Bagnaia pense avoir gâché sa course dans les premiers tours

Pecco Bagnaia pouvait avoir des regrets à l'arrivée du Grand Prix d'Allemagne, après avoir beaucoup de temps dans les premiers tours avant d'entamer une superbe remontée.

Bagnaia pense avoir gâché sa course dans les premiers tours

Doubler au Sachsenring n'est déjà pas une mince affaire, et ça l'est encore moins lorsque l'on pilote une Ducati, moto aux caractéristiques théoriquement opposées à ce que requiert la piste allemande. Et pourtant, Pecco Bagnaia a réussi la prouesse de passer de la 16e à la cinquième place durant la course, affichant un rythme qui n'avait pas à rougir face à celui des deux leaders.

Avant d'exprimer ce fort potentiel en deuxième partie de l'épreuve, le pilote officiel Ducati a dû en passer par de premiers tours très compliqués, et c'est là qu'il estime que le podium lui a échappé. "J'ai perdu beaucoup de temps au départ", admet-il, passé de la dixième place sur la grille à la 16e dans le troisième tour. "J'ai été très en difficulté avec le grip au départ, mon pneu arrière glissait beaucoup. C'est une chose à laquelle je ne m'attendais pas parce que ça n'était jamais arrivé pendant le week-end."

Souvent mal classé pendant les essais libres, Bagnaia avait en réalité mis un point d'honneur à préparer sa course et il savait son rythme très prometteur. Lui qui a aussi fait partie des victimes du trafic en qualifications refuse par ailleurs de chercher une excuse sur ce point. "À mon avis, ma position sur la grille n'a pas eu tellement d'influence sur ce résultat final", juge-t-il. "Même si j'étais parti plus haut, la course n'aurait pas tellement changé. J'aurais peut-être perdu deux places de moins, j'aurais eu deux motos de moins à dépasser, mais mes sensations étaient très difficiles au début, je n'arrivais pas à bien piloter."

"Il faut qu'on comprenne pourquoi j'ai eu autant de mal au départ. Il faut qu'on regarde les données pour comprendre pourquoi et ne pas refaire la même erreur lors des prochaines courses", poursuit le Turinois, qui après avoir eu besoin de plusieurs tours pour que son pneu arrière lui apporte les sensations et le niveau de grip dont il avait besoin, s'est montré diablement rapide. "Au bout de sept ou huit tours, mes sensations étaient bonnes et j'ai commencé à imprimer mon rythme. C'était un bon rythme, dans la lignée de celui que j'ai tout le week-end ; j'avais fait beaucoup de tours en pneus usés et mon rythme avait été très proche de celui-ci, et il était même un peu plus rapide [en course]."

Lire aussi :

Après avoir grimpé d'un cran au moment de la double chute de Danilo Petrucci et Álex Márquez (Valentino Rossi l'avait passé au même moment), le pilote Ducati a commencé à trouver des ouvertures. Le #46 en a été la première victime, puis ce fut au tour de Lecuona, Nakagami, Rins, Pol Espargaró, Martín, Mir, Zarco, Aleix Espargaró et enfin Miller dans le dernier tour. "Ce qu'il y a de positif, c'est que sur une piste comme celle-ci, où ça n'est pas facile, j'ai fait beaucoup de dépassements. À mon avis, c'est aussi grâce au pneu avant, car j'ai opté pour un medium, qui m'a aidé", souligne-t-il.

"Le verre à moitié vide"

Finalement classé à moins de deux secondes du podium alors qu'il a un temps affiché 4"3 de retard sur celui qui allait monter sur la troisième marche, Fabio Quartararo, il avait de quoi nourrir des regrets pour ce top 3 qui lui a échappé. "Le podium s'est envolé au bout de six tours, car j'étais trop loin. J'étais 16e donc très loin et distancé", admet-il. "Après le départ que j'ai pris, le meilleur résultat possible était la cinquième place et on l'a obtenue. Brad [Binder] était très rapide, il s'était déjà détaché de Jack [Miller], et moi Jack je l'ai passé dans le dernier tour, donc j'aurais eu du mal [à faire quatrième]."

Meilleur pilote Ducati à l'arrivée, il n'en retirait pas vraiment de satisfaction : "Dans une journée comme celle-ci, je ne vois que le verre à moitié vide. Ça ne serait pas juste de le voir à moitié plein, en tant que pilote officiel une cinquième place ne peut pas me contenter. Je ne suis pas content de cette course, car j'ai gâché une autre occasion de monter à nouveau sur le podium, et sincèrement être le premier Ducati change bien peu de choses si le résultat final est une cinquième place. Si ça avait été une victoire, ça aurait été autre chose."

"On connaissait notre potentiel, on a fait un travail incroyable sur le rythme de course ce week-end. Je lisais que beaucoup ne me plaçaient pas parmi les prétendants parce que j'étais un peu loin en essais, seulement en analysant les rythmes je savais que Márquez et Oliveira allaient être les plus forts mais mon rythme était plus ou moins comme le leur. Malheureusement, j'ai gâché cette course dans les six ou sept premiers tours en ne réussissant pas à être rapide, et c'est vraiment dommage, c'est ce que je me reproche le plus."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires
Aleix Espargaró : Aprilia n'est "pas prêt" pour le podium

Article précédent

Aleix Espargaró : Aprilia n'est "pas prêt" pour le podium

Article suivant

Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM

Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021