Quartararo : "Je ne voyais pas l'intérêt de reprendre la piste"

Fabio Quartararo sentait que sa Yamaha était endommagée après sa première chute au GP des Pays-Bas mais Yamaha n'a pas voulu qu'il abandonne. Le Français assure que sa deuxième chute n'était pas de son fait et la met sur le compte d'un anti-patinage défaillant.

Charger le lecteur audio

La première chute de Fabio Quartararo à Assen, dans laquelle il a emmené Aleix Espargaró hors piste et perdu tout espoir de bon résultat, a déjà été beaucoup commentée et a entraîné une pénalité pour Silverstone, mais la seconde a surtout suscité l'interrogation. Bon dernier après sa première erreur, le Français a constaté que sa Yamaha avait des dégâts et après quelques tours, il a préféré regagner la voie des stands.

Quartararo n'a finalement passé que quelques secondes devant son garage avant d'être renvoyé en piste, car même s'il n'avait plus grand-chose à jouer, son équipe se disait qu'une possible averse était susceptible de l'aider à sauver quelques points.

"Dès que je suis reparti [après la première chute], je me suis dit que j'allais attaquer mais je suis rentré parce que je sentais un problème", a expliqué Quartararo, qui n'a pas vraiment compris le choix de son équipe : "Ce n'était pas ma décision parce que si je m'arrête [au stand], c'est pour m'arrêter."

 

"Il y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas", a-t-il ajouté. "Le team a dit 'on repart, il peut pleuvoir.' J'avais un tour de retard donc je ne sais pas ce que je pouvais jouer mais tant qu'à faire j'ai dit 'allez, je continue à pousser'."

La M1 avait bien des dégâts et Fabio Quartararo est certain qu'ils sont à l'origine de sa deuxième chute, bien plus brutale que la première. Deux tours après avoir repris la piste, sa moto s'est déséquilibrée en sortant du virage 5 et il en a été brutalement éjecté.

La deuxième chute de Fabio Quartararo

La deuxième chute de Fabio Quartararo

"La deuxième [chute] n'était pas de ma faute", a assuré le Niçois au site officiel du MotoGP. "Quelque chose ne fonctionnait pas sur la moto, je le sentais quand je m'étais arrêté mais ils m'ont dit d'attaquer, d'essayer de faire quelque chose. Mais j'étais déjà à un tour donc je ne voyais pas l'intérêt de reprendre la piste."

"Ils font des analyses mais je suis plutôt certain qu'un capteur du traction control était assez endommagé", a-t-il ajouté lors de sa rencontre avec les journalistes, précisant que sa moto était presque droite quand il en a perdu la maîtrise sans rien pouvoir faire : "J'ai pu rattraper [la première grosse secousse] mais dès qu'il y a eu un petit mouvement, il y a eu la seconde."

Fabio Quartararo souffrait de l'épaule gauche après sa deuxième chute

Fabio Quartararo souffrait de l'épaule gauche après sa deuxième chute

Lourdement tombé sur l'épaule droite, Quartararo s'est estimé "chanceux de ne rien avoir de cassé" mais la douleur est également morale après un Grand Prix qu'il n'a pas abordé de la façon souhaitée : "On avait parlé avec l'équipe. La stratégie était d'essayer d'attaquer si j'étais en tête mais si j'étais derrière, c'était d'éviter les erreurs et j'ai fait strictement l'inverse. Ce n'était vraiment pas volontaire mais j'ai fait une erreur idiote."

Quartararo ne veut cependant pas garder un goût amer et que cette épreuve vienne ternir une première moitié de saison plus que réussie. "Je vais m'en vouloir pendant deux jours et après je vais réfléchir à toutes les courses précédentes que j'ai bien faites", a nuancé celui qui reste un solide leader du championnat. "Ce n'est pas le bon ou le mauvais [moment pour faire une erreur]... C'était juste une erreur stupide !"

Lire aussi :

partages
commentaires
Premier podium pour Bezzecchi : "Une course incroyable !"
Article précédent

Premier podium pour Bezzecchi : "Une course incroyable !"

Article suivant

Fabio Quartararo et Yamaha en colère après la pénalité

Fabio Quartararo et Yamaha en colère après la pénalité