Rossi remonte la pente grâce à un pari en pneus slicks

Le pilote Yamaha a réalisé une journée aussi minutieuse qu'ambitieuse, tentant lors des qualifications un pari osé qui a payé.

Rossi remonte la pente grâce à un pari en pneus slicks

L.B., Le Mans - Après ne pas avoir réussi à sortir de la Q1 à Jerez, Valentino Rossi a cette fois tiré son épingle du jeu lors des qualifications du Grand Prix de France, et ce au prix d'une performance notable. Contraint d'en passer par la première phase de cette double séance, en conséquence directe des difficultés rencontrées hier sur le sec, le pilote Yamaha a frappé fort en exploitant la fenêtre la plus favorable pour boucler un tour rapide en pneus slicks avant que la limite de la viabilité ne soit franchie sur une piste trop humide.

Lire aussi :

"Aujourd'hui il était vraiment très important d'essayer d'accéder à la Q2, parce que si j'avais dû partir de la cinquième ligne, comme à Jerez, ma course aurait été, peut-être pas finie, mais en tout cas très difficile", explique Valentino Rossi, qui balaye l'idée qu'il ait pu s'agir d'une question de courage. "Plus que de courage, je pense que dans ces cas-là il est important de faire confiance à ses sensations. J'ai beaucoup d'expérience, alors ce sont des choses que je peux comprendre."

"Et puis, dernièrement, je me suis trouvé un peu mieux avec la moto. Aujourd'hui aussi, dès que j'ai commencé, je me suis trouvé mieux", souligne-t-il également, témoignant d'une réelle volonté d'œuvrer à l'amélioration de ses sensations et de ses performances en conditions mixtes, avec des retours positifs à la fois à Austin et aujourd'hui dans la Sarthe. "On a essayé de modifier plusieurs choses sur les réglages pour avoir plus de sensations dans la moto. Et déjà à Austin j'avais été assez compétitif puisque dans une séance similaire j'avais fait le troisième temps. Par le passé, dans ces conditions, j'étais celui qui était le plus en difficulté parce que je n'avais pas de bonnes sensations avec la moto", rappelle-t-il. "On a aussi un peu amélioré l'électronique de la moto, ce qui est très important dans ces conditions, parce que ça aide à mettre les gaz plus facilement, il y a donc aussi une question technique."

"On a pris un risque qui a payé, ça a donc été un bon choix", résume le pilote Yamaha, auteur du meilleur temps de la Q1 avec 1"595 d'avance sur ses poursuivants. Dans la foulée, il a tenté de reproduire la même stratégie en Q2, seulement cette fois l'utilisation des pneus slicks était un choix trop optimiste au vu de l'évolution des conditions de piste, comme ont également pu s'en apercevoir Fabio Quartararo et Maverick Viñales. Contraint de rentrer au stand pour repartir en gommes rainurées, Rossi a perdu la phase la plus profitable de la séance et n'a pu ensuite obtenir que la cinquième place sur la grille de départ. Un moindre mal toutefois et un résultat dont il se contente amplement.

"Je savais que, si j'arrivais à faire deux tours, je pourrais peut-être faire la pole position, mais malheureusement il y avait déjà trop d'eau. Alors je me suis arrêté", relate-t-il. "Ça va, je suis content de la cinquième place, mais il semble que pour faire la première ligne et la pole position il fallait exploiter les cinq premières minutes de la Q2 parce qu'il y avait moins d'eau, particulièrement dans les secteurs 1 et 2. En tout cas, je ne suis pas trop mal sur le mouillé et partir de la cinquième place c'est parfait."

Lire aussi :

Avant de s'attaquer à ces qualifications peu usuelles et si complexes à appréhender, Valentino Rossi avait également tenté de profiter au maximum des EL4, séance pourtant peu active dans le contingent MotoGP. Rossi, lui, après une première sortie d'évaluation en slicks, a enchaîné sept tours en pneus pluie. Ce n'était pas, là non plus, un choix anodin.

"Pendant les EL4 c'était déjà vraiment moitié-moitié. Vu qu'il était très important aujourd'hui de sortir de la Q1 et d'accéder à la Q2, je suis resté en piste pour comprendre un peu jusqu'où je pouvais arriver", explique le pilote italien, auteur du dixième temps de cette séance. "En réalité j'étais plutôt rapide, j'ai rencontré un peu de trafic à la fin, sinon j'aurais pu être un peu plus haut, mais j'ai vu qu'on pouvait arriver jusqu'à un certain point et ensuite on n'y arrivait plus : les pneus pluie chauffent et on n'arrive pas à être plus rapides, au contraire on est de plus en plus lents. C'est aussi pour cette raison que j'ai décidé d'essayer de mettre les slicks [en Q1]."

Une journée studieuse, donc, pour Valentino Rossi et une préparation minutieuse qu'il lui faudra désormais mettre en application en course, dimanche. Reste cependant à voir quelles seront les conditions, or celles-ci seront déterminantes. "On est vraiment dans une situation incertaine", concède-t-il, incapable de dire pour le moment si un autre pari peut être tenté demain. "Ça dépend vraiment de combien il pleut, s'il pleut un peu plus ou un peu moins… La course est longue, alors si on court en pneus pluie sur le sec, ce sera difficile d'arriver au bout. On peut y arriver en faisant un peu attention."

P. Pilote Moto Temps Écart
1 Spain Marc Márquez Honda 1'40.952  
2 Italy Danilo Petrucci Ducati 1'41.312 0.360
3 Australia Jack Miller Ducati 1'41.366 0.414
4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 1'41.552 0.600
5 Italy Valentino Rossi Yamaha 1'41.655 0.703
6 Italy Franco Morbidelli Yamaha 1'41.681 0.729

partages
commentaires
Une chute mais la pole position malgré tout pour Márquez

Article précédent

Une chute mais la pole position malgré tout pour Márquez

Article suivant

Meilleure qualification 2019 pour un Lorenzo encore diminué

Meilleure qualification 2019 pour un Lorenzo encore diminué
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021