Toyota : Il y a eu "quelques étincelles" avec Alonso

Dans sa collaboration avec Fernando Alonso en WEC, Toyota a parfois connu quelques moments chauds. Mais pour le constructeur japonais, le profil pas toujours "facile à vivre" de l'Espagnol a aussi procuré des "avantages".

Toyota : Il y a eu "quelques étincelles" avec Alonso

Engagé dans la Super Saison du WEC, au cours de laquelle il a conquis la couronne mondiale mais également deux victoires consécutives aux 24 Heures du Mans, Fernando Alonso a refermé cette parenthèse couronnée de succès avec Toyota il y a une dizaine de jours. L'Espagnol veut se lancer d'autres défis, et aspire toujours à décrocher la Triple Couronne pour laquelle il lui faut s'imposer à Indianapolis, mais a promis de revenir un jour ou l'autre en Endurance et au Mans. Chez Toyota, il sera remplacé la saison prochaine par Brendon Hartley, et le constructeur japonais peut aujourd'hui dresser le bilan interne de cette collaboration forcément à part avec le double Champion du monde de Formule 1.

Lire aussi :

On le sait, Alonso a la réputation d'un pilote tout autant déterminé que difficile à vivre au sein d'une équipe. Cette année, l'ex-président de Ferrari, Luca di Montezemolo, avait d'ailleurs égratigné l'Espagnol avec une pique qui lui était directement adressée : "Quand il gagne, il est heureux. Quand il ne gagne pas, c'est le problème de l'équipe, il est malheureux." L'intéressé avait remis en cause cette vision via un tweet furieux, mais qu'en est-il ailleurs ? "C'est un pilote très professionnel, qui s'est très bien intégré dans notre équipe", affirme Rob Leupen, team manager de Toyota en WEC. "Il ne voulait pas être spécial, il a compris très vite qu'il ne pouvait pas gagner une course tout seul en WEC. Ce n'était pas un problème pour lui, dès notre première discussion. Il s'est adapté, il a pris du plaisir. Pour l'équipe, avoir quelqu'un comme Fernando est toujours agréable."

Toyota a "apprécié d'avoir quelqu'un comme lui"

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso

Un résumé quasi idyllique, qui se veut contrebalancé par d'autres constats. Interrogé sur d'éventuels conflits survenus en interne durant ces 18 mois de collaboration, Leupen répond avec précaution : "Nous avons vu quelques étincelles, mais de manière générale, je pense qu'avec quelqu'un comme lui, qui n'est pas facile à vivre, vous aurez toujours des avantages. Ce n'étaient que quelques étincelles, mais je ne peux pas confirmer ce que d'autres ont dit à ce sujet par le passé. Je ne connais pas bien ces gens. Nous avons apprécié d'avoir quelqu'un comme lui, avec son standing. C'était bien, et l'aventure prend fin pour le moment. Il dit qu'il veut revenir [à l'avenir], alors pourquoi pas ?"

Compte tenu du plateau de la Super Saison, la lutte pour le titre mondial s'est logiquement résumée à un duel entre les deux équipages Toyota, impliquant une gestion stratégique importante de la part de l'équipe. Les "quelques étincelles" évoquées par Rob Leupen venaient-elles de là ? "Parfois oui, ça explique des choses, on pourrait aussi adopter une approche 'à prendre ou à laisser', mais ce qui a toujours été très clair pour tous les pilotes, et pas seulement Fernando, c'est que l'effort collectif était le plus important", précise le team manager. "Il y a des situations dans lesquelles vous pourriez ne pas être content car l'équipe a opté pour une certaine stratégie, mais il peut également y avoir des situations de chance ou de malchance. Si la voiture #7 avait été plus chanceuse, ils auraient pu gagner une ou deux courses de plus ; si la voiture #8 avait été moins chanceuse, ils auraient pu en perdre une ou deux."

partages
commentaires
Aston Martin proposera la Valkyrie à des équipes privées

Article précédent

Aston Martin proposera la Valkyrie à des équipes privées

Article suivant

Le lest ou le handicap permettra à un privé de gagner, selon Toyota

Le lest ou le handicap permettra à un privé de gagner, selon Toyota
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021