Viñales : "Ma seule tactique ? Attaquer dès le premier virage"

"Rien à perdre et tout à gagner", tel est l'état d'esprit un Maverick Viñales particulièrement déterminé avant le Grand Prix d'Aragón.

Viñales : "Ma seule tactique ? Attaquer dès le premier virage"

Leader de la première journée, Maverick Viñales a été convaincu de son potentiel dès le début du Grand Prix d'Aragón, au point même de pouvoir limiter son roulage samedi matin en EL3 par crainte de températures encore très basses et rendant la piste insidieuse. Gêné dans son tour le plus rapide en qualifications, le pilote Yamaha reste confiant, idéalement positionné à la deuxième position sur la grille de départ et déterminé à aller chercher la victoire dès les premiers instants.

Lire aussi :

Tu semblais avoir le potentiel pour faire encore mieux en qualifications, mais es-tu confiant pour la course au vu du rythme que tu as affiché ?

Je pense que cette journée a été très positive. J'étais déterminé à trouver un bon rythme, parce que l'année dernière on a beaucoup souffert dans la seconde partie de la course. Cette année on semble avoir trouvé quelque chose de plus, surtout pour les dix derniers tours. C'est toujours positif, car on a besoin quelque chose de plus s'il faut se battre contre quelqu'un et on semble avoir trouvé quelque chose, surtout au niveau de l'électronique.

En course, je vais essayer d'être fluide, de ne surtout faire aucune erreur. Je vais essayer d'être agressif et d'attaquer dès le premier virage. Le leader du championnat se trouve juste à côté de moi, alors il faut juste que je parte avec lui et ensuite je vais essayer d'adopter un bon rythme. Je me sens confiant et je pense avoir de bonnes chances, alors j'ai hâte !

As-tu la crainte que la course soit pour toi du déjà-vu, avec une possible baisse de performance alors que tu as été très rapide en essais ?

Je n'ai pas peur ! On a très bien travaillé pendant le week-end. On a mis la moto dans les plus mauvaises situations, et malgré tout le rythme est resté fantastique. Je vais donc attaquer dès le départ, essayer de très bien piloter, d'une manière très fluide, et de faire de très bons chronos. Il n'y a pas de pression, le leader du championnat se trouve juste à côté de moi, alors il faut que je me base sur lui.

L'an dernier, la ligne droite de retour te posait pas mal de difficultés ici. Qu'en est-il cette année ?

J'ai un peu amélioré mon pilotage dans le secteur 4, j'ai donc comblé mon retard sur les meilleurs à cet endroit. Par contre, il y a des choses qui ne changent pas, surtout pour les premiers tours : il faut être très précis dans les secteurs 2 et 3 pour prendre un peu d'avance sur ceux qui sont derrière. On verra. Franchement, la différence n'est pas si grande cette année, je pense qu'elle s'est un peu réduite, et la traction est très bonne aussi à la sortie du virage 14 et du dernier.

Joan Mir est qualifié en deuxième ligne : te parait-il dangereux ?

On va voir. C'est clair que Joan sera rapide, on voit surtout qu'il est assez rapide dans les derniers tours des pneus, alors ma seule chance est d'attaquer au début. Il faut que je pousse fort au début et que je garde un rythme régulier jusqu'aux cinq derniers tours. Il faut que je réédite la bonne course que j'ai faite à Misano et que je prenne un bon départ. Je n'ai pas grand-chose à faire, parce que le job a déjà été fait. C'est juste dommage que je ne puisse pas être en pole, parce que j'ai trouvé des pilotes devant moi, surtout dans le secteur 3. Je suis quand même plutôt content, mes sensations en général sont très positives et mon état d'esprit aussi.

Le fait de devoir à ce point attaquer au départ ne signifie-t-il pas que tu vas manquer d'options tactiques pour la course ?

Ma seule tactique est d'attaquer dès le premier virage. C'est la seule tactique que j'ai : pousser, pousser, pousser. Ensuite, on verra. Si je finis mes pneus, eh bien on essaiera de mieux travailler à la prochaine course, mais je pense en tout cas avoir de bonnes chances de faire quelque chose de bien.

Fabio Quartararo dit depuis un moment qu'il ne faut pas prendre de risques inutiles par rapport au championnat. Comment gères-tu cette situation ?

[Samedi] matin je ne voulais pas être le premier à sortir, parce que j'avais de bonnes sensations, j'ai donc voulu attendre un peu que les températures augmentent en piste et de voir comment ça se passait pour les autres pilotes. Quand on a vu que c'était plutôt sûr, je suis sorti et on a travaillé. J'ai beaucoup travaillé pour le rythme de la course, en pneus usés, mais je pense pouvoir encore apporter quelque chose de plus. Je peux en donner un petit peu plus en termes de style de pilotage, alors je suis plutôt content. Je vais prendre tous les risques que je peux prendre ! Pour moi, la seule chose que j'ai en tête à l'heure actuelle, c'est d'aller au maximum, pour moi et pour la moto, je ne regarde rien d'autre.

C'est clair qu'il faut prendre des risques, ou plutôt il faut que j'attaque au maximum dès le premier virage parce que je n'ai rien à perdre et tout à gagner. Fabio est à ma droite alors je vais essayer de me battre contre lui. Je n'ai rien à perdre, alors je veux essayer de pousser, de donner le maximum. Bien sûr, il faut prendre des risques mais aussi être intelligent. Et puis le bitume sera chaud : [samedi] à 15h le grip était fantastique et on a bien vu que les chronos étaient très rapides.

Lire aussi :

On a vu samedi un incident dans le dernier virage : est-ce un endroit particulièrement technique à passer ?

Je n'ai pas vu ce qui s'est passé, mais en 2018, j'ai ralenti alors que Bradley [Smith] était derrière, et vu la manière dont il m'a parlé il semble assez dangereux de couper les gaz dans les deux derniers virages ! [Samedi] j'ai repris Aleix [Espargaró] au secteur 3, ce qui m'a pas mal gêné. Il n'était pas au milieu, mais à un endroit qui faisait que je n'ai pas pu prendre ma bonne trajectoire. [...] C'est dommage pour les qualifs, parce que je pense que j'aurais pu être plus rapide, mais ce qu'il y a de bien c'est qu'on en a une autre séance la semaine prochaine.

Après, je ne sais pas... Franchement, il faut faire attention parce qu'on doit montrer aux pilotes du Moto3 qu'il ne faut pas rester attendre, qu'il faut pousser, et pourtant [samedi] beaucoup de pilotes étaient en train d'attendre un gars rapide...

Qu'est-ce que cela fait d'être seul dans le stand en l'absence de Valentino : reçois-tu plus d'attention de la part de Yamaha ?

Le staff japonais [à l'isolement depuis Le Mans, ndlr] n'est pas revenu au stand samedi alors on n'est que quatre ! [rires] C'est un peu dingue, franchement. C'est très différent, le box semble trop grand !

partages
commentaires
Un technicien Michelin positif au COVID-19

Article précédent

Un technicien Michelin positif au COVID-19

Article suivant

KTM dernier constructeur à disposer d'un holeshot device

KTM dernier constructeur à disposer d'un holeshot device
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021