Viñales vite ralenti par la chute de performance de son pneu

Leader au départ, Maverick Viñales est vite apparu comme une proie facile pour les pilotes Suzuki et Álex Márquez, affaibli par une baisse de performance de son pneu arrière.

Viñales vite ralenti par la chute de performance de son pneu

Durant tout le week-end du Grand Prix d'Aragón, Maverick Viñales aura affiché une confiance inébranlable, tout juste pincé d'avoir manqué la pole position en étant gêné dans son tour le plus rapide, samedi. Qualifié deuxième et concentré sur le premier virage dans lequel il voulait à tout prix entrer plus vite que le poleman Fabio Quartararo, le pilote espagnol a coché la première case avec réussite, et c'est non sans humour qu'il a requis les applaudissements des journalistes lors de son point presse d'après-course afin de saluer ce qui s'apparente à un petit exploit personnel.

La course ne se gagne toutefois pas dans le premier virage, et le pilote Yamaha l'aura appris à ses dépens. Vite repris par ses poursuivants, il s'est fait dépasser dans le huitième tour par le futur vainqueur, Álex Rins, puis coup sur coup par Joan Mir et Álex Márquez à dix boucles de l'arrivée. Entre-temps, la performance de son pneu arrière avait baissé, l'empêchant de maintenir sur la durée la supériorité qu'il avait affichée dans les premiers instants.

Lire aussi :

"Avoir fait un bon premier tour me donne énormément de confiance en moi. J'étais devant avec sept dixièmes d'avance, donc j'étais très content de mon premier tour ! Ensuite, après le quatrième ou le cinquième tour, j'ai un peu baissé le rythme, parce que Fabio était à une seconde et que je pouvais contrôler mon pneu, mais dès que j'ai commencé à gérer le pneu, j'ai perdu tout mon rythme", explique Maverick Viñales, qui avait fait, comme les pilotes Suzuki, le choix d'une monte 100% tendre.

"J'ai été en confiance tout le week-end avec le tendre à l'avant, je faisais tout le temps 26 ou 27 tours avec ce pneu. Honnêtement, l'avant était bon, le problème était l'arrière, où j'ai connu une grosse chute de performance sur la gauche après cinq ou six tours. Les virages dans lesquels je sortais large étaient tous des virages à gauche, alors que j'étais plutôt rapide dans les secteurs avec des virages à droite", observe-t-il.

"Je ne pensais pas qu'ils seraient si rapides. Quand j'ai doublé Fabio et que je l'ai vu à 0"7 puis à 1"0, j'ai juste essayé de contrôler. Et soudainement, j'ai vu Rins à 0"3. Je me souvenais qu'il était dixième au départ, donc je n'ai pas compris ! Mais quand il m'a doublé, j'ai très rapidement compris qu'aujourd'hui ils étaient meilleurs."

"Les derniers tours en fermant les yeux"

Bien que relégué à la quatrième place à partir du 14e tour, Viñales a tenté de croire jusqu'à l'arrivée en ses chances de podium. Et il n'en est finalement passé qu'à deux dixièmes, ayant rattrapé en fin de course un Joan Mir lui aussi en délicatesse. "J'ai fait les deux derniers tours en fermant les yeux ! Je voulais saisir une opportunité, ou au moins attaquer Joan, et peut-être qu'il aurait fait une erreur. Mais il n'a pas fait d'erreur, il était plutôt en contrôle."

Lire aussi :

"Pour une raison quelconque, en fin de course, j'ai pu à nouveau faire un 1'49"0 et il faut que l'on comprenne pourquoi. J'ai peut-être un peu changé ma façon de piloter dans les derniers tours, en essayant de me concentrer plus sur les points forts de la Yamaha, et pas sur les pilotes de devant", souligne le pilote espagnol. "Tout le week-end, dans les derniers tours, je pouvais facilement rouler en 1'48"9 ou 1'48"8, comme au warm-up, mais en course la dégradation a été trop rapide. Maintenant, nous devons comprendre pourquoi, peut-être que la pression était trop élevée."

"Nous devons comprendre ce qui a provoqué cette baisse [de performance] à l'arrière. Pour moi, c'était surtout à l'entrée [des virages]. Vous pouvez voir que les Suzuki m'ont doublé à l'intérieur du dernier virage. Or, dans les premiers tours, j'étais très fort dans le quatrième secteur, mais ensuite, quand le pneu s'est dégradé, je n'étais plus très bon dans le quatrième et le premier secteurs. Nous devons donc comprendre pourquoi et nous devons travailler pour trouver du grip sur l'angle."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Nouveau leader, Joan Mir "se soucie moins que d'autres pilotes" du titre
Article précédent

Nouveau leader, Joan Mir "se soucie moins que d'autres pilotes" du titre

Article suivant

Zarco a dépassé ses propres attentes avec son top 10 en Aragón

Zarco a dépassé ses propres attentes avec son top 10 en Aragón
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021