Zarco : "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"

Malgré des tests de pré-saison compliqués, le pilote français croit dur comme fer au projet de KTM, une structure à laquelle il a souvent été lié par le passé. Ce défi n’est d’ailleurs pas le premier qu’il relève dans sa carrière.

Zarco : "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"

Ce dimanche, Johann Zarco s’alignera sur la grille MotoGP afin de prendre part à sa toute première course avec KTM, et cette nouvelle collaboration est sous le feu des projecteurs depuis le début de la pré-saison. La différence de performance entre la RC16 et les autres motos du plateau n’a fait qu’accentuer les commentaires autour de son choix de rejoindre le constructeur autrichien, quand d’autres équipes officielles plus performantes étaient prêtes à lui présenter un contrat pour cette année. Mais le Français préfère les défis.

Lire aussi :

I have a dream

"Je sais que je n’ai pas choisi le chemin le plus facile, et que la route sera longue pour amener la moto au sommet du MotoGP, cela prendra du temps. Mais je n’ai jamais hésité à travailler dur et je refuse de céder à la pression car ce prototype a un sérieux potentiel. Je suis prêt à relever ce défi, aux côtés de Pol [Espargaró], Miguel [Oliveira], Hafizh [Syahrin], Dani [Pedrosa], Mika [Kallio] et toutes les personnes de KTM, car c’est une grande famille", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP.

Si Zarco se montre sûr de lui, c’est également car il a déjà relevé haut la main un autre défi par le passé, qui avait été loin de faire l’unanimité. À la fin de la saison 2015, il avait fait, avec son manager Laurent Fellon, le choix osé de remettre en jeu son titre de Champion du monde en Moto2. L’opération était risquée et à double tranchant. Soit le Français parvenait à être de nouveau sacré en 2016, et il pariait alors sur le fait que des équipes importantes lui proposeraient un contrat, soit il n’y parvenait pas et les portes du MotoGP se refermeraient surement définitivement devant lui. Dans tous les cas, il refusait de monter dans la catégorie reine dans une équipe de fond de grille, comme on le lui proposait.

Ce choix, salué par certains et critiqué par d’autres, se révélait être un coup de poker gagnant. Trois ans plus tard, Zarco est exactement là où il voulait être. "J’avais un rêve depuis longtemps, celui de rejoindre une équipe d’usine", a-t-il expliqué. "Ce rêve est maintenant devenu réalité grâce à KTM, un constructeur dont les succès dans d’autres catégories ne sont plus à prouver et qui a placé sa confiance en moi."

Boucler la boucle

Cette confiance, le pilote de 28 ans l’a avant tout gagnée grâce à ses résultats. Après son double titre de Champion du monde en Moto2, il a travaillé dur lors de ses deux premières années en MotoGP afin de convaincre. Aidé par l’équipe Tech3, il a décroché cinq pole positions, neuf premières lignes et six podiums, en frôlant également la victoire à plusieurs reprises. En parvenant à tirer le potentiel maximal de sa Yamaha satellite, il a terminé à de nombreuses reprises devant les deux pilotes officiels, Valentino Rossi et Maverick Viñales, ce qui a encore plus mis en lumière ses résultats qui n’ont pas échappés à KTM.

"Ils ont besoin de moi, et je ne peux pas nier les attentes qu’il y a autour de mon arrivée, surtout avec le podium de Pol à Valence. Tout le monde souhaite voir ce que Zarco peut faire avec la RC16 après mes deux premières saisons prometteuses en MotoGP", a confirmé le Français. "Je suis parfaitement conscient de la responsabilité qui m’attend."

Johann Zarco a alors fait, une nouvelle fois, un choix risqué, en rejoignant le constructeur autrichien qui ne fait rouler ses machines en MotoGP que depuis 2017. D’autres équipes souhaitaient pourtant le faire rouler, Suzuki et Honda en tête, mais le Français a préféré croire en le projet de KTM, qui investit un grand nombre de moyens pour que le développement avance le plus rapidement possible, en témoigne sa signature avec Tech3 afin de bénéficier d’un team satellite. Signer avec une équipe déjà performante aurait été trop facile. "Après tout, le proverbe ne dit-il pas ‘à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire' ?" a-t-il commenté.

Lire aussi :

Il est enfin indéniable que KTM a toujours occupé une place particulière dans la carrière de Zarco, et que cela compte beaucoup à ses yeux. En Moto2, c’est en effet avec le team d'Aki Ajo, très lié à KTM, qu’il a décroché ses deux titres. Auparavant, en 125cc, il avait fait ses premiers pas au niveau mondial grâce à la confiance de KTM, et ensemble ils avaient terminé vice-Champions du monde. La marque autrichienne est aussi liée à lui depuis ses tout débuts, en Rookies Cup, et la symbolique était bien trop belle pour refuser de s’allier en catégorie reine : "Amener cette KTM au sommet serait une grande réussite pour le premier vainqueur de la Red Bull MotoGP Rookies Cup… La boucle serait bouclée."

partages
commentaires
Deux nouveautés parmi les pneus proposés au Qatar
Article précédent

Deux nouveautés parmi les pneus proposés au Qatar

Article suivant

De Doohan à Márquez, les débuts des pilotes Repsol Honda

De Doohan à Márquez, les débuts des pilotes Repsol Honda
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021