Déjà Noël pour Torres mais un triste anniversaire pour Haslam

partages
Déjà Noël pour Torres mais un triste anniversaire pour Haslam
Par : André Christian Cahuzac
20 juil. 2015 à 17:14

Leon Haslam, Aprilia Racing Team Red Devils, Jordi Torres, Aprilia Racing Team Red Devils
Leon Haslam, Aprilia Racing Team Red Devils
Leon Haslam, Aprilia Racing Team Red Devils, Jordi Torres, Aprilia Racing Team Red Devils
Le poleman Jordi Torres, Aprilia Racing Team Red Devils

Les humeurs étaient bien différentes sous l’auvent Aprilia au moment de quitter le tracé de Laguna Seca. Le neuvième rendez-vous de cette saison de Superbike aura eu l’effet d’un Noël en juillet pour un Jordi Torres qui en est à sa première année à ce niveau et qui découvrait donc le tourniquet californien, jusque-là seulement effleuré avec des manettes de jeux vidéo.

En revanche, pour Leon Haslam, qui comptait dignement fêter un 200e départ de carrière, l’anniversaire n’a pu être souhaité après une première manche décevante et une seconde déprimante puisque synonyme de défaite face à son équipier.

Pourtant, 200 départs en WSBK, ce n’est pas rien. C’est entrer dans un club réduit à neuf membres dont deux Britanniques nommés James Toseland, qui compte 201 envols, et Carl Fogarty qui en revendique 219. Mais le fils de Ron, légende vivante de la moto d’outre-Manche, n’a pu être à la hauteur de ces aînés : "Lors de la première course on a beaucoup souffert et j’avais du mal à garder le bon rythme" a commenté celui qui avait aussi choisi des gommes plus dures que ses adversaires directs. "Après ma chute, je ne pensais qu’à terminer la course avec mon sélecteur de vitesses endommagé."     

C’est vraiment dommage car je sais que le potentiel de la moto vaut mieux que ça.

Leon Haslam

"Pour la deuxième manche, on a bien progressé et j’ai fait un bon début d’épreuve. Mais on n’a pas tenu le rythme. C’est vraiment dommage car je sais que le potentiel de la moto vaut mieux que ça. Notre souci est la régularité et j’ai du mal à aborder certains virages. Il faut mettre tout ça à plat et corriger en vue de la Malaisie où je suis convaincu que nous serons compétitifs."

Treizième et cinquième d’un côté, mais cinquième puis quatrième de l’autre après une belle troisième place au terme des qualifications, ce n’est rien de dire que l’on vivait une autre ambiance du côté de Jordi Torres : "Les qualifications sont différentes de la course et j’étais une demi-seconde moins rapide lors des manches" commentait pourtant l’Espagnol venu du Moto2. "Lors de la première course, j’ai souffert d’une perte d’adhérence de l’arrière et je n’ai pas pu rester avec Giugliano."

"Dans la seconde, c’était mieux même si j’ai perdu du temps au début sur les freinages car mes plaquettes étaient neuves. Une fois qu'elles ont été rodées, j’ai pris mon rythme et j’ai doublé Leon. Les changements faits entre les deux courses m’ont permis de progresser. Je suis aussi satisfait parce que l’on a fixé mes problèmes sur la RSV4 au point de corde."

Après Laguna Seca, Leon Haslam émerge au quatrième rang provisoire avec 240 points juste devant son binôme qui revendique 164 unités. Aprilia est troisième parmi les constructeurs avec 267 points soit 51 de moins que le compatriote Ducati. Une conjoncture qui ne doit pas transporter de joie les décideurs de Noale qui, Torres excepté, songent à un renouvellement du casting pour 2016... Si l’aventure en Superbike se poursuit.    

Prochain article WSBK
Randy De Puniet - "Il y a du mieux mais je reste sur ma faim"

Article précédent

Randy De Puniet - "Il y a du mieux mais je reste sur ma faim"

Article suivant

Les Kawasaki ont d’abord joué entre elles

Les Kawasaki ont d’abord joué entre elles

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Laguna Seca
Catégorie Course 2
Lieu WeatherTech Raceway Laguna Seca
Pilotes Leon Haslam
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur André Christian Cahuzac
Type d'article Actualités