Pas de pression pour Quartararo, leader avant le GP de France

Avec trois victoires à son actif, Fabio Quartararo est aux commandes du MotoGP à l'heure d'investir le circuit du Mans. Autant dire que son excitation est décuplée avec son Grand Prix à domicile !

Pas de pression pour Quartararo, leader avant le GP de France
Charger le lecteur audio

Fabio Quartararo aura l'honneur de se présenter sur le Grand Prix de France, cette semaine, en leader du championnat, une première pour un pilote tricolore en MotoGP. Celui qui détient cette année une véritable chance d'offrir à la France son premier titre dans la catégorie reine a encore six manches à disputer pour aller au bout de son effort, et le rendez-vous en Sarthe aura assurément une saveur toute particulière dans ce parcours.

"C'est sûr que ça me fait bizarre, parce que même en Moto3 et en Moto2 je n'ai jamais été leader d'un championnat et je le suis en MotoGP après la mi-saison", constate le pilote Petronas, certes étonné mais pas déconcentré pour autant. "C'est toujours un plus d'être leader du championnat. Il y a peut-être une pression supplémentaire, mais moi je ne le vois pas vraiment comme une pression parce qu'au final on est devant. J'ai huit points d'avance sur Joan Mir et pour moi c'est plus une motivation. [En être là] avant le Grand Prix de France, c'est quand même extraordinaire ! Je me sens bien, même mentalement. J'ai vraiment hâte de faire mes premiers tours de roue au circuit du Mans et de voir le potentiel que l'on a pour ce week-end."

Lire aussi :

Son potentiel, il a eu l'opportunité de le saisir au cours des huit premiers Grands Prix. Car si cette saison s'est jusqu'à présent distinguée par son irrégularité, avec des hauts et des incessants pour bon nombre de pilotes, une domination s'est dessinée, celle de Yamaha, qui a réussi à se démarquer en ayant remporté cinq de ces huit premières courses (dont trois tombées dans l'escarcelle de Quartararo). Au passage, la M1 a décroché six pole positions (dont deux pour le Français), et il s'agit, selon lui, du point fort que la machine d'Iwata a le plus intérêt à exploiter pour avoir l'avantage sur la dernière partie du championnat.

"Je pense qu'un des avantages de notre moto c'est qu'on peut se permettre de faire un tour très rapide en qualifs, et en général le rythme des Yamaha est bon, c'est donc un avantage de partir tout le temps de la première ou de la deuxième ligne", souligne le pilote au numéro 20, interrogé par Motorsport.com sur ce que serait le point fort de la Yamaha pour maintenir sa domination lors des six courses à venir.

"Pour les prochains Grands Prix, je pense que ce sera super important pour nous de faire de bonnes qualifs. Je pense que ce sera le cas pour Aragón : c'est un circuit avec une très longue ligne droite et où l'on aura du mal, mais à Barcelone c'était pareil, il y avait une ligne droite super longue et pourtant on a pu se battre devant. Donc on verra bien, mais je pense en tout cas que le plus important ce sont les qualifs."

Avant de s'aventurer dans le désert du Teruel, le championnat fera étape en Sarthe, et pour le pilote Petronas il s'agit d'un Grand Prix qui pourrait convenir à la Yamaha. "Je pense que la M1 performe super bien là-bas. Maintenant, il faut voir [ce qu'il en sera] avec les nouvelles carcasses de Michelin, parce que toutes les machines sont super proches. Mais on sait que la M1 s'adapte très bien sur ce circuit, où l'on a vu la victoire de Maverick [Viñales] en 2017, après s'être battu avec Valentino [Rossi], et celles de Lorenzo en 2015 et 2016. On sent que la M1 est bien là-bas alors je pense que ça pourrait être un très bon Grand Prix pour nous."

"Je suis motivé au max ! J'ai vraiment hâte d'être à vendredi pour faire mes premiers tours sur le circuit", assure Fabio Quartararo. "Notre performance en course l'année dernière peut être un de mes meilleurs souvenirs [au Mans], ça me donne vraiment envie d'arriver sur le circuit Bugatti. On a fait le meilleur tour en course l'année dernière et on avait un super rythme jusqu'à la fin. Je me sens vraiment confiant pour cette année."

partages
commentaires

Voir aussi :

Une 2e année chez Ducati, une stabilité à exploiter pour Zarco

Un Grand Prix de France "miraculé" et soulagé de se tenir enfin