une course qui l'a vu évoluer bien loin des avant-postes, lui qui a remporté le Grand Prix de France deux semaines plus tôt, mais durant laquelle il a livré une performance personnelle qu'il jugeait satisfaisante au vu des difficultés qu'il traîne depuis plusieurs semaines.

"J'ai clairement eu beaucoup de difficultés en ligne droite, entre le quatrième et le sixième rapport. On l'a remarqué depuis le Red Bull Ring et c'est un problème car je n'arrive pas à me maintenir à proximité des autres pilotes pour les passer", déplorait-il au micro du site officiel du MotoGP. "J'étais très en difficulté en ligne droite et je ne pouvais tout simplement pas dépasser les autres pilotes, ou ne serait-ce que rester proche d'eux. Heureusement, j'avais de très bonnes sensations au freinage, où j'étais très agressif, et cela m'a un peu aidé à doubler d'autres pilotes."

Lire aussi :

Distancé par ses adversaires en ligne droite, Petrucci ne peut que constater qu'il n'exploite plus aussi bien que par le passé la puissance de la Ducati lorsqu'il s'agit d'être lancé à pleine vitesse, ce qui se répercute inévitablement sur des combats difficiles à mener au moment où arrive le freinage. "Il y a deux-trois ans, j'étais souvent le plus rapide en ligne droite. Cette année, l'aéro a probablement un peu changé par rapport à l'année dernière", soulignait-il, en observant sa vitesse de pointe, la plus faible parmi les Ducati.

"C'est probablement aussi lié au fait que je suis plus grand et que je fais plus de résistance à l'air, mais les autres années il y avait moins d'appendices et ça m'aidait sans doute un peu. Il est clair que j'en souffre beaucoup, pas tant au niveau des chronos mais plutôt du fait que je n'arrive pas à me défendre. Je n'arrive pas à rester proche des autres pour dépasser. Je dois vraiment freiner tard, très en retard, et je prends donc beaucoup de risques."

Petrucci a malgré tout réussi à compenser cette perte en réussissant ses entrées dans les virages et en rattrapant du temps dès qu'il se trouvait seul. Dix-huitième sur la grille, 16e à la fin du premier tour après les chutes survenues au départ, il s'est défait de Bagnaia puis a réussi à passer Bradl au bout de huit tours. En toute fin de course, l'abandon d'Aleix Espargaró puis ses dépassements sur Dovizioso et Crutchlow l'ont hissé à la dixième place finale.

"Je puis plutôt satisfait du rythme que nous avons affiché", se félicitait-il. "Évidemment, partir devant la voiture de sécurité n'était pas l'idéal, mais il fallait en tirer le maximum. Au moins, quand j'étais seul, mon rythme n'était pas si mauvais. Il me manquait deux dixièmes par rapport à d'autres motos, mais c'était uniquement entre le quatrième et le sixième rapport."

"J'étais beaucoup plus rapide en entrée de courbe, j'arrivais à freiner plus tard, mais dans la ligne droite opposée et dans la ligne droite principale, ainsi qu'aux virages 11 et 12, je perdais beaucoup de temps, alors qu'à la fin de ces virages, il y a beaucoup de zones de freinage dans lesquelles j'étais bon. C'était donc très dur de doubler mais au final, j'ai essayé de ne pas faire d'erreur. Je suis plutôt satisfait de ma remontée. Il est clair qu'avec une meilleure position de départ, c'est une course où nous aurions pu nous battre un peu plus haut dans le classement."

Cal Crutchlow, Team LCR Honda

"Content de [sa] performance personnelle" en quittant Alcañiz, il se voulait confiant pour les deux prochains Grands Prix, qui seront disputés à Valence, une piste qui ne présente qu'une seule véritable ligne droite, de 100 m plus courte, et dont la vitesse de pointe est de 15 km/h inférieure à celle d'Aragón. "C'est clair que se battre si dur pour une dixième place, ça n'est pas ce qu'on a connu de mieux, mais j'espère qu'à Valence la situation sera meilleure. Le bitume est assez récent par rapport à celui-ci, qui est très vieux, alors je suis positif car j'ai de bonnes sensations sur la moto, on a juste manqué d'un peu de grip en entrée de virage."

"C'est clair que cela me donne de gros espoirs. Sur cette piste, on est très en difficulté au moment d'atteindre l'angle maximum, parce que la piste est très usée, or à Valence, c'est bien, j'ai de très bonnes sensations sur la moto. Les réglages sont plus ou moins les mêmes qu'à Barcelone. J'ai retrouvé mes bonnes sensations au freinage, alors je suis très optimiste pour Valence, parce qu'il n'y a pas beaucoup de lignes droites, comme au Mans. Je veux donc m'y battre pour les positions qui comptent."

Lire aussi :

Lui qui sait pertinemment que l'on peut d'une semaine à l'autre passer de la plus haute marche du podium à la dernière place de la zone des points espère à présent que l'ultime série de trois courses pourra lui sourire à nouveau. "Tout peut toujours changer, d'autant qu'on avance dans l'année et on a pu voir à quel point trois gouttes d'eau au Mans pouvaient peser lourd. À Valence, il fait toujours très froid, le bitume est neuf", soulignait-il.

"À mon avis, la donne change beaucoup par rapport aux autres années", précisait-il, souhaitant oublier le palmarès mitigé de Ducati à Valence. "Cette année, il est vraiment difficile de prévoir avant les courses ce qui va se passer. La seule chose que j'avais prévue, c'est que je serais compétitif au Mans et ça a été le cas, alors je ne me risque plus à dire quoi que ce soit d'autre, je ne fais plus de pari pour cette année !"

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
Bagnaia compte sur les données de Zarco pour se relancer

Article précédent

Bagnaia compte sur les données de Zarco pour se relancer

Article suivant

Viñales alerte : Yamaha n'a "pas les armes" pour lutter avec Suzuki

Viñales alerte : Yamaha n'a "pas les armes" pour lutter avec Suzuki
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021