Alpine paie le prix de décisions moteur "courageuses"

Le directeur technique d'Alpine, Pat Fry, considère que l'équipe est inévitablement en train de payer le prix d'un développement "courageux" du moteur Renault.

Alpine paie le prix de décisions moteur "courageuses"
Charger le lecteur audio

Même si l'écurie est devenue Alpine entre les saisons 2020 et 2021, le moteur qui équipe les A522 est toujours un bloc turbo hybride badgé Renault. Cet hiver, le choix du constructeur français, en retard sur le plan des performances, a été de fournir un gros effort afin de revenir sur les meilleurs, quand bien même cela présentait des risques en matière de fiabilité. Cette position a été assumée très tôt par la direction de l'équipe.

Toutefois, le week-end dernier, le cuisant double abandon subi par Fernando Alonso et Esteban Ocon s'est avéré particulièrement coûteux puisque, combiné à l'excellent résultat d'ensemble de McLaren, il a tout simplement fait reculer Alpine au cinquième rang du classement constructeurs. Pire encore, ces défaillances ouvrent la perspective de nouvelles pénalités moteur durant cette fin de saison cruciale, surtout pour Alonso, qui pourraient là aussi être un véritable caillou dans la chaussure d'Enstone et Viry-Châtillon.

"Il y a toujours des problèmes de jeunesse", a reconnu Pat Fry à Motorsport.com à Suzuka. "De toute évidence, nous avons pris beaucoup de décisions cette année, en changeant énormément de choses. Et nous sommes bien mieux en termes de performance grâce à ce qui a été fait ces deux dernières années, vraiment."

"Il y a eu du bon travail, mais il a toujours été fait en sachant que nous allions chercher la performance puis corriger la fiabilité. Et je pense que c'est une façon courageuse d'aller de l'avant, n'est-ce pas ? De temps en temps, on se fait surprendre, comme tout le monde."

Fry a souligné que les ingénieurs Renault avaient déjà compris ce qui a failli à Singapour, et qu'ils travaillaient maintenant sur l'origine de ces défaillances. "Il s'agissait de problèmes différents", a-t-il déclaré, comme l'avait indiqué plus tôt Ocon lui-même. "Les moteurs sont revenus mardi midi, [ont été] démontés et [les défaillances ont été] comprises, et nous travaillons dessus."

Fernando Alonso, Alpine A522

Fernando Alonso, Alpine A522

"Les problèmes sont relativement nouveaux, je dirais. Il faut les comprendre, et tant que l'on ne cherche pas la cause profonde, on n'est jamais tout à fait sûr, n'est-ce pas ? Il faut donc faire l'analyse correctement. Il est trop tôt pour dire [si les conditions de Singapour ont joué un rôle]. Je veux dire, il est difficile de croire que c'est ça, mais nous ne savons vraiment pas, pour être honnête."

À la question de savoir ce qu'il va advenir des moteurs encore présents dans le parc de chaque pilote et si les problèmes singapouriens pourraient réduire encore leur durée de vie, Fry a répondu : "Je pense que tant que nous ne comprenons pas le problème, il est difficile de répondre à cette question."

"Esteban a encore un kilométrage correct, Fernando nous devons y réfléchir. Mais encore une fois, tout dépend de ce que l'analyse nous apprend. Est-ce que nous allons soudainement perdre du kilométrage ou pas ? Il est difficile de le savoir pour le moment, tant que tout le travail n'a pas été fait."

Lire aussi :
partages
commentaires
Ocon : Deux problèmes différents ont touché Alpine à Singapour
Article précédent

Ocon : Deux problèmes différents ont touché Alpine à Singapour

Article suivant

Hamilton : "Mercedes sous-estime encore les rebonds"

Hamilton : "Mercedes sous-estime encore les rebonds"