Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Quartararo privé de la Q2 à cause d'une fin de séance "chaotique"

Fabio Quartararo n'a eu droit qu'à un tour rapide à la fin des Essais au GP de Catalogne, et n'a pas réussi à intégrer le top 10, contrairement à Álex Rins. Le Français est néanmoins encouragé par le nouveau carénage sur sa Yamaha.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Álex Rins a prouvé que la Yamaha avait le niveau pour entrer directement en Q2 à Barcelone, mais Fabio Quartararo en a été privé en raison d'un dernier relais trop cours en Essais. Le Français a dû attendre que sa moto soit prête et il a repris la piste très tardivement, ce qui ne lui a permis de faire qu'un seul tour rapide. Il a dû se contenter de la 14e place alors que sa M1 est plus performante ce week-end, grâce à l'ensemble aérodynamique validé lors d'un test au Mugello la semaine dernière.

"C'est un peu mieux", a confirmé Quartararo. "Sincèrement, l'aéro fait ce que l'on attendait. C'est dommage, c'était chaotique pour le time attack. On a pris trop de temps pour changer une chose sur la moto, je n'ai fait qu'un seul tour dans le deuxième relais, avec des drapeaux jaunes, donc je n'ai pas pu faire le tour. Mais si on regarde le rythme, il était assez bon. Passer à côté de la Q2 pour cette raison, je pense que ce n'est pas l'idéal mais dans l'ensemble, je pense que la base était bien meilleure qu'avant."

Quartararo n'avait plus qu'une moto à disposition pour la fin de séance, après avoir fait partie des nombreux pilotes à terre. Des changements étaient nécessaires mais ont pris trop de temps : "On a modifié la longueur de la chaîne parce qu'on a essayé un bras oscillant plus long. L'autre moto a eu une chute mais on s'est arrêtés beaucoup trop tard."

"Si on avait changé le pneu et qu'on était repartis, ça aurait été bon, mais ça n'allait pas, donc on a dû faire un changement et ça nous a fait perdre dix minutes. Malheureusement, c'était les pires dix minutes du week-end !"

Encore des difficultés sur un tour

Comme souvent, Quartararo n'a pas perçu les progrès qu'il espérait dans l'exercice du time attack, alors que Rins parvient à faire un bond en avant plus significatif quand il se confronte au chronomètre : "Il y a quelques circuits sur lesquels j'ai beaucoup de mal et on ne sait pas du tout pourquoi. J'ai fait un 1'39"6 en rythme de course, pourquoi je ne peux pas faire 1'39"3 dans le time attack ? C'est une chose que je ne peux pas comprendre parce que notre rythme de course est super rapide – pour nous, par rapport aux autres c'est différent – mais je pense que notre rythme a été super bon."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Quand on prend un pneu neuf, on ne peut pas comprendre. Si vous regardez Álex, il y a une grosse différence entre son rythme de course et sur un tour, mais pas pour nous. C'est une chose que j'essaie de comprendre et que l'équipe essaie aussi de comprendre."

"Je ne sens pas de différence [sur un tour]", a détaillé le natif de Nice. "Évidemment, il y a peu de carburant, ce qui me fait gagner du temps, mais je ne sais pas pourquoi on ne peut pas progresser autant que les autres. Par rapport à notre rythme de course, même dans le test au Mugello, sur un tour c'était un problème pour nous. On doit analyser pourquoi."

Des nouveautés aérodynamiques efficaces

Si le bilan de la journée est un peu décevant pour Fabio Quartararo, il reste encourageant à plus long terme grâce au nouveau carénage, qui sera bien validé et deviendra le deuxième des trois auquel Yamaha a droit sur la saison : "L'aéro aide, surtout en entrée de courbe. Je pense que ça aide dans ce domaine mais on travaille sur des domaines pour gagner beaucoup plus de temps. Je pense que c'était une bonne décision d'avoir cet ensemble aéro ici."

Álex Rins reste mesuré sur l'apport de ces nouveautés à Barcelone, mais pense qu'elles seront plus utiles au Mugello dans une semaine. "Sur cette piste, je ne pense pas que ça nous aide beaucoup parce qu'avec le manque de grip, le problème vient plus de l'arrière que de l'avant ou de la vitesse en courbe", a commenté l'Espagnol. "C'est sûr que ça aide, j'ai senti qu'avec ce carénage, je pouvais avoir un peu plus de vitesse en courbe, la moto tenait un peu mieux la trajectoire mais on a plus de soucis à l'arrière."

"C'était beaucoup mieux au Mugello, peut-être un gain de deux dixièmes", a souligné Rins. "Un pilote veut toujours plus que deux dixièmes mais deux dixièmes au tour, à la fin ça fait des secondes."

Alex Rins, Yamaha Factory Racing

Álex Rins

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Rins a en tout cas vécu ce qu'il qualifie de "bonne journée" alors qu'elle avait mal débuté. Un "changement extrême" dans la géométrie de sa moto lui a permis de gagner en confiance sur la Yamaha dans l'après-midi et de signer le neuvième temps : "C'est toujours important d'entrer directement en Q2, ça aide beaucoup pour partir au moins en milieu de grille."

"Ce matin, on glissait beaucoup de l'arrière, il semble que cette piste était différente par rapport à la normale. Habituellement, je suis assez en confiance quand il n'y a pas d'adhérence, on trouve la motricité et le grip mais ce n'était pas le cas ce matin, on avait beaucoup de mal. On a complètement changé les réglages dans l'après-midi et je me sentais beaucoup mieux."

"On a beaucoup travaillé sur la course sprint, pour essayer de contrôler et de gérer le pneu. C'était une bonne journée parce qu'on a pu faire de gros progrès sur notre moto entre la matinée et l'après-midi."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Essais - Nouveau record à Barcelone pour Espargaró, Márquez en Q1
Article suivant Espargaró : "Je ne pense pas que je vais rester chez Aprilia"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France