L'optimisme de Yamaha vient de sa réorganisation

En modifiant son organisation interne l'hiver dernier, Yamaha a tenté de gommer les erreurs commises ces trois dernières années. Ce sont aujourd'hui ce nouvel organigramme et les nouvelles méthodes adoptées qui alimentent l'optimisme de l'équipe.

L'optimisme de Yamaha vient de sa réorganisation

Yamaha a beau avoir arraché la deuxième place du championnat constructeurs à Ducati pour trois petits points lors du dernier Grand Prix de la saison, le bilan de 2019 ne pouvait pas, en termes de résultats purs, être véritablement positif. Du côté de Maverick Viñales, on a vite compris que le titre s'était envolé et l'on s'est fait une raison, au point que le pilote espagnol a conclu l'année avec un brin d'optimisme, lui qui a réussi à tirer son épingle du jeu grâce à une seconde partie de saison très convaincante. Valentino Rossi, au contraire, est resté enlisé dans une partie du classement trop éloignée de ses ambitions pour qu'il puisse en tirer satisfaction.

"C'est une saison difficile et les résultats ne sont pas ceux que l'on attendait", admet le pilote italien, classé seulement septième et auteur de deux podiums. "On s'attendait à mieux, à être plus compétitifs et plus forts. On a traversé des périodes difficiles, surtout durant la première moitié du championnat, et ensuite on a été un peu plus rapides, on a un peu amélioré la situation mais je n'ai malgré tout pas été en mesure de signer un autre podium durant la seconde moitié, même si j'en ai souvent été proche. Ça a donc été une saison difficile."

Lire aussi :

Pour autant, le #46 a entrevu des signaux encourageants, particulièrement en coulisses. "D'un autre côté, pour Yamaha et pour moi c'est une saison importante. En 2017 et 2018, on a beaucoup perdu par rapport à nos adversaires car techniquement on était perdus, or cette année Yamaha travaille mieux et c'est un premier pas pour revenir au sommet, je pense. On peut être optimistes pour Yamaha à l'avenir, car cette année ils ont enfin mieux travaillé et on a amélioré la moto", estime Rossi.

Optimiste, Lin Jarvis souhaite l'être lui aussi et s'appuie pour cela sur les changements opérés dans l'organisation et la manière de travailler de l'équipe. C'est là que se situe, selon le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing, le tournant opéré par le constructeur après trois ans d'approximations, durant lesquels Honda et Ducati se sont affirmés comme les leaders incontestés du championnat et ont relégué Iwata en position d'outsider.

"Notre niveau général est similaire mais nous sommes beaucoup plus optimistes que nous ne l'étions il y a 12 mois", assure Lin Jarvis, qui observe : "Je dirais que plus qu'autre chose, c'est l'approche mentale plus ouverte qui est le plus grand changement. On a dit de nombreuses fois que nous avions pris un mauvais chemin en 2016 : nous avions incroyablement bien commencé la saison 2016, avec Maverick qui avait gagné plusieurs courses, et cela semblait bien parti, mais nous étions au début d'un mauvais chemin, et tandis que nous avons continué à suivre ce chemin nos rivaux ont progressé car nous avons travaillé dans des domaines différents et je dirais que nous nous sommes de plus en plus perdus graduellement. C'est la réalité."

"Une partie de notre problème est que nous avions des sortes d'îlots en interne. Quand on a un groupe et une entreprise, il faut idéalement utiliser toutes les capacités de chaque groupe individuel à collaborer, à travailler ensemble, et je pense que nous ne faisions pas ça correctement : le groupe châssis était concentré sur le châssis, le groupe de travail électronique sur l'électronique, le moteur sur le moteur etc. Nous n'étions pas dans la situation où l'on voyait le groupe dans son ensemble, car je pense que nous étions en difficulté dans certains domaines et on peut donc facilement se renfermer. En cas de difficulté, très souvent les groupes se renferment sur eux-mêmes."

Un "reset" et un nouveau départ

L'hiver dernier, Kouiji Tsuya – qui fut chef de projet durant deux ans et qui s'était trouvé sous le feu des projecteurs lorsque, lors du Grand Prix d'Autriche 2018, il s'était publiquement excusé auprès des pilotes pour les piètres performances des Yamaha – a été remplacé par Takahiro Sumi, promu alors qu'il dirigeait précédemment la division châssis. Au même moment, Hiroshi Itou était nommé directeur général du développement dans le département compétition. Il s'agissait alors des deux dernières pièces qui prenaient place sur le nouveau puzzle voulu à Iwata, et les premiers effets s'en sont fait sentir au cours de la saison.

"Cela a été une année de changements", résume Lin Jarvis. "Il n'y a pas une énorme différence en termes de positions [par rapport à 2018], mais je pense que l'histoire de l'année a été un peu différente. L'an dernier, nous avons eu des changements internes qui nous ont dirigés vers un nouveau chemin. Cela a commencé à la fin de l'année dernière, nous avons changé de project leader et plus récemment nous avons aussi changé de direction générale. Cela nous a amenés à corriger des erreurs du passé et nous avons pris un nouveau chemin."

"Nous avons pu voir en seconde moitié de saison, que dès que nous arrivons sur une piste nous sommes clairement plus performants. Nous avons assurément corrigé nos erreurs du passé", assure le patron des troupes, bien que conscient des manques qui perdurent, "particulièrement en termes de puissance et de vitesse de pointe".

Lire aussi :

Tout n'est peut-être pas réglé, mais les changements internes ont assurément amorcé les progrès attendus par l'équipe. "Je pense que le 'reset' que nous avions fait l'hiver dernier, nous a apporté une autre approche, avec un esprit plus ouvert", souligne Lin Jarvis, qui a aussi admis par le passé que le passage à l'électronique unique avait été mal géré par Yamaha. "D'accord, nous sommes en difficulté, mais nous savons maintenant où nous avons fait des erreurs, il faut que nous trouvions des solutions, que tout le monde soit à bord et qu'il y ait de la collaboration et de la coopération. Nous avons donc une approche complètement différente de notre ingénierie et je pense que cela a été le plus important."

"Les ingénieurs sont essentiellement les mêmes, mais ce changement dans la méthode de gestion signifie que notre façon de travailler est très différente. Maintenant, notre mentalité est plutôt de ne rien laisser au hasard. Si nous sommes en difficulté, alors cherchons une solution. Et si la solution n'est pas interne, allons la chercher en externe."

partages
commentaires
Découvrez le tour embarqué d'Hamilton sur la Yamaha de Rossi

Article précédent

Découvrez le tour embarqué d'Hamilton sur la Yamaha de Rossi

Article suivant

Ducati dévoile la date de présentation de sa moto 2020

Ducati dévoile la date de présentation de sa moto 2020
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021