Zarco aimerait avoir "le temps de faire précisément toutes les choses"

Le pilote KTM déplore le manque de temps dont il dispose pour véritablement travailler sur son adaptation à sa nouvelle moto en piste, et tente en attendant de nouvelles choses.

Zarco aimerait avoir "le temps de faire précisément toutes les choses"
Charger le lecteur audio

Johann Zarco n’a pas réalisé les débuts qu’il espérait au guidon de la KTM et, après avoir traversé une période difficile psychologiquement, il a décidé de profiter de la pause estivale pour aller plus loin dans son entraînement et sa remise en question afin de pousser ses limites et revenir plus fort à la reprise. Reste que travailler sur le mental est une chose, et que disposer de suffisamment de temps pour avancer sur son adaptation à la RC16 en est une autre.

Lire aussi :

"Sur un week-end de course c’est très dur de prendre le temps pour faire les choses. Nous avons la pression des séances et perdons parfois ce contrôle à cause de la pression et du stress des essais. Rien que pour que je m’adapte bien à la moto, nous aurions besoin d'un an d’entraînement mais nous sommes dans les courses", explique-t-il. "Nous nous poussons nous-mêmes et c’est quoi qu’il en soit une bonne solution pour développer et pour être face aux problèmes car chaque week-end nous avons les top pilotes qui donnent les références."

Malgré du positif trouvé à ses week-ends de course, le pilote français apprécie surtout ses journées de roulage, privées ou officielles, qui lui permettent de véritablement avancer sur les points qui lui font défaut sur les Grands Prix. "J’étais assez content [en Malaisie], nous avions eu cinq jours de travail, et j’étais aussi plutôt content après les cinq jours de travail à Barcelone", raconte-t-il, bien plus à l’aise lorsqu’il peut prendre son temps. "Ce sont plein de détails à mettre ensemble et je peux voir que lorsque nous prenons le temps de les mettre ensemble, ensuite je me sens bien sur la moto et, je dirais, plus compétitif que ce que je peux faire juste sur un week-end. C’est ce qui nous manque sur un week-end de course, le temps de faire précisément toutes les choses."

L’un des éléments clés de son adaptation est bien évidemment le style de pilotage. L’idée de copier celui de Pol Espargaró, son coéquipier, a commencé à germer lors des week-ends les plus compliqués de ce début de saison, le Français se demandant si le problème ne venait pas de sa façon de piloter, mais pour le moment, et une fois encore, le temps lui manque pour vraiment trancher sur le sujet : "C’est encore trop tôt pour le dire. Si je dois copier le style de pilotage de Pol, je ne suis pas encore en mesure de le faire, et nous n’avons pas beaucoup de temps pour faire des séances et travailler sur le pilotage et se dire ‘ok, fais exactement comme Pol’." Toutefois, il travaille beaucoup sur ses données, à défaut de l’imiter en piste. "Cela serait stupide de ne rien regarder et de penser que je suis bien et que je n’ai besoin de conseils de personne."

En attendant de passer ou non ce cap, Zarco a commencé à faire évoluer son pilotage en reprenant des habitudes prises lors de son passage dans la catégorie intermédiaire, et un déhanchement plus important a été constaté au Sachsenring. "Je me remets à déhancher plus qu’avant, un peu comme quand j’ai débuté en Moto2. Je déhanchais beaucoup, puis petit à petit j’ai pris plus de contrôle sur la moto", commente-t-il. "Là je tente de déhancher plus pour finalement aller user d’autres choses car j’aime bien déhancher sur la moto, mais normalement c’est une fois que je me sens bien dessus. Mais là si j’attends de me sentir bien sur la moto, j’attendrai toute ma vie donc j’essaye de bouger et ensuite voir si la moto vient."

Lire aussi :

Il faudra attendre la reprise de la saison, du 2 au 4 août prochains en République Tchèque, avant d’enchaîner sur l’Autriche, pour voir si les changements psychologiques et techniques du pilote de 29 ans porteront leurs fruits. Sur les terres de KTM, il est certain que toute la motivation sera là afin de montrer des signes d’améliorations.

partages
commentaires
Photos - Les casques spéciaux des pilotes MotoGP à la mi-saison
Article précédent

Photos - Les casques spéciaux des pilotes MotoGP à la mi-saison

Article suivant

Dovizioso-Petrucci, le binôme le plus fort de Ducati

Dovizioso-Petrucci, le binôme le plus fort de Ducati
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021