Poncharal heureux de retrouver le Zarco du début d'année

partages
commentaires
Poncharal heureux de retrouver le Zarco du début d'année
Par : Léna Buffa
23 oct. 2018 à 11:50

Le patron du team Tech3 retient les éléments positifs d'un Grand Prix du Japon qui a confirmé le gain de places des Yamaha dans la hiérarchie.

Depuis deux Grands Prix, le clan Yamaha a repris un peu de couleurs. Valentino Rossi a enchaîné deux quatrièmes places en Thaïlande et au Japon, Maverick Viñales est monté sur le podium de Buriram, Hafizh Syahrin est remonté dans la hiérarchie pour atteindre la 12e place en Thaïlande, puis la dixième au Japon. Quant à Johann Zarco, il a obtenu une cinquième place puis une sixième, avec au passage des essais prometteurs à Motegi.

Qualifié deuxième, le Français pouvait même espérer se battre aux avant-postes le week-end dernier, mais c'était sans compter sur son début de course compliqué, qui l'a fait descendre jusqu'au huitième rang. Les chutes de Jack Miller puis d'Andrea Iannone lui ont permis de remonter de deux crans dans la hiérarchie, mais c'est surtout la réduction de son retard sur Valentino Rossi qui a attiré l'œil, le Cannois semblant avoir l'opportunité de s'emparer de la première place du camp Yamaha sur la fin de course. Álvaro Bautista allait finalement l'en empêcher, l'Espagnol l'ayant coupé dans son élan et privé de la cinquième position.

Lire aussi :

Au final, même si le dénouement n'est pas tout à fait à la hauteur des espoirs nourris la veille, Hervé Poncharal n'a pas caché sa fierté face à la performance livrée par son pilote.

"Comme toujours à Motegi, il se passe beaucoup de choses pendant la course MotoGP. Nous n'avons clairement pas eu le départ que nous espérions avec Johann. Jack [Miller] était un peu agressif, il l'a heurté deux fois et nous n'avons pas pu tirer le bénéfice de notre place en première ligne. Il a juste essayé de rester à l'extérieur sur pratiquement chaque virage du premier tour, mais on perd alors beaucoup de positions et, à partir de là, la mission a simplement été de revenir et d'essayer de rattraper les gars qui le devançaient", explique le team manager.

"Il est certain qu'il n'avait pas le rythme, et je pense que personne dans le camp Yamaha ne pouvait se battre dans le groupe de tête, mais la déception a commencé à s'évaporer quand nous l'avons vu revenir. Il a rattrapé Valentino [Rossi] dixième après dixième. À environ quatre tours de la fin, il était revenu à quatre dixièmes de lui, alors nous étions vraiment impatients de voir ce qui pouvait se passer pendant ces derniers tours. Malheureusement, Bautista était en train de le rattraper, il l'a passé et l'histoire s'est arrêtée là. C'était trop tard pour essayer de passer Valentino."

"Ça a été une course difficile, mais je pense que Johann a fait de son mieux et je veux le remercier pour l'ensemble de ce week-end parce qu'il a fait preuve d'un excellent état d'esprit et d'une très forte détermination en piste. C'est ce que nous voulons et nous sommes heureux de le voir comme il était quand il a commencé l'année", pointe Hervé Poncharal.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Aucune nouveauté technique pour expliquer les progrès

Après les premiers essais libres, le patron de l'équipe Tech3 qualifiait un éventuel top 5 de résultat de "rêve", aussi peut-il y avoir une réelle satisfaction de voir que cette cible n'a échappé au Français que pour à peine plus d'une seconde. On est bien loin, il faut l'admettre, des ambitions de victoire nourries par le clan tricolore il y a encore cinq mois et, si les performances se sont améliorées ces deux dernières semaines, il est difficile d'en expliquer la raison. Une seule chose est certaine : aucune nouveauté technique n'en est à l'origine, la M1 de Bormes-les-Mimosas étant destinée à terminer la saison inchangée alors qu'approche la fin du partenariat entre Yamaha et Tech3.

"C'est quelque chose de difficile à expliquer", admettait Hervé Poncharal auprès du site officiel MotoGP lorsqu'il était interrogé pendant les essais libres sur cette hausse de performances. "Il doit y avoir quelque chose dans la combinaison des pneus, de la moto et du pilote, qui fait que la mayonnaise prend mieux, mais comme vous pouvez l'imaginer nous n'avons rien reçu de nouveau, aucune amélioration technique qui pourrait expliquer pourquoi nous étions si loin en Aragón et pourquoi en Thaïlande et au Japon nous avons été proches des avant-postes. Après son premier run en EL1, Johann a enlevé son casque et nous a dit : 'Après les deux premiers tours, j'avais un grand sourire sous mon casque, j'ai trouvé une moto qui répond à ce que j'aime'."

Lire aussi :

S'il ne peut expliquer ce changement de performances, Hervé Poncharal n'en est pas moins enthousiaste : "C'est ce qui rend notre sport intéressant. Si c'est toujours la même chose course après course, c'est un peu ennuyeux. D'une piste à l'autre, sans aucun changement sur la moto, avec le même pilote, les choses peuvent être différentes."

Tech3 et Johann Zarco devront maintenant espérer que cette tendance sera maintenue sur les trois prochaines courses et qu'aucun autre changement inexpliqué ne fera redescendre la courbe de performances.

Article suivant
Nakagami "déçu et désolé" pour ses fans à domicile

Article précédent

Nakagami "déçu et désolé" pour ses fans à domicile

Article suivant

GP du Japon : le point sur les duels entre coéquipiers

GP du Japon : le point sur les duels entre coéquipiers
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Lieu Twin Ring Motegi
Pilotes Johann Zarco
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités