Rins : Avec un demi-tour de plus, je pouvais tenter de passer Zarco

Álex Rins a une nouvelle fois dû composer avec la douleur à Brno, mais il a tout de même réussi à décrocher une belle quatrième place, dans la roue de Johann Zarco.

Rins : Avec un demi-tour de plus, je pouvais tenter de passer Zarco

Álex Rins a décroché une solide quatrième place au Grand Prix de République Tchèque, et n'a manqué le podium que pour 0"139. Bien qu'il ait mis Johann Zarco sous pression dans les derniers tours, le Français a su fermer les portes là où c'était nécessaire et user de la puissance de sa Ducati pour se protéger. Le pilote Suzuki, quant à lui, estime que s'il avait eu quelques kilomètres de plus, il serait peut-être parvenu à ses fins.

"Franchement, c'est dommage car avec un demi-tour ou un autre tour complet de plus, je pense que j'aurais été en mesure d'essayer de le dépasser. Je suis arrivé vraiment vite sur les deux derniers tours !" observe l'Espagnol, aussi rapide que Brad Binder, voire plus que quiconque, dans les quatre derniers tours. "Mais la quatrième place est suffisante. Je m'étais dit avant la course que si je terminais sur le podium avec un tel effort, ça serait incroyable. Alors, quoi qu'il en soit la quatrième place est très bien pour nous", souligne Álex Rins, tout sourire.

Lire aussi :

Il faut dire que cette course a été une nouvelle épreuve de force pour lui, et ce même si Brno est une piste un peu moins agressive que Jerez pour son épaule blessée. Il a ainsi admis avoir senti qu'un manque de force dans l'épaule l'a empêché de se montrer aussi mordant qu'il l'aurait voulu face aux autres pilotes et à dépasser autant qu'il l'aurait souhaité. "Habituellement, lorsque je suis en train de reprendre quelqu'un, je suis en mesure de le dépasser assez facilement en deux ou trois virages et sur cette course j'ai eu plus de mal", constate-t-il.

Auteur d'un très bon départ qui l'a mené de la 11e place sur la grille à la septième à la fin du premier tour, il s'est d'abord employé à se défaire d'Aleix Espargaró avant de voir chuter son frère cadet. Nous en étions alors à la mi-course et il comptait un peu plus de trois secondes de retard sur le binôme Quartararo-Zarco.

La pénalité du pilote Avintia et les grandes difficultés de Quartararo avec ses pneus ont contribué à réduire cet écart, puis Rins a fait le reste avec Rossi, qui l'avait alors rejoint. La Yamaha #20 a été avalée dans le 17e tours, impuissante, puis la progression s'est arrêtée là, malgré la pression exercée sur Zarco dans les dernières boucles.

"Je suis très content parce que j'ai été en mesure de contrôler ma course, la durée de vie des pneus, et même ma position", se félicite-t-il. "En début de course, j'ai eu du mal à accrocher les gars de devant ; j'ai piloté un petit peu plus lentement. L'an dernier, le rythme de course avait été bien plus rapide que celui de cette année et j'avais eu beaucoup de mal sur les cinq derniers tours, avec beaucoup de patinage dans les lignes droites, alors que cette fois j'ai lutté seulement dans les deux derniers tours et ça n'a pas trop affecté mes temps."

Après avoir adopté ce rythme quelque peu discret en début de course, il a progressé tour après tour, jusqu'à fournir un effort louable dans son état à la fin de l'épreuve. "Je suis très fatigué, j'ai plus de douleurs à l'épaule, mais c'est normal après un effort aussi terrible", souligne Rins. "La douleur a été là pendant toute la course. Je me suis trouvé dans une mauvaise situation entre les tours 5 et 12 parce que j'avais très mal à ce moment-là, mais j'ai essayé de me concentrer sur le pilotage et sur le pilote devant moi pour essayer de le reprendre. Il est certain que si je n'avais eu personne devant moi pendant la course, j'aurais ressenti plus de douleur. Mais là, mon esprit était occupé à me demander comment je pouvais être plus rapide pour le reprendre."

Durant tout le week-end, Rins s'est efforcé de gérer cette douleur, provoquée par une fracture de la tête de l'humérus qu'il ne souhaite pas faire opérer pour le moment. Après avoir fourni un gros effort samedi pour les EL3 et les qualifications, il n'a pas roulé au warm-up afin de se préserver. Aidé par des antidouleurs avant la course, il a pu être soulagé suffisamment pour tenir le coup sur 21 tours.

"Je pense que je vais encore avoir mal pendant plusieurs courses, car le week-end prochain il y a l'Autriche et la semaine suivante l'Autriche de nouveau ! Si je suis chanceux et que je n'ai pas d'autre chute ça devrait aller comme ça. On verra en fin de championnat. J'espère réduire la douleur jour après jour, semaine après semaine, on verra comment ça ira."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires

Voir aussi :

Dans la tête de Brad Binder, nouveau vainqueur en MotoGP

Article précédent

Dans la tête de Brad Binder, nouveau vainqueur en MotoGP

Article suivant

Honda confirme l'absence de Marc Márquez au GP d'Autriche

Honda confirme l'absence de Marc Márquez au GP d'Autriche
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021