Herta espère remplacer Ricciardo chez McLaren

Si la Formule 1 a échappé à Colton Herta en 2022, l'Américain ne désespère pas d'y débarquer en 2024 avec McLaren.

Herta espère remplacer Ricciardo chez McLaren
Charger le lecteur audio

Daniel Ricciardo reste en difficulté par rapport à son coéquipier Lando Norris en ce début de saison 2022 de Formule 1, et certains pilotes lorgnent déjà sur le baquet de l'Australien. C'est le cas de Colton Herta.

Ricciardo n'a marqué que 11 points cette année, à comparer aux 35 de Norris, et il a déjà encaissé un 4-0 dans l'exercice des qualifications, avec 0"442 de déficit sur son partenaire en moyenne. Plus jeune vainqueur d'une course d'IndyCar, classé septième, troisième et cinquième de ses trois premières campagnes complètes dans la discipline, Colton Herta va mener un programme d'essais privés au volant de la McLaren MCL35M et rêve déjà d'un avenir à Woking, Ricciardo n'étant sous contrat que jusqu'à 2023.

"Si [Ricciardo] continue à progresser, je n'aurai probablement pas cette opportunité", déclare Herta dans un entretien accordé à IndyStar. "J'espère que Lando va lui botter un peu plus les fesses, pour que j'aie au moins une chance. Bien sûr, je ne souhaiterais jamais de mal à personne. Je ne prie pas pour sa disgrâce. S'il est performant, tant mieux pour lui – il mérite le baquet. J'imagine que tout est entre ses mains pour l'avenir, mais au fond de moi j'espère avoir cette opportunité, au moins mettre un petit pied dans l'encadrement de la porte pour peut-être montrer ce dont je suis capable." Que Herta et Norris fassent équipe ne serait d'ailleurs pas inédit : ils étaient chez Carlin lors de la saison 2015 de MSA Formula (désormais British F4), remportée par Norris avec Herta troisième.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Daniel Ricciardo (McLaren) a fini bon dernier à Imola. Son coéquipier Lando Norris est monté sur le podium.

L'Américain a d'ailleurs bien failli rejoindre la catégorie reine du sport automobile lorsqu'Andretti a tenu des négociations avancées avec Sauber quant à un rachat de l'écurie actuellement dénommée Alfa Romeo. Michael Andretti ne le cache pas, les Herta "sont comme la famille", et Colton faisait donc partie intégrante des plans d'Andretti Autosport pour la F1. Ceux-ci ont toutefois fini par capoter.

"C'était l'année la plus folle de ma vie", confie Herta. "Je me disais vraiment que j'allais revenir [en IndyCar], je ne savais simplement pas vraiment quand. Je ne voulais pas courir en F1 pour le restant de mes jours puis prendre ma retraite. Je voulais revenir et pouvoir refaire l'Indy 500 et la saison complète. Mais je croyais que j'allais partir [en F1], je croyais que c'était quasiment sûr – même si au fond, je me disais que je n'avais pas encore de contrat et que ça pouvait encore capoter. C'était tellement surréaliste ; l'espace d'un instant, j'ai cru que nous avions réussi, puis tout a été anéanti."

"Les gens disaient que ça avait 50% ou 60% de chances de se faire. En réalité, c'était bien plus proche que ça."

Il était alors question de faire rouler Herta en essais libres à Austin, à Mexico et à Interlagos afin de lui faire gagner des points de Super Licence, mais pour ce faire, il devait d'abord parcourir 300 kilomètres en essais privés. Un test à Fiorano avec la Scuderia ne s'est jamais concrétisé.

"En fin de compte, je ne pense même pas que Ferrari ait eu une voiture de prête, mais ils ont dit 'On va voir si on peut le faire'", relate Herta. "On y était presque, putain, plus que les gens ne le savent. Mais après, tout a commencé à s'effondrer."

Le crash de Colton Herta, Andretti Autosport w/ Curb-Agajanian Honda

Colton Herta (Andretti Autosport) a signé la pole position à Long Beach mais a ensuite subi un accident en course

Le Californien de 22 ans estime en tout cas qu'Andretti a pris la bonne décision en n'acceptant pas les conditions de rachat fixées par Sauber. "Michael [Andretti] et Dan [Towriss, PDG de la compagnie mère du sponsor Gainbridge] ont fait tout ce qu'ils devaient faire dans cette situation, mais on ne peut pas forcer les choses. Ce n'était pas un bon deal, alors bravo à eux d'avoir pris du recul. C'est presque comme acheter une maison, si quelqu'un propose 10 000 $ de plus et qu'on ne peut pas se le permettre. Michael s'est fait écarter de cet accord."

Lire aussi :

Bien entendu, il y a quelque amertume à constater le bond en avant réalisé par Alfa Romeo dans la hiérarchie de la Formule 1 cette saison. Habituée au fond de grille, l'écurie a déjà signé trois arrivées dans le top 8 avec Valtteri Bottas.

"Ça fait un peu mal maintenant de voir à quel point ils sont bons cette année, mais ce n'était pas mon destin. Et franchement, c'est une bonne chose que ça ne se soit pas fait et qu'ils n'aient pas essayé d'insister", conclut Herta.

partages
commentaires
La F1 va tester une nouvelle règle en qualifications
Article précédent

La F1 va tester une nouvelle règle en qualifications

Article suivant

Porsche et Audi iront en F1, le développement des moteurs lancé

Porsche et Audi iront en F1, le développement des moteurs lancé