Rossi et Morbidelli impuissants en fond de peloton

À l'image de Maverick Viñales sur la moto officielle, les pilotes Petronas SRT ont souffert au guidon de leur Yamaha au Sachsenring, impuissante face aux autres machines dans le dense trafic de la fin de peloton.

Rossi et Morbidelli impuissants en fond de peloton

Le Grand Prix d'Allemagne a, certes, permis aux six constructeurs de figurer dans le top 10 à l'arrivée de la course, ce qui n'était précédemment arrivé qu'une fois cette saison, et Yamaha a bel et bien joué à l'avant tout au long du week-end avec Fabio Quartararo, cependant les autres pilotes du groupe d'Iwata ont été considérablement à la peine.

Cela s'est particulièrement vu en course, où Maverick Viñales a évolué hors des points, longtemps dernier, alors que son coéquipier français jouait le podium. Jamais jusqu'ici, l'Espagnol n'avait manqué les points lors des courses MotoGP dont il a vu l'arrivée depuis qu'il évolue dans la catégorie. La veille, il avait déjà obtenu la plus faible qualification de sa carrière, avec le 21e temps.

Lire aussi :

Durant la course, Viñales n'a rivalisé pour le gain de l'avant-dernière place qu'avec Franco Morbidelli, tout aussi impuissant. "Cela a été une course difficile pour nous", a expliqué le pilote italien, qui s'est d'abord senti pénalisé par sa 17e place sur la grille. "Malheureusement, j'ai fait une erreur en qualifications, je partais de loin et je savais déjà que la course allait être comme ça. On a essayé quelque chose [au warm-up] pour rendre la moto un peu plus agressive au freinage et y avoir un peu plus de performances. On a réussi à le faire et je me suis senti un peu mieux au freinage, mais ensuite en course, je n'ai pu dépasser personne sur les freins parce qu'on atteint le virage trop loin de nos adversaires, donc c'est impossible de doubler. Je ne pouvais que regarder et puis j'ai terminé la course. Je sais que ça craint, mais c'est la situation en ce moment, c'est comme ça."

"J'ai vu que Maverick avait beaucoup de mal à dépasser. Il avait un peu plus de vitesse que moi en ligne droite, donc il avait un peu plus d'occasions de dépasser le groupe, mais il n'y est pas parvenu", observait Morbidelli. "Je pense que le problème principal, celui qui nous a arrêtés, c'était d'être derrière un groupe de motos impossibles à dépasser. On ne peut donc pas vraiment montrer son potentiel. Je ne connais pas son vrai potentiel, mais je pense qu'il ne l'a pas montré, tout comme nous, parce qu'on était juste derrière et obligés de suivre."

"Presque toutes les motos sont plus rapides que nous"

Loin derrière Quartararo, qui a été le seul pilote Yamaha à participer à la Q2 et à se classer dans le top 10 en course, Valentino Rossi a fait office de "meilleur des autres" avec toutefois des résultats pour le moins modestes : une 15e place sur la grille (à la suite de la pénalité d'Enea Bastianini) et une 14e position sous le drapeau à damier. Descendu au 19e rang après le départ, le #46 peut au moins se targuer d'avoir réussi quelques dépassements sur Luca Marini, Bastianini, Iker Lecuona et aussi Pecco Bagnaia qui s'est toutefois repris par la suite.

"J'avais besoin d'un bon départ, mais j'ai pris un mauvais envol et j'ai donc été coincé dans le trafic et c'était très dur de doubler", relatait Rossi après l'arrivée. "À la fin, quand j'ai eu une piste dégagée devant moi, j'ai fait de bons chronos. J'ai fait un 1'22"0, ce qui est un bon temps, dans la lignée des leaders, mais j'ai tout le temps dû me battre et j'ai tout le temps eu du trafic, donc ce n'était pas facile. Dans les derniers tours, mon rythme était assez mauvais, j'ai dû ralentir parce que j'avais un peu de trop de glissades. J'ai fini 14e, on a pris quelques points mais on espérait un peu mieux."

Lire aussi :

"Franco et Maverick ont aussi beaucoup souffert. La situation est difficile avec la Yamaha : si on ne part pas devant et qu'on est derrière, c'est très difficile. Quand on est derrière les autres motos, il faut rouler un peu différemment, donc on ne peut pas profiter des points positifs de notre moto et on souffre vraiment, d'autant qu'on est vraiment très lents en ligne droite. Je pense que presque toutes les motos sont plus rapides que nous, il faut donc arriver très proche au freinage pour doubler", décrivait le pilote italien.

"Au lieu de doubler en ligne droite, on doit espérer ne pas être doublé par celui qui est derrière, donc c'est difficile. D'un autre côté, Quartararo est rapide, il a fait un très bon week-end et une très bonne course. Je pense que ses performances sont assez impressionnantes cette année et il mène le championnat donc je pense qu'il arrive à gérer ce problème, également parce qu'il arrive à partir devant à peu près partout."

Avec Chloé Millois et Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Stats - Le retour du SachsenKing !

Article précédent

Stats - Le retour du SachsenKing !

Article suivant

Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté

Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021