Zarco : "Tout le monde se rapproche un peu du style de Márquez"

Johann Zarco continue son adaptation à la Ducati qu'il découvre cette année, et se voit obligé d'adapter son style pour progresser plus vite. Le Français juge d'ailleurs que le style général des pilotes converge vers celui de Marc Márquez.

Zarco : "Tout le monde se rapproche un peu du style de Márquez"

Johann Zarco a disputé son premier Grand Prix pour le compte d'Avintia Ducati à Jerez, et le Français a découvert en conditions de course une quatrième moto en deux ans, après avoir piloté pour Yamaha Tech3, KTM, et effectué une pige pour LCR Honda en fin d'année dernière. Il se félicitait vendredi dernier de s'adapter de mieux en mieux au style de la Desmosedici, et la comprenait encore davantage au terme des qualifications. Selon lui, l'important est de concilier un style adapté à sa moto, tout en se rapprochant de celui de Marc Márquez qui serait celui vers lequel tendent ses rivaux.

"Cette moto est vraiment spécifique. Elle donne confiance, mais il faut vraiment insister sur des zones : par exemple, sa force c'est le freinage et il faut insister là-dessus", analyse le Français. "Mais la confiance au freinage, elle vient. Il y a une certaine technique, il ne s'agit pas seulement de freiner fort : il faut freiner fort en faisant des gestes, en prenant des angles que j'arrive petit à petit à concevoir. Je n'ai pas été habitué comme ça, mais de toute façon même sur les motos contre qui je me bats, c'est le step de 2020 − et même depuis même 2019 sans doute : au niveau pilotage, je trouve que tout le monde se rapproche un peu du style de Marc, et donc ça élève le niveau."

Lire aussi :

Un style qui fonctionne avec les motos actuelles mais qui n'est pas celui naturel de Zarco. Dès lors, le double Champion du monde Moto2 n'hésite pas à prendre la roue de ses adversaires ; un exercice qu'il juge important pour réussir à se placer sur la moto, à affiner son style, mais aussi à jauger ses performances au guidon d'une machine qu'il doit encore apprendre à connaître, et sur laquelle il flirte pour le moment avec la limite.

"Oui, c'est pour rattraper, disons, le temps perdu parce qu'on voit que ça aide toujours. Comme je dépasse des limites sur moi-même, au moins quand tu as quelqu'un devant tu vois où tu en es. Sur la Yamaha, quand je suivais quelqu'un ça aidait aussi, tu vas toujours plus vite quand tu suis quelqu'un, mais comme là on va dire que je suis un peu en retard, c'est pour vraiment m'aider à prendre le rythme, sinon j'ai vite tendance à reprendre un vieux style de pilotage qui n'est plus adapté."

Pour ne rien arranger durant cette période d'adaptation à sa nouvelle monture, Johann Zarco doit aussi composer avec une nouvelle carcasse de pneu arrière, dont la maîtrise s'est avérée difficile pour les pilotes Ducati, sauf pour Francesco Bagnaia, dont le manque d'expérience a été un avantage, puisqu'il avait moins d'habitudes à corriger que les autres pilotes de la marque de Borgo Panigale. Zarco n'a pas pu faire de comparaison directe avec l'ancienne carcasse du pneu et la manière dont elle se comportait avec la Ducati, mais sait que le manufacturier italien est en retrait face à ses rivaux. Néanmoins, il affiche sa confiance quant à l'adaptation de Ducati à ces pneus Michelin revus.

"Le passage du nouveau pneu, je ne l'ai pas eu parce qu'ils ont commencé à le tester après la course de Valence et moi je n'ai fait aucun essai au mois de novembre. En fait, ils étaient quasiment en place déjà en Malaisie et j'ai donc eu la moto plus le pneu et je ne peux vraiment pas dire si les petits problèmes que je peux avoir parfois viennent de la moto ou du pneu. Mais clairement, on sent qu'en Malaisie mais aussi au Qatar, ça avait donné un bon step sur les motos qui ont des moteurs en ligne. Ça leur permettait de retrouver une belle vitesse de passage pure, comme ils aiment bien. Après, je pense que ce n'est qu'une question de temps, Ducati aussi va bien trouver tous ses repères."

partages
commentaires
GP d'Espagne : la réaction des rookies

Article précédent

GP d'Espagne : la réaction des rookies

Article suivant

La participation de Rins au GP d'Andalousie est "incertaine"

La participation de Rins au GP d'Andalousie est "incertaine"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021