Réactions
MotoGP GP du Qatar

Quartararo "très malchanceux" avec les drapeaux jaunes à Losail

Fabio Quartararo n'a pas pu accéder à la Q2 à Losail, malgré un rythme qui avait tout pour le lui permettre. La faute à deux chronos annulés successivement.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Seulement 21e de la séance d'essais du Grand Prix du Qatar vendredi soir, Fabio Quartararo peut nourrir une frustration légitime. Car son chrono retenu est anecdotique. Reparti à l'offensive en fin de séance, le Français a vu sa marque être effacée à deux reprises en raison de la présence de drapeaux jaunes en bord de piste.

C'est la règle, qu'il accepte avec fatalité tout en soulignant la malchance qui l'a frappé au plus mauvais moment. "Aujourd'hui c'est à moi que c'est arrivé, peut-être que le week-end dernier c'est arrivé à quelqu'un d'autre, mais j'ai été très malchanceux", résume le Champion du monde 2021. 

La journée a débuté par des essais libres lors desquels Fabio Quartararo a écarté définitivement le pneu medium à l'avant. "En gros je n'ai pas fait de tour chrono avec ce pneu", explique-t-il. "J'avais un très mauvais feeling, donc on a décidé de mettre le tendre pour le dernier time attack."

Un choix qui a payé, sans être récompensé : "Tout de suite, le premier tour était en 1'53"2, mais il y a eu un drapeau jaune dans le dernier virage. Après, j'ai relancé pour un tour, j'ai amélioré dans le premier secteur, avant de nouveau un drapeau jaune dans le deuxième secteur, et c'était fini. Mais le feeling était vraiment bon, je pense que l'on aurait pu faire 1'53"0 ou 1'53"1, c'est quelque chose que l'on aurait pu réussir."

Sur un tour, c'est là que l'on doit vraiment progresser.

Un tel chrono aurait placé Fabio Quartararo en Q2. Las, il devra en passer par la Q1 samedi, un exercice qui l'inquiète davantage quant à ses chances de prendre l'un des deux tickets encore mis en jeu. 

"C'est le problème", redoute-t-il. "Je pense que le rythme, on l'a plus ou moins, mais sur un tour, clairement, en sortie de certains virages à l'accélération, il nous en manque énormément. En vitesse de pointe pure, je freine vraiment très, très tard par rapport au radar, donc en regardant sur le papier ça peut paraître bon, mais il en manque pas mal dans certains domaines, comme en deuxième, troisième ou quatrième rapport. J'espère que demain on pourra avoir le rythme sur un tour et essayer d'aller directement en Q2."

Être bien placé sur la grille demeure une nécessité pour le pilote Yamaha, qui est davantage optimiste pour son rythme de course et appelle une nouvelle fois de ses vœux des progrès dans le time attack.

"La régularité est vraiment bonne, la performance est bonne, je fais des petits 1'54 en permanence, et ce sont d'excellents chronos", précise-t-il. "Mais il nous manque quelque chose sur un tour. Sur un tour, c'est là que l'on doit vraiment progresser. Je pense que le point faible pour nous, c'est que le grip de la piste est vraiment très élevé, et les autres constructeurs peuvent beaucoup utiliser leur puissance en sortie de virage. Nous on ne peut pas, et c'est quelque chose qui nous pénalise beaucoup."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent VR46 a "deux ou trois noms" pour remplacer Marini en 2024
Article suivant Martín fier de sa gestion "très mature" d'une séance difficile

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France