MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
3 jours
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
10 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
24 jours

Rossi voit l'arrivée, mais déplore son manque de performance

partages
commentaires
Rossi voit l'arrivée, mais déplore son manque de performance
Par :
8 juil. 2019 à 06:46

Le pilote Yamaha n'a pas pu rivaliser avec son coéquipier pendant le Grand Prix d'Allemagne, contraint de se battre pour la huitième place dans le cœur du peloton. Une lourde déception compte tenu des attentes qu'il nourrissait pour cette course.

Après trois abandons consécutifs sur chute, Valentino Rossi a vu le drapeau à damier dimanche, en Allemagne. Seulement, sa huitième place à 19 secondes du vainqueur ne peut en rien le satisfaire, lui qui comptait sur cette dernière course avant la pause estivale pour se remettre sur de bons rails et surtout confirmer que les changements opérés à Assen, et dont il n'avait pu profiter que quelques tours avant de tomber, étaient synonymes d'une réelle amélioration. "Aujourd'hui j'ai terminé, mais ça a été une course très difficile car je n'ai jamais été assez fort", résume-t-il, sans masquer sa déception.

Lire aussi :

Alors que les choix des pneus ont prêté à beaucoup d'hésitations au sein du peloton MotoGP, le pilote Yamaha a fini par opter pour la gomme arrière medium, un choix qu'il a par la suite regretté. "Malheureusement, on est partis avec le medium. On savait qu'il était plus lent, mais on s'attendait à plus de constance. Selon Michelin et nos analyses, le hard ne semblait pas devoir aller au bout, on a donc essayé le medium, mais dès le début il n'avait pas de grip. En fin de course, j'étais vraiment en difficulté. Mais à part le pneu, je pense que l'on a d'autres problèmes, car je ne parviens pas à être fort, à piloter correctement la moto, comme je le faisais l'an dernier."

Douzième à l'issue du premier tour, Rossi a pris l'avantage sur Pol Espargaró et Joan Mir en début de course, avant d'être repris par le pilote Suzuki qui allait se lancer dans une bagarre contre les Ducati. Le pilote Yamaha, lui, a donc passé une grande partie de la course en queue de son groupe, peinant à porter des attaques et ne parvenant finalement qu'à déposséder Franco Morbidelli de la huitième place.

"Pour dépasser il faut être un peu plus rapide, or aujourd'hui par rapport au groupe qui était devant, j'avais beaucoup de mal, et puis ici il y a peu de points de dépassements. De toute façon je n'avais pas de jus. J'ai essayé de dépasser Morbidelli quand j'ai pensé en avoir un peu plus que lui", explique le #46. "J'ai essayé de rester collé au groupe parce qu'on nous avait dit qu'en théorie le pneu soft comme le hard auraient connu une baisse de performance importante dans les huit derniers tours. Je me suis donc dit que j'allais rester collé à eux et j'espérais qu'ils allaient finir leurs pneus, mais j'ai fini les miens avant eux ! À mon avis, si j'avais pris le hard comme je le voulais, j'aurais pu être un peu plus compétitif, mais je n'aurais de toute façon pas gagné."

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

"Je ne me trouve pas bien avec les réglages, parce que je n'arrive pas à bien sortir des virages", décrit Valentino Rossi, dont la performance est d'autant plus étonnante que son coéquipier, Maverick Viñales, ainsi que le pilote satellite Fabio Quartararo brillent désormais depuis plusieurs Grands Prix. "Cette année, il semblerait que la moto veuille des réglages différents par rapport à l'an dernier. Mais on dirait que pour Franco et moi, il est plus difficile d'utiliser ce type de réglages, alors que Maverick et Fabio sont vraiment bons", constate-t-il.

"J'attendais beaucoup de ce week-end"

S'il avait quitté les Pays-Bas déçu de son abandon, Valentino Rossi affichait alors un certain optimisme, indiquant entrevoir une lueur d'espoir grâce aux changements de réglages opérés le jour de la course. Or, une semaine plus tard, la déception est à la hauteur de ces attentes, vaines. "C'est une situation difficile car j'attendais beaucoup de ce week-end, où j'ai été bon l'année dernière. À Assen je me suis senti bien, donc je m'attendais à être fort mais en réalité non", regrette-t-il.

"Pour nous, ce week-end était important car la semaine dernière à Assen, je me suis bien senti avec la moto pendant, avant la chute. J'étais rapide, et il nous fallait donc confirmer si l'on avait trouvé une bonne manière de faire. Pendant les essais, à certains moments, j'ai eu un bon rythme, mais au final je n'étais malheureusement pas assez rapide. On continue donc à souffrir, et il faut qu'on comprenne pourquoi."

Lire aussi :

Le verdict du championnat est sans appel : en n'ayant marqué que huit points sur les quatre dernières courses, Rossi a perdu deux places dans la hiérarchie et se trouve désormais à 105 points du leader et dépassé par Viñales. "L'an dernier, ces cinq courses ont constitué la meilleure partie de ma saison, j'ai toujours été compétitif. J'ai fait quelques podiums et j'ai toujours fait de bonnes courses. Mais cette année, surtout sur les quatre dernières, on a beaucoup souffert", reconnaît l'Italien.

"Il faut que l'on analyse les données et que l'on comprenne pourquoi, car je ne me sens pas bien avec la moto. Je suis bien plus lent que je ne l'étais moi-même l'an dernier. [Dimanche], j'ai été 20 secondes plus lent que ma course de 2018. C'est très difficile à comprendre", admet-il. "Si j'avais été aussi rapide que l'an dernier mais que j'avais terminé huitième parce que les autres ont fait un pas en avant, ce serait peut-être fini. Mais je suis 20 secondes moins rapide par rapport à l'an dernier, pas par rapport à il y a cinq ans ! Je me sens bien, je me sens concentré, motivé, mais je n'ai pas la 'touche' avec la moto. Il faut que l'on essaye de comprendre cela. Là on a la trêve estivale, ce qui est bien pour recharger les batteries pour la deuxième moitié, et ensuite on verra."

Le top 10 du GP d'Allemagne :

P. # Pilote Moto Écart
1 93 Spain Marc Márquez Honda  
2 12 Spain Maverick Viñales Yamaha 4.587
3 35 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 7.741
4 9 Italy Danilo Petrucci Ducati 16.577
5 4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 16.669
6 43 Australia Jack Miller Ducati 16.836
7 36 Spain Joan Mir Suzuki 17.156
8 46 Italy Valentino Rossi Yamaha 19.110
9 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 20.634
10 6 Germany Stefan Bradl Honda 22.708

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Rins : "J’ai juste commis une petite erreur"

Article précédent

Rins : "J’ai juste commis une petite erreur"

Article suivant

Petrucci : On ne s'économise pas, on est à la limite de la Ducati

Petrucci : On ne s'économise pas, on est à la limite de la Ducati
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Allemagne
Catégorie Course
Lieu Sachsenring
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa