Zarco face au Graal de la victoire : "On ne peut pas avoir de regrets"

Johann Zarco ne fait pas de la victoire son seul objectif en MotoGP. Le pilote Pramac recherche le plaisir et à mieux exploiter la Ducati, ce qui rendrait un succès naturel.

Johann Zarco, Pramac Racing

Une victoire de Johann Zarco est attendue depuis ses débuts fracassants en MotoGP. Arrivé auréolé de deux titres en Moto2 et leader dès sa première course en catégorie reine, au Qatar en 2017, avant une chute, le Français a souvent connu des scénarios similaires, le voyant briller sans parvenir à concrétiser. Qu'il soit battu par plus fort que lui, qu'il parte à la faute en occupant la tête ou qu'il profite de son bon rythme trop tard pour revenir sur le leader, la première marche du podium lui a toujours échappé.

Signe de son potentiel, Zarco a vu l'arrivée 11 fois à la deuxième place, mais possède les records peu enviables du plus grands nombre de podiums (19) et de tours menés (91) sans succès. Régulièrement interrogé sur cette victoire qui prend des allures de chimère, le pilote Pramac préfère souvent balayer cet objectif, même s'il l'a fait sien pour la deuxième partie de saison. Sa priorité reste cependant la quête de sensations optimales qui rendraient une victoire naturelle.

"Le principal objectif est de prendre beaucoup de plaisir sur la moto, parce que si je ne pense qu'à la victoire et que je ne gagne pas, je serai triste", a expliqué Zarco au site officiel du MotoGP. "Si je peux prendre du plaisir, j'apprécierai encore plus la victoire."

"Je peux voir que j'ai fait des erreurs quand je voulais gagner. Quand j'ai eu de grosses chances [de victoire], j'ai eu un concurrent plus fort et qui se sentait encore mieux que moi. Mais on ne peut pas avoir de regrets. Si on perd de l'énergie à regretter le passé, on est cuit pour le moment présent. Il faudra peut-être que j'attende un peu plus mais tant que je sentirai cette possibilité de penser à cet objectif, ça me motivera en course."

Un style jamais parfaitement adapté à la Ducati

Johann Zarco a pourtant tous les éléments pour réussir. Il pilote la Ducati avec laquelle Pecco Bagnaia mène le championnat et qui a mené Jorge Martín à la victoire en Allemagne, mais depuis qu'il a rejoint la marque en 2020, le Provençal n'a jamais été en parfaite symbiose avec cette machine, malgré des résultats globalement très bons : "J'ai la moto qui gagne, donc je vais faire de mon mieux pour viser les premières places et profiter de ce moment."

"Si je peux me battre pour le podium, c'est toujours satisfaisant", a-t-il précisé. "Je peux voir que de nombreux pilotes ont encore un style naturel et c'est l'objectif de la saison 2023 : faire bien fonctionner mon style naturel sur la moto et c'est ce qui me permettra de gagner."

Johann Zarco, Pramac Racing

Johann Zarco

Dans cette quête, Zarco ne peut pas véritablement s'inspirer de la réussite de Martín, leurs façons de piloter la moto étant diamétralement opposées : "On se sent très bien ensemble, on s'amuse beaucoup mais on a des styles différents, on a des réglages différents sur la moto. On est très solitaires dans notre travail. J'ai l'habitude de faire mon truc, il fait le sien."

Pour gagner en naturel au guidon de la Ducati, Johann Zarco a remanié son équipe technique cette année, avec notamment l'arrivée de Massimo Branchini, qui l'épaulait en Moto2, mais ces changements n'ont pas encore permis au pilote de trouver le naturel qu'il recherchait sur la Desmosedici.

"On a fait de gros changements avant le début de la saison. Avec mon chef mécanicien, on a cherché à changer les méthodes de travail pour me donner de meilleures sensations et essayer de gagner parce que j'ai passé quelques années chez Ducati, j'ai décroché de bons résultats mais je ne me suis pas senti 100% à l'aise. On cherche cette zone de confort sur la moto, pour que je sois fort quand il le faut."

Un déclic pourrait totalement relancer Johann Zarco, les 92 points de retard qu'il a actuellement sur Pecco Bagnaia pouvant plus facilement être comblés avec l'arrivée des sprints cette année. Cette lutte pour une bonne position au championnat est plus importante qu'une victoire sans lendemain pour le Français, qui reste néanmoins réaliste sur ses chances de titre : "La première place est la cerise sur le gâteau mais ce n'est pas une obsession. Il faut hausser mon niveau pour songer au titre ensuite."

"Il y a encore une petite lumière concernant le titre mais j'ai fait un zéro en course sprint et dans la course longue à Assen" a-t-il rappelé. "On ne peut pas avoir ça si on veut penser au championnat. Je n'ai pas eu confirmation avec une victoire, ou des victoires. Ce sera une nouvelle étape pour penser au titre."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le MotoGP clarifie l'accès à la Q2 en cas d'aléas météo
Article suivant L'engouement justifié autour de Pedro Acosta

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France