Albon sera "bien mieux préparé" à Melbourne qu'en 2019

Fort d'une année d'expérience en Formule 1, Alexander Albon va aborder la saison 2020 dans des conditions favorables.

Albon sera "bien mieux préparé" à Melbourne qu'en 2019

Alexander Albon a connu une ascension aussi inattendue qu'effrénée, puisqu'il y a deux ans, il n'avait pas le budget nécessaire pour financer sa saison en Formule 2. Par la suite, en moins de 12 mois, l'Anglo-Thaïlandais a été recruté par Nissan e.dams en Formule E, volant qu'il a délaissé pour signer chez Toro Rosso en Formule 1 ; il s'est finalement classé troisième de F2 et s'est ensuite emparé du baquet de Pierre Gasly chez Red Bull à la mi-saison 2019 grâce à des débuts convaincants et aux performances en demi-teinte du Français.

Lire aussi :

"À vrai dire, c'est un sentiment très étrange car j'ai du mal à réaliser, mais en même temps, je me rends bien compte que je suis chez Red Bull", commente Albon, qui a fini huitième du championnat pour sa première saison, avec une série de sept arrivées consécutives dans le top 6 et un premier podium qui lui a échappé sur le fil au Brésil. "C'est comme si j'avais été sur un nuage tout au long de ma première année. Je ne me sens pas conscient de quoi que ce soit. Ce qui est, je pense, une bonne chose ! Car je ne ressens pas la pression. Je me rappelle à moi-même ce qui est arrivé, car être dans un top team pour sa première année, je pense que Lewis [Hamilton] doit être le dernier à avoir eu cette opportunité [chez McLaren en 2007]."

"Le seul moyen de faire ses preuves, ce sont les résultats. Il faut se focaliser sur le pilotage et sur le fait de tirer le meilleur de la voiture et de l'équipe, qui représentent un nouvel environnement. Je ne voyais pas ça comme 'il faut que je sois performant', plutôt comme 'j'ai une opportunité'. L'état d'esprit était donc différent, car à tort ou à raison, j'ai toujours pensé que si ça ne marchait pas, j'aurais quand même ma chance chez Toro Rosso. Ce n'était donc pas 'ça passe ou ça casse'."

Alexander Albon, Red Bull Racing

Un travail plus productif lors de la pré-saison

Albon avait débarqué chez Toro Rosso sans la moindre expérience de la Formule 1, contrairement aux autres rookies tels que George Russell et Lando Norris, et n'avait donc eu que quatre journées d'essais hivernaux pour s'acclimater avant d'être lancé dans le grand bain. Sa tâche a ensuite été compliquée lorsqu'il a dû découvrir la RB15 en cours de saison.

"La Formule 1 m'est désormais familière, du moins l'environnement", estime le pilote Red Bull Racing. "Et ça va devenir un peu plus normal, même si cette année [2019] n'a pas été si normale. J'ai énormément appris sur la Formule 1 et son fonctionnement avec la Toro Rosso. Puis cela a changé. C'était presque comme repartir de la case départ. Mais au moins, maintenant, nous avons des bases vraiment solides."

Il souligne : "On ne peut pas changer grand-chose [lors d'un week-end de Grand Prix], car on ne peut pas prendre de risque. Mais je pense que l'équipe comprend déjà vraiment ce que je veux dans la voiture."

"Aux essais [de pré-saison], l'ambiance est forcément un peu différente. Il y a des comparaisons plus utiles, pas comme en EL1 et en EL2 quand on a quatre heures entre les séances. C'est un moment très important où il faut vraiment se focaliser sur le temps que l'on a et son organisation afin d'en tirer le meilleur. Car même si nous disons qu'il est temps d'apprendre et de mener des expériences, nous n'avons que trois jours d'essais avant d'arriver à Melbourne [six au total pour l'écurie, ndlr]. Cela reste limité, mais bien sûr, c'est mieux que rien."

Lire aussi :

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner n'a en tout cas aucun regret quant à la promotion d'Albon au sein de l'écurie mère. Son nouveau pilote n'a pas fait mieux que Pierre Gasly en performance pure par rapport à Max Verstappen en qualifications, mais il était bien plus proche de son chef de file en course, ce malgré son manque d'expérience au volant de cette monoplace.

"Nous avons changé de pilote à la mi-saison, et je pense que c'était la bonne chose à faire. Je pense qu'Alex a mérité son baquet pour l'an prochain. Il est facile d'oublier que c'était sa première année en F1, et il ne fait que s'améliorer, tout comme sa compréhension de ces pneus et de la complexité de ces voitures. Le dimanche, son rythme est de plus en plus proche [de celui de Verstappen]. Je pense qu'avec un bon hiver et une bonne pré-saison, son expérience récente fera de lui un pilote bien mieux préparé au moment d'aller à Melbourne", conclut Horner.

partages
commentaires
Les 10 écuries auront des mulets pour tester les pneus 18 pouces

Article précédent

Les 10 écuries auront des mulets pour tester les pneus 18 pouces

Article suivant

Max Mosley bientôt au centre d'un nouveau documentaire

Max Mosley bientôt au centre d'un nouveau documentaire
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021