Une course de Roborace avec des équipages semi-artificiels

partages
commentaires
Par : Emmanuel Touzot
14 nov. 2018 à 15:30

Le futur championnat de voitures électriques et autonome, Roborace, a organisé une compétition entre deux équipes constituées d'un pilote et d'une IA développée par une université.

Roborace a présenté la semaine dernière le Devbot 2.0, la voiture qui participera à la Saison Alpha de la compétition. La particularité de cette voiture est qu'elle embarquera une intelligence artificielle, destinée à moyen terme à être le seul "pilote" de la Robocar, et un pilote humain, qui aura la charge de s'assurer du bon fonctionnement de la voiture, tout en apprenant le pilotage à l'IA.

Pour prouver les capacités de l'intelligence artificielle déjà implémentée dans ses Devbot, Roborace a organisé à Berlin une compétition dans laquelle les systèmes autonomes étaient associés à des pilotes. Deux équipes ont été constituées, l'une composée d'un designer d'Acronym, un partenaire de Roborace, associé à une équipe d'ingénieurs de l'Université technique de Munich. L'autre équipe regroupait le gamer Nick Andrew, connu sous le pseudo "AR12Gaming", et des ingénieurs de l'Université de Pise.

Lire aussi :

Les ingénieurs étaient présents pour optimiser au maximum l'utilisation de l'intelligence artificielle, tandis que les humains roulaient dans le Devbot sans aucune aide. Chaque équipe a établi deux chronos, avec et sans pilote, et une moyenne a été faite entre les deux. Bien qu'il ne s'agisse pas de pilotes professionnels ni d'ingénieurs ayant beaucoup travaillé sur le système, on a pu constater une certaine équité entre l'Homme et la machine.

Il n'a pas encore été annoncé précisément comment seraient associés les pilotes et les systèmes autonomes lors de la Saison Alpha, mais le développement, qui sera open source, sera l'une des clés pour de bons résultats. Lorsque le concept de la première saison a été annoncé, il a simplement été sous-entendu que le pilote gérerait une partie de la course, tandis que l'IA piloterait dans l'autre, à l'image d'une course d'endurance, mais partagée entre le pilote et sa voiture.

C'est Nvidia, géant de l'informatique, qui fournit la plateforme sur laquelle les développeurs vont travailler. Depuis le début de l'année, c'est la Nvidia Pegasus qui sert de base au système, et c'est celle qui équipait la Robocar qui a accompli la première montée autonome lors du Goodwood Festival of Speed. Les premières courses devraient avoir lieu début 2019.

 

Article suivant
Roborace présente le Devbot 2.0 à l'intelligence semi-artificielle

Article précédent

Roborace présente le Devbot 2.0 à l'intelligence semi-artificielle

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Roborace
Auteur Emmanuel Touzot