MotoGP GP du Qatar

C'était un 13 avril : quand le MotoGP courait un lundi au Qatar

Il y a 13 ans, le MotoGP connaissait une situation inédite, avec une course disputée le lundi ! La veille, une pluie torrentielle étaient venue troubler les plans à Losail et repousser l'épreuve de la catégorie reine.

Une tempête fait rage sur le Losail International Circuit

Manche d'ouverture de la saison depuis 2004, le Grand Prix du Qatar confronte généralement les équipes aux mêmes défis : des qualifications et une course en nocturne rendant les séances d'essais disputées de jour peu pertinentes et des tempêtes de sable susceptibles de salir la piste et perturber le comportement des motos. En 2009, ce sont des conditions météo diamétralement opposées qui sont venues chambouler le déroulement du week-end.

Sur un circuit situé aux portes d'une ville de Doha où l'on dénombre habituellement moins de dix jours de pluie par an, il est assez naturel d'anticiper une course sur piste sèche. Et pourtant, un véritable déluge s'est abattu sur Losail, au point de modifier les plans du MotoGP dans des proportions inédites.

Une violente averse avait déjà semé la pagaille dans les tests de pré-saison, mais les premières séances du week-end de course s'était déroulées sans problème. La situation a changé le dimanche matin, dans les premiers tours de la course de la catégorie 125cc. Interrompue après quatre boucles, l'épreuve n'a pas été relancée et Andrea Iannone a été déclaré vainqueur devant Julián Simón, qui avait pourtant chuté après le drapeau rouge, tandis que seule la moitié des points a été attribuée.

Une forte pluie s'est abattue sur le circuit de Losail avant la course du MotoGP

Une forte pluie s'est abattue sur le circuit de Losail avant la course du MotoGP

S'est alors posée la question du maintien des deux autres courses prévues puisqu'à l'époque, les trois catégories roulaient de nuit à Losail et que même avec des conditions de piste praticables, les reflets des projecteurs sur les portions humides étaient susceptibles de gêner les pilotes. Valentino Rossi et Loris Capirossi, à l'époque pilote et pas encore délégué de la Dorna, ont ainsi accompagné Franco Uncini, le responsable de la sécurité, dans des tours de reconnaissance en voiture.

L'averse s'étant arrêtée, la course de 250cc a pu se dérouler sur piste sèche, mais avec un retard de 40 minutes et une durée ramenée à 13 tours, contre les 20 initialement prévus, afin de ne pas modifier l'heure du départ en MotoGP. Héctor Barberá s'est alors imposé devant les Français Jules Cluzel et Mike Di Meglio.

Les préparatifs de la catégorie reine se sont déroulés sans accroc mais à quelques minutes du tour de formation et alors que les pilotes étaient tous sur la grille, la pluie a fait son retour... dans des proportions bien plus importantes que dans les heures précédentes ! Le circuit était détrempé et face à l'intensité de l'averse, maintenir la course n'était plus possible. Plusieurs options se sont présentées, allant jusqu'à une reprogrammation de l'épreuve six mois plus tard en profitant de l'annulation du GP de Hongrie, mais il a finalement été décidé de reporter la course au lundi.

Casey Stoner, unique vainqueur en MotoGP un lundi

Casey Stoner, unique vainqueur en MotoGP un lundi

Une fois réglé le casse-tête logistique posé par cette reprogrammation, la course a bel et bien pu être disputée après un nouveau warm-up, programmée à 21h00 locales soit deux heures plus tôt que ce qui était prévu le dimanche. Elle a cependant moins marqué les esprits que les événements de la veille.

Casey Stoner a mené de bout en bout après être parti depuis la pole et s'est imposé dans cette toute première épreuve avec un manufacturier de pneus unique, Bridgestone à l'époque. Celui qui portait les couleurs de Ducati a devancé Valentino Rossi, qui allait décrocher son dernier titre mondial cette année-là, et le second pilote Yamaha officiel, Jorge Lorenzo.

Ce Grand Prix est à ce jour le seul de l'Histoire du MotoGP à avoir été disputé un lundi. En 2017, Losail a frôlé une nouvelle annulation, encore à cause de la pluie, mais la course a finalement eu lieu, bien que repoussée et écourtée, contrairement aux qualifications la veille, qui n'avaient pas pu être maintenue. Une tempête avait également provoqué un report du départ à Indianapolis neuf ans plus tôt. En 2018, l'annulation n'a cette fois pas été évitée sur le circuit de Silverstone, après des heures d'attente sous de très fortes averses sur un asphalte qui n'offrait pas un drainage suffisant. L'idée d'un report au lendemain avait été avancée mais finalement rejetée.

La question s'est à nouveau posée au GP d'Indonésie cette année, au plus fort de l'averse avant le départ. La course a finalement pu se dérouler avec 1h15 de retard sur l'horaire initial.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Brad Binder marque le pas et dégringole au championnat
Article suivant Andrea Iannone devient coach de pilotes amateurs pour Aprilia

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France