Suppo espère que Suzuki pourra accélérer son développement

Désormais team manager de Suzuki, Livio Suppo souhaite que sa nomination puisse offrir plus de temps aux responsables techniques, le chef de projet Shinichi Sahara en tête, pour faire évoluer la moto.

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Après une année sans team manager, Suzuki a nommé Livio Suppo à la tête de son équipe. L'ancien patron des structures officielles de Ducati et Honda a succédé à Davide Brivio plus d'un an après son départ, un comité de sept dirigeants ayant assuré l'intérim avec comme principal dirigeant Shinichi Sahara, le chef de projet, habituellement assigné à des tâches liées au développement.

Le rythme de ce développement a justement été régulièrement critiqué par les pilotes la saison passée. Si les deux ans de gel sur le moteur ont permis à la marque de travailler et de faire un spectaculaire gain de vitesse de pointe cette année, d'autres évolutions ont tardé à faire leur arrivée, comme le variateur de hauteur à l'arrière, que les pilotes ne peuvent utiliser dans un tour lancé que depuis l'été dernier alors que toutes les marques rivales en disposaient déjà.

Livio Suppo espère que la structure mise en place cette année permettra à chacun de se concentrer plus aisément sur sa tâche et de permettre l'arrivée des évolutions plus rapidement : "Sahara-san est un ingénieur, donc il peut aider à comprendre [le développement]", a expliqué l'Italien. "L'an dernier, le développement du nouveau système [holeshot device] a été un peu lent. Je pense que Sahara-san peut passer plus de temps dans les bureaux pour accélérer le processus de développement. Je l'espère."

Suppo aimerait limiter les performance

S'il espère une accélération du développement dans l'équipe qu'il dirige, Suppo milite pour freiner la course aux performances à l'échelle du championnat. Plusieurs pilotes se sont inquiétés de la complexité engendrée par les variateurs de hauteur et ont réclamé son interdiction tandis qu'il y a un an, Marc Márquez appelait ses confrères à l'union et souhaitait un certain retour en arrière, l'augmentation de la vitesse étant selon lui source d'un danger de plus en plus gros.

Suppo s'inscrit dans cette lignée et aimerait des mesures pour freiner les machines : "Il est normal que les marques cherchent à améliorer leurs motos année après année, mais je pense qu'ils faut trouver un compromis pour réduire les performances parce que si on regarde la naissance du MotoGP, il y a exactement 20 ans, et qu'on compare les machines, l'écart est énorme et c'est normal parce qu'il y a eu 20 ans d'évolution."

"Mais les circuits restent les mêmes et on ne peut pas avoir des zones de dégagement encore plus grandes. Si tout le monde perd une seconde, ça ne sera pas un problème pour le spectacle. Je pense que le championnat doit évoluer en prenant en compte une limite de performance."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Puig : Stoner, Pedrosa et Lorenzo "meilleurs" que les pilotes actuels
Article suivant Comment Yamaha reproduit les erreurs de Suzuki et Honda

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France