MotoGP GP de Valence

Yamaha rêve d'un remake inversé de "l'impensable" Valence 2006

Lin Jarvis veut croire aux chances de Fabio Quartararo de décrocher un nouveau titre cette année. Le Niçois aura besoin d'un scénario très étonnant à Valence mais, en 2006, Yamaha a constaté à ses dépens que cela n'avait rien d'impossible...

Valentino Rossi chute

Les chances de titre de Fabio Quartararo sont infimes mais pas inexistantes. En décrochant la troisième place au Grand Prix de Malaisie, le Français a encore accentué son retard sur Pecco Bagnaia mais pointe à 23 unités, alors qu'il y en aura 25 à prendre à Valence, dernière manche de la saison. L'équation sera simple puisque pour remporter le championnat pour une deuxième année consécutive, Quartararo devra s'imposer en espérant que Bagnaia ne fasse pas mieux que 15e. 

Lin Jarvis sait que les chances de son pilote son faibles mais garde néanmoins l'espoir. "On est encore dans le jeu donc on doit s'en satisfaire", a souligné le directeur général de Yamaha Motor Racing, interrogé par le site officiel du MotoGP. "On doit remporter la course, ce qui ne sera pas facile, et il faut que nos rivaux aient une forme de malchance. Ce n'est pas la façon idéale de gagner mais tout peut arriver dans ce championnat."

Jarvis est bien placé pour le savoir puisqu'il y a 16 ans, c'est lui qui avait fait les frais de cette imprévisibilité. Valentino Rossi était arrivé à la finale de Valence avec huit points d'avance sur Nicky Hayden et le titre lui tendait le bras, cependant les événements avaient finalement tourné en faveur de l'Américain.

"Je me souviens de Valence 2006. On était en jaune, sous les couleurs de Camel Yamaha Team. Pour Valentino, gagner aurait dû être une formalité, en un sens, et l'impensable est arrivé. Vale est tombé et Nicky a remporté le titre. Je sais que Valence est une piste très difficile donc tout peut arriver."

Lire aussi :
Le troisième Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing, et le vainqueur Francesco Bagnaia, Ducati Team

Fabio Quartararo et Pecco Bagnaia sur le podium de Sepang

Reproduire ce scénario en le retournant en faveur de Yamaha sera difficile puisqu'au delà d'une contre-performance ponctuelle de Bagnaia, toujours possible, il faudrait aussi que Quartararo renoue avec un succès qu'il n'a plus connu depuis le printemps, et sur un circuit en théorie peu favorable à sa machine. El Diablo y avait pris la deuxième place en 2019, mais il est depuis apparu en difficulté sur ce tracé et n'y a plus décroché le moindre podium.

C'est justement sur cette différence que mise Ducati, d'autant plus que les motos italiennes avaient fait forte impression lors de la dernière visite à Valence. "Je pense que c'est assez différent", a toutefois estimé Paolo Ciabatti, directeur sportif de la marque. "Cette fois, on le sait tous, Fabio doit gagner à Valence et il faut que Pecco soit 15e ou ne marque pas de points [pour que Quartararo soit Champion]. C'est possible, je suis d'accord avec Lin, mais on verra."

"Quand Nicky Hayden a remporté le championnat en 2006, c'était en finissant troisième. Cette fois, il faudrait que Fabio finisse premier. L'an dernier, [...] Ducati a fait un triplé en qualifications et à l'arrivée à Valence. On croise les doigts parce qu'on est superstitieux mais on peut être confiants pour la dernière manche du championnat dans notre situation, et j'espère qu'on pourra le célébrer avec tous nos supporters."

Yamaha sort néanmoins rassuré du GP de Malaisie. La victoire est certes revenue à Bagnaia mais Quartararo a décroché son premier podium depuis l'Autriche, à la fin du mois d'août, et a retrouvé le plaisir sur la M1 malgré un contexte défavorable.

"Il est très content", a souligné Jarvis. "Cette piste n'est pas très facile pour nous. Partir 12e et finir troisième, c'est déjà quelque chose ; décrocher ce résultat avec un doigt cassé, c'est impressionnant. On a vu qu'il pilotait à nouveau à sa façon, avec son style doux et précis. Je pense que ça lui donne un regain de motivation. On verra. On aura besoin d'un peu d'aide du ciel !"

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent C'était un 25 octobre : coup de tonnerre à Sepang !
Article suivant Premier abandon pour Marini en 40 courses !

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France