Rossi : La retraite ? "Quand je n'aurai plus envie, ce sera assez clair"

Voilà désormais deux ans et 36 courses qu'il ne gagne pas, mais Rossi assure rester suffisamment motivé pour chercher à résoudre ses problèmes et ne pas avoir ressenti pour le moment l'envie d'arrêter.

Rossi : La retraite ? "Quand je n'aurai plus envie, ce sera assez clair"

Valentino Rossi a beau être à la tête de l'un des palmarès les plus époustouflants des sports mécaniques, ces deux dernières années ont vu sa courbe de résultats baisser. Depuis le Grand Prix des Pays-Bas 2017, il a pris le départ de 36 courses sans parvenir à gagner, devant se contenter sur cette période de neuf podiums.

Dangereusement, cette disette se rapproche de celle que le #46 avait connue avec son passage de deux ans chez Ducati, lui valant 44 courses sans victoire, à ceci près qu'il pilote cette fois une moto qui, certes, a perdu de sa superbe mais qui a été en mesure de s'imposer par deux fois durant cette période, aux mains de son coéquipier, Maverick Viñales. Alors que l'Espagnol a terminé la première partie de saison en trombe, Valentino Rossi est resté englué dans ses difficultés, illustrées une nouvelle fois le week-end dernier en Allemagne.

"Je n'aime pas ça, bien sûr, mais c'est déjà arrivé à un autre moment de ma carrière et j'ai réussi à revenir. C'est possible [de gagner à nouveau]", assure Rossi. "Et quoi qu'il en soit, j'ai gagné 89 courses en MotoGP, alors je ne suis donc pas si mauvais, et si je devais en rester à 89 je pourrais faire avec !"

Lire aussi :

Rossi a bien conscience toutefois qu'à 40 ans une telle baisse de régime ne peut que relancer les spéculations sur une hypothétique conclusion anticipée de sa carrière, bien qu'il soit sous contrat jusqu'à la fin de la saison prochaine. De manière très franche, il reconnaît que cette question est légitime, tout en affirmant ne pas avoir encore ressenti le déclic qui pourrait le pousser à raccrocher.

"Je pense que c'est assez normal, vu la situation. Naturellement, moi aussi je me le demande, toujours. Je me posais déjà la question il y a dix ans, alors imaginez-vous maintenant ! Je suis le plus vieux, mais j'ai peut-être six ou sept ans de plus que le deuxième plus âgé", rappelle-t-il. "Mais je ne sais pas, à mon avis il y a des choses qu'il n'y a que moi qui puisse ressentir, et quand je n'aurai plus envie ce sera assez clair. Mais tout dépend des résultats. Il est clair que si l'on n'arrive pas à résoudre [nos soucis] ce sera un problème de continuer."

"À un certain moment, j'ai dû décider si je voulais m'arrêter sur une victoire, ou bien si étant donné que j'aimais tellement courir j'allais essayer [de continuer] tant que je le voudrais. J'ai choisi la deuxième option il y a déjà dix ans et je suis très content de ce choix parce que j'aime beaucoup ça, mais un jour arrivera le moment où ce sera le cas, [j'aurai envie d'arrêter]."

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

"Je suis vieux, mais je l'étais déjà l'année dernière"

Puisqu'il n'a pas encore ressenti ce désir de changer de vie, le numéro 46 assure tout faire avec son équipe pour tenter de régler les problèmes qui les brident. "On ne baisse pas les bras", promet Rossi, qui tente de garder espoir en s'appuyant sur le fait qu'il ne sent pas de lassitude ou d'infériorité physique pouvant expliquer son manque de succès, particulièrement s'il compare sa performance sur le GP d'Allemagne d'une année sur l'autre. "Il est vrai que je suis vieux, mais je l'étais déjà l'an dernier, et il y a cinq ans aussi ! Depuis l'an dernier, c'était il y a seulement 12 mois, je n'ai pas le sentiment d'avoir abandonné mentalement, de ne pas être assez concentré ou de ne pas avoir assez de motivation pour le week-end de course."

Lire aussi :

"Je ne vois pas de raison d'être 20 secondes plus lent que je ne l'étais moi-même l'an dernier, et je pense donc que l'on peut comprendre [ce qu'il se passe] et revenir", poursuit-il. "L'année dernière aussi j'étais vieux, mais sur ces cinq courses j'avais fait quatre podiums, et surtout [au Sachsenring] j'avais été 20 secondes plus rapide que cette année. Il y a donc quelque chose qui ne va pas et il faut le comprendre. La moto a besoin de quelque chose d'autre. Quand elle est comme ça, je ne me trouve pas bien et je suis lent. Mais il faut qu'on essaye, il faut qu'on tente de retrouver notre compétitivité."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Pas de vacances pour les pilotes d'essais
Article précédent

Pas de vacances pour les pilotes d'essais

Article suivant

Quand les pilotes stressent ou déçoivent en passant leur permis !

Quand les pilotes stressent ou déçoivent en passant leur permis !
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021