Lorenzo, un exemple "positif" pour Zarco chez Ducati

Plus que ses difficultés initiales, le pilote français retient du passage de Lorenzo chez Ducati le succès qu'il a fini par obtenir. Une réussite qui le conforte dans son choix de rejoindre le constructeur italien.

Lorenzo, un exemple "positif" pour Zarco chez Ducati

Difficile d'imaginer saison plus agitée que celle qu'ont connue Johann Zarco et Jorge Lorenzo en 2019. En souffrance l'un et l'autre, ils ont été en proie au doute, au point de devoir prendre une décision radicale en renonçant à leur contrat de pilote officiel, respectivement chez KTM et Honda. Aujourd'hui, tous deux rebondissent, chacun à sa manière. Le pilote espagnol s’apprête à retrouver la machine qu'il a menée tant de fois au sommet, la Yamaha, désormais en tant que pilote d'essais. Et le Français va quant à lui se confronter à une cinquième moto en moins de quatre ans, puisqu'il intègre le clan Ducati par le biais du team Avintia.

Si cette nouvelle aventure aurait de quoi en faire trembler plus d'un, Zarco espère que son destin fera à nouveau écho à celui de Lorenzo. Car le #99 s'est lui aussi frotté à la redoutable Desmosedici et, après de lourdes difficultés initiales, il a fini par trouver la clé pour la mener à la victoire. "Lorenzo a d'abord eu du mal, puis il a gagné avec la Ducati, mais globalement de nombreux pilotes avec des styles différents ont réussi à être compétitifs avec la Desmosedici, alors je pense que c'est une moto plutôt homogène. Ça me rend confiant", assure le Cannois dans les colonnes de Motosprint.

"L'exemple de Lorenzo est très positif pour moi, parce qu'il a un style très particulier. C'est un style unique, tellement propre et précis que s'il n'a pas les bonnes sensations il n'arrive pas à être rapide. Il a toujours été sans demi-mesure, soit lent soit rapide. Avec la Ducati il a réussi à gagner à Barcelone, au Mugello, en Autriche, cela me fait penser que les ingénieurs Ducati ont réussi à s'adapter à lui. Quand il a gagné, on a vu un Lorenzo pur", se souvient Johann Zarco, qui peut espérer que le constructeur italien répondra à ses besoins techniques.

Lire aussi :

"C'est le point fort de Ducati : ils sont capables de vraiment aller dans la direction du pilote, alors que chez Honda, qui a un pilote aussi fort que Marc [Márquez], ils sont plus 'conservateurs'. Ducati s'est ouvert de plus grandes possibilités avec Dovizioso, Petrucci, Miller, qui ont tous le niveau de monter sur le podium. C'est la raison pour laquelle je dois simplement travailler sur mes motivations, ma hargne et ma vitesse."

Lorenzo a mis 24 courses avant de réussir à s'imposer avec la Ducati, un délai largement acceptable au vu du temps d'adaptation dont ont eu besoin d'autres pilotes avant lui, mais trop long au regard du tourbillon qu'est devenu le MotoGP, où la performance se doit d'être immédiate. Il a beau avoir gagné trois fois en six courses par la suite, son sort était déjà scellé au sein de l'équipe italienne. Une fois passé chez Honda, le Majorquin a là aussi été à la peine, et il n'a finalement pas tenté d'aller au bout de son contrat de deux ans pour tenter de trouver la solution.

"Je ne sais pas pourquoi il n'a pas réussi à se sentir à l'aise avec la Honda, peut-être à cause de problèmes d'ordre physique. Je comprends son choix de s'arrêter. Moi, je n'ai pas eu un rythme de podium avec la Honda, mais je n'ai pas non plus été lent. Alors le défi Ducati ne me fait pas peur", assure Zarco, lui-même pressé de réussir. "Il est clair qu'avec la KTM je n'ai pas réussi à le faire, mais ils n'ont pas encore une moto qui gagne. Peut-être qu'ils l'auront, mais je ne sais pas quand et je n'ai pas tout ce temps."

La Ducati n'a pas la réputation d'être une moto simple à dompter, et Zarco a expérimenté une forte baisse de ses performances comme de ses sensations en passant de Yamaha à KTM, et pourtant ses doutes semblent s'être dissipés, grâce notamment aux trois courses qu'il a disputées avec la Honda du team LCR en fin de saison. "Avec ce que j'ai vécu, je suis très content d'avoir retrouvé de bonnes sensations avec la Honda. Ça a été risqué, mais si je n'avais pas été capable d'être rapide sur une moto qui gagne avec Marc Márquez, cela aurait voulu dire qu'il valait peut-être mieux arrêter. Un peu comme ce qui est arrivé à Lorenzo", conclut-il.

partages
commentaires
Aprilia dévoile sa moto 2020 à Sepang

Article précédent

Aprilia dévoile sa moto 2020 à Sepang

Article suivant

Shakedown, J1 - Pedrosa devant, Lorenzo se fait désirer

Shakedown, J1 - Pedrosa devant, Lorenzo se fait désirer
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021