Brundle : L'échange radio de Masi, "gênant" pour la F1

Martin Brundle, ancien pilote de F1 devenu commentateur en Grande-Bretagne, comprend que les communications radio de Michael Masi au GP d'Abu Dhabi 2021 qui ont refait surface il y a peu suscitent la colère sur les réseaux sociaux.

La voiture de sécurité, Lewis Hamilton, Mercedes W12, Lando Norris, McLaren MCL35M

Il y a peu, l'extrait d'une conversation entre le directeur de course Michael Masi et Jonathan Wheatley, directeur sportif de Red Bull, dans les derniers tours du sulfureux Grand Prix d'Abu Dhabi 2021 a largement circulé sur les réseaux sociaux, suscitant l'ire de nombreux fans de F1.

Pendant que la voiture de sécurité était en piste à la suite de l'accident de Nicholas Latifi et que plusieurs retardataires circulaient entre Lewis Hamilton, leader, et Max Verstappen, second, Wheatley s'est adressé au directeur de course : "Ces voitures retardataires, il n'y a pas besoin de les laisser faire le tour [de la piste] et recoller au fond du peloton. Il faut seulement les laisser passer, et alors on aura une course automobile entre les mains."

Un message plutôt habituel pour un représentant d'équipe souhaitant plaider sa cause, toutefois les mots de Wheatley se sont retrouvés dans la bouche de Masi lorsque l'Australien a dû justifier sa gestion du Safety Car face à un Toto Wolff excédé, ce qui a profondément dérangé certains fans. "Toto, ça s'appelle une course automobile, d'accord ?" avait rétorqué le directeur course.

Même si ces échanges ne sont pas nouveaux puisqu'ils ont été publiés par la F1 dans la semaine suivant le Grand Prix, beaucoup de fans sont passés à côté de cela à l'époque en raison du tumulte incessant. Il est intéressant de noter toutefois que la conversation Whealtey-Masi n'a été rendue publique que le 16 décembre, quelques heures après que Mercedes a décidé d'abandonner son appel. L'équipe allemande n'était donc probablement pas au courant de l'existence de cet échange avant de prendre sa décision finale.

Lire aussi :

Martin Brundle, qui commentait le GP d'Abu Dhabi sur la chaîne britannique Sky Sports et sur le canal anglais de la plateforme F1 TV, a quant à lui estimé que le regain d'intérêt pour l'extrait audio ayant refait surface ce mois-ci ne faisait qu'illustrer la colère des fans concernant les décisions douteuses prises par la direction de course.

"Ce n'est pas une nouvelle fraîche et je pense aussi que vous devez comprendre que [Wheatley] n'a pas nécessairement dit à Michael Masi quelque chose qu'il ne savait pas déjà", a d'abord soutenu l'ancien pilote sur Sky Sports. "Ne supposons pas que cela a donné à Masi des informations qu'il ne connaissait pas déjà sur ce qu'il pouvait et ne pouvait pas faire avec les retardataires."

"Bien sûr, c'est vraiment gênant et beaucoup de gens sont mécontents : les fans de Hamilton, les fans de Mercedes. Et il n'y a même pas besoin d'être fan de Lewis Hamilton pour penser qu'il devrait être huit fois Champion du monde parce que, pour moi, le [point du] règlement vraiment crucial n'ayant pas été appliqué était que la voiture de sécurité aurait dû rentrer à la fin du tour suivant."

"Mais nous savons aussi que les règles tacites et les réunions, qui ne devraient pas se substituer à quoi que ce soit, étaient d'essayer de ne pas avoir une course se terminant derrière la voiture de sécurité. C'est vraiment inacceptable. J'ai parlé à tellement de fans, en particulier ceux qui ont découvert la Formule 1 l'an dernier, qui étaient extrêmement contrariés par ce qui s'était passé."

Martin Brundle

Martin Brundle

Selon Brundle, les événements d'Abu Dhabi ont démontré que la constante pression appliquée par les équipes sur la direction de course pour obtenir un avantage était inadmissible. "Nous ne pouvons pas − et nous savons que cela va changer − avoir des équipes autour de l'arbitre pendant qu'il essaie de prendre des décisions cruciales avec les voitures sur la piste, les commissaires et les véhicules de dépannage", a-t-il ajouté.

"Il y a eu un moment où la voiture [de Latifi] brûlait. [Masi] essaie de gérer cela et il se fait harceler de partout. Vous imaginez bien que sur un terrain de football ou de rugby, c'est totalement inacceptable. Et ça va changer. Ce n'est vraiment pas beau pour la Formule 1, mais je ne pense pas que cet extrait audio change le récit vraiment gênant [de la fin de course]."

La FIA doit présenter les conclusions de son enquête sur le Grand Prix d'Abu Dhabi à la Commission F1 ce lundi 14 février, en plus de changements potentiels à apporter à la structure de la direction de course afin de ne pas répéter les erreurs du passé. L'avenir de Masi reste quant à lui flou et la FIA a reconnu que l'Australien pourrait être remplacé pour la saison 2022.

"J'ai dit que remplacer Michael Masi ne résoudra pas le problème, ce qui signifie que [la direction de course] est un travail beaucoup trop important pour une seule personne", a assuré Brundle. "Cela ne veut pas dire que je soutiens pleinement Michael Masi. Je pense qu'il aura des difficultés pour garder ce poste. Le problème, c'est que les projecteurs seront braqués sur lui [en 2022] et que chacune de ses décisions sera analysée. Que se passera-t-il si Lewis a une pénalité ? Se montrera-t-il plus indulgent ? Je pense qu'il est dans une situation intenable."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Vettel : La saison 2022 sera un vrai test pour Aston Martin
Article suivant "Pas de clause de sortie" pour Norris et McLaren jusqu'en 2025

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France