MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
28 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
36 jours
16 avr.
Prochain événement dans
50 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
91 jours
03 juin
Prochain événement dans
98 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
112 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
119 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
133 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
168 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
182 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
196 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
203 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
224 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
238 jours
28 oct.
Prochain événement dans
245 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
259 jours

Pour Rins et Mir, instaurer des consignes maintenant serait incorrect

Suzuki aborde la fin du championnat avec un problème de luxe, celui d'avoir un pilote au sommet du classement général et un autre qui vient d'ouvrir le compteur de victoires de l'équipe. Les principaux intéressés, eux, ne veulent pas entendre parler de consignes pour le moment.

partages
commentaires
Pour Rins et Mir, instaurer des consignes maintenant serait incorrect

Étrange situation que celle de Suzuki, qui pour la première fois en 20 ans a retrouvé le leadership du championnat, mais au terme d'un Grand Prix remporté par l'autre pilote de l'équipe que celui qui tient à présent les rênes du classement général. Alors que les écarts restent minimes, Álex Rins, vainqueur en Aragón, pointe à seulement 36 points de son acolyte, de quoi complexifier encore un peu plus la gestion interne. Davide Brivio comptait sur l'émulation entre ses deux jeunes pilotes cette saison, et il ne croyait sans doute pas être aussi bien servi !

L'hypothèse d'instaurer des consignes d'équipe afin de maximiser les chances de Joan Mir n'est toutefois pas à l'ordre du jour pour le moment. "Parler de hiérarchie alors qu'il reste 100 points en jeu, c'est vraiment tôt, je pense", estime Rins. "Personne chez Suzuki ne m'a demandé de laisser passer Joan. Je trouverais cela un peu incorrect à ce stade du championnat. Je suis à 36 points et tout est possible."

"J'ai encore mes chances, mais si elles disparaissent je serai bien sûr totalement d'accord d'aider Joan", assure le vainqueur du Grand Prix d'Aragón. "Si je ne décroche pas le titre j'aimerais bien sûr que ce soit Joan", promet-il. "Je suis ici depuis 2017, je donne tout pour faire en sorte qu'on ait une moto compétitive, et si ce n'est pas moi, il vaut mieux que ce soit mon coéquipier. Mais on verra. Il reste peu de courses mais il y a beaucoup de points en jeu, et il est certain que ce sera serré jusqu'au bout."

Lire aussi :

Mir lui-même s'y oppose à ce stade. Interrogé ce jeudi pour savoir si des consignes avaient désormais été transmises aux deux pilotes, le Majorquin s'est montré fair-play : "Non, parce qu'Álex peux décrocher le titre. Quand il ne sera plus en lice pour le titre, je pense que cela pourra être bien d’en parler. Mais pour le moment, cela n’a pas de sens d’en parler, parce qu'Álex fait du bon travail. Ce ne serait pas juste de lui imposer des consignes s'il a ses chances."

"Tant qu'il a des chances de gagner le championnat, il ne comprendrait pas qu'il y ait des consignes d'équipe. Il fait de très bonnes courses et ce ne serait pas logique. Le jour où il n'aura plus d'options de décrocher le titre, la situation sera différente", ajoute le jeune pilote majorquin, appuyant l'approche suivie jusqu'à présent par son directeur d'équipe, qui gère la situation pas à pas. "Il faut que cela continue comme ça, et quand il n’aura plus ses chances, je pense que ce n’est pas moi, mais Davide qui en parlera aux deux pilotes. Je pense que ce sera comme ça. Je ne sais pas quand, mais je suppose que ce sera comme ça."

En attendant de devoir s'attaquer à cette délicate question, Davide Brivio assure faire de l'accession à la victoire de Joan Mir la priorité immédiate. "La hiérarchie est décidée par celui qui est en tête du championnat", estime le Majorquin, qui ne veut toutefois pas se laisser distraire. "Je pense que ce que dit Davide est juste, nous partageons la même façon de penser. Ce qui est important c'est de penser à gagner des courses, et il est clair que tandis que l'on est en quête de victoire, il est important de marquer des points et d'être sur le podium. Si vous cherchez à gagner comme un fou, vous pouvez perdre votre régularité."

"Ce n'est pas par hasard que l'on soit en tête du championnat, c'est que l'on compte plus de podiums que n'importe qui. En ce moment, ce que je mettrais en avant dans le dernier tour d'une course, c'est la possibilité de gagner la course et non le fait de penser au championnat. Mais au fond de moi, je dois savoir que l'on se bat pour cela."

Lire aussi :

Une semaine après la première victoire de l'équipe conquise par Rins, Mir tentera à nouveau d'ouvrir son compteur sur le même circuit d'Aragón, qui accueille cette fois le Grand Prix de Teruel. Arrivé en MotoGP la saison dernière, le jeune pilote apprend à gérer ce scénario aussi nouveau qu'inattendu pour lui, tout en gardant autant que possible les pieds ancrés dans la réalité. "C'est génial d'être en tête du championnat, mais ça le sera encore plus si je suis le dernier jour", pointe-t-il. "On va essayer de toutes nos forces de gagner une course, ça me plairait, mais je préfère toujours le championnat et je pense que c'est logique. Je suis en MotoGP depuis un an et demi maintenant et je pense que c'est normal de ne pas encore avoir gagné de course, ce qui ne l'est pas c'est de se battre pour le titre."

Álex Rins, quant à lui, peut nourrir quelques regrets pour cette saison, d'abord compte tenu de la blessure qui l'a affaibli dès le premier Grand Prix, puis de ses chutes en Autriche et en France alors qu'il se battait déjà pour la tête de la course. "Ça pèse très lourd de ne pas avoir les points de ces deux courses", admet-il. "Les circonstances sont ce qu'elles sont. Nous avons travaillé dur pour en arriver là où nous sommes et nous allons continuer à croire en nous."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

Zarco compte sur la confiance acquise pour la 2e course d'Aragón

Article précédent

Zarco compte sur la confiance acquise pour la 2e course d'Aragón

Article suivant

Nakagami disposera de la Honda de dernière génération en 2021

Nakagami disposera de la Honda de dernière génération en 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Álex Rins , Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020