Passer chez Honda a mis en lumière le manque d'essais pour Espargaró

Pol Espargaró admet qu'il se sentait "surchargé" d'essais à mener lorsqu'il a quitté KTM pour rejoindre Honda en MotoGP en 2021, avant de réaliser à quel point ceux-ci pouvaient manquer quand on roule pour la marque japonaise.

Pol Espargaro, Repsol Honda Team, et Marc Marquez, Repsol Honda Team

Depuis l'arrivée de KTM en MotoGP en 2017 et jusqu'en 2020, c'est Pol Espargaró qui a été le fer de lance du développement de la moto autrichienne. Son rôle était si central que son départ en 2021 a été un véritable déchirement dans le clan de Mattighofen. Mais l'Espagnol avouait alors ne pas avoir pu dire non à la proposition rêvée, celle de courir sous les couleurs de Repsol Honda.

Seulement, le pilote catalan a eu beaucoup de mal à retrouver la forme qui était la sienne sur la RC16, ne décrochant que deux podiums en deux ans, avant de repartir vers KTM lorsque son contrat avec Honda a pris fin. C'est ainsi qu'il a réintégré le team Tech3 en 2023, équipe qu'il avait connue à ses débuts en MotoGP lorsqu'elle était partenaire de Yamaha, mais qui est aujourd'hui la structure satellite du constructeur autrichien.

Dans l'intervalle, le rapport de force entre marques japonaises et européennes s'est inversé, à tel point que Honda et Yamaha occupent actuellement les dernières places au classement des constructeurs. De son côté, KTM a intégré le clan des gagnants après une progression notable d'année en année.

Avant d'en arriver là, la RC16 s'était déjà illustrée par des évolutions constantes au cours de ses trois premières saisons en MotoGP, ce qui, selon Pol Espargaró, était devenu "super stressant". Chez Honda, il a expérimenté un fonctionnement complètement différent, celui d'une marque fonctionnant sans doute trop sur ses acquis.

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com lors du Grand Prix de Saint-Marin, Espargaró explique qu'il s'est vite rendu compte que Honda n'avait pas la même capacité que KTM à faire en sorte que les pilotes gardent "le feu au cul".

"Lorsque j'ai quitté KTM, j'étais surchargé", a-t-il déclaré l'homme aux huit podiums MotoGP lorsque nous lui avons demandé si cela avait été un choc pour lui de revenir à la méthode de travail de KTM après ses deux années difficiles chez Honda. "Les trois premières années ont été particulièrement dingues. Sur certaines courses, on testait même deux châssis au cours du week-end. Le niveau de risque qu'on acceptait était fou, et aussi le niveau de pression et le stress du week-end. Sachant qu'on allait essayer quelque chose de nouveau et qu'on n'avait pas de réponse, c'était aussi très stressant."

"Ensuite, j'ai rejoint Honda et j'ai réalisé que tester beaucoup de choses permettait de rester 'en vie'. Quand tout ralentit et que vous n'avez pas de bons résultats, vous réalisez à quel point le fait de tester des choses vous manque. Cela permet de garder 'le feu au cul'."

Aucun doute sur son contrat pour 2024

C'est avec un contrat de deux ans que Pol Espargaró a fait son retour dans le giron KTM cette saison. Un grave accident lors des essais du GP du Portugal l'a toutefois laissé sur la touche pendant les neuf premières manches. De retour à Silverstone, le mois dernier, il a depuis marqué huit points et obtenu pour meilleur résultat une sixième place à la course sprint du GP d'Autriche.

Pol Espargaro, Tech3 GASGAS Factory Racing

Pol Espargaró a retrouvé le clan KTM avec un contrat de deux ans.

Aujourd'hui, son avenir reste incertain car le constructeur autrichien cherche une place pour Pedro Acosta, actuel leader du Moto2 et qui a en poche un contrat pour passer en MotoGP avec KTM en 2024. Le coéquipier d'Espargaró, Augusto Fernández, a affirmé avoir également prolongé le sien cet été, bien qu'aucune annonce officielle n'ait été faite.

Mattighofen étant dans l'impossibilité d'obtenir une place supplémentaire sur la grille, on pense que Jack Miller va conserver sa place aux côtés de Brad Binder dans l'équipe officielle et que les deux pilotes Tech3 seront comparés pendant la fin du championnat afin de déterminer lequel restera.

À plusieurs reprises, Espargaró a assuré être en sécurité à son poste et ne pas s'inquiéter de la situation, ce qu'il a réaffirmé à Motorsport.com à Misano. "Je comprends, mais c'est ce que toute la presse a généré", a-t-il déclaré, évoquant cette inquiétude qu'il pourrait ressentir. "Ce n'est pas ce que je pense. Je n'ai pas l'impression que mon avenir soit en danger. Personne ne m'a vraiment dit cela. J'ai un contrat. Vous n'allez pas voir Pecco [Bagnaia] pour lui demander : 'Pecco, qu'est-ce que tu vas faire de ton avenir ?'. Il a un contrat. Eh bien, c'est exactement la même chose pour ma place."

"On répond souvent à cette question, mais ceux qui doivent donner les réponses sont les propriétaires du constructeur − pas nous, pas les pilotes. On est contents parce qu'on a le contrat, et c'est ce qui compte."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Un chaos bureaucratique bloque des équipes et pilotes avant le GP d'Inde
Article suivant Le GP d'Inde convaincu que le problème de visas sera résolu

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France