Analyse
Formule 1 GP d'Espagne

Ailerons flexibles F1 : la FIA ne compte pas intervenir

Alors que le sujet des ailerons flexibles revient sur le devant de la scène, la FIA n'a aucune inquiétude à ce sujet.

George Russell, Mercedes F1 W15, Max Verstappen, Red Bull Racing RB20

Selon les informations de Motorsport.com, la FIA ne voit aucune raison d'intervenir dans le nouveau feuilleton des ailerons flexibles alors que le sujet est revenu sur la table ces dernières semaines. 

En particulier, la modification par Mercedes du design de son aileron avant, clairement plus flexible qu'auparavant afin de mieux répartir l'appui, a rouvert chez certains concurrents le débat sur ce que les équipes peuvent ou ne peuvent pas faire. La rumeur a même évoqué la possibilité que des réclamations soient déposées à l'encontre de certaines écuries qui exploiteraient des ailerons avant flexibles, à l'image de McLaren et de Red Bull.

Toutefois, en dépit d'une flexibilité claire de ces éléments sur les caméras embarquées, la FIA n'a a priori pas de problème avec ces designs et ne prévoit pas d'aller plus loin sur le sujet pour l'instant. Si les ailerons sont utilisés par les équipes, c'est qu'ils ont déjà passé les tests de flexibilité menés par l'instance, à savoir des tests statiques de charge de ces éléments dans les garages pour s'assurer qu'ils ne plient pas excessivement. Dans l'immédiat, il n'y aura donc pas de modification ou d'ajustement de ces tests.

Lire aussi :

Cette position de la FIA s'inscrit plus globalement dans le fait que les écuries ont découvert que la flexibilité des éléments aérodynamiques de l'aileron avant permettait de mieux gérer l'équilibre aérodynamique des voitures à effet de sol. En effet, à mesure que les éléments de l'aileron avant ploient sous la charge aéro, l'appui est réduit sur l'avant de la monoplace dans les sections à haute vitesse, ce qui favorise un meilleur équilibre dans les virages et plus de vitesse dans les lignes droites. 

Ingénieur performance chez Ferrari, Jock Clear a expliqué que l'exploitation des avantages de la flexibilité était quelque chose d'essentiel pour les écuries : "Il ne fait aucun doute qu'il faut le faire pour être rapide, si vous voyez ce que je veux dire. Nous explorons tout ce qui est à notre disposition dans le cadre des règles. Donc cela ne semble pas différent pour un aileron avant, un aileron arrière, un plancher ou quoi que ce soit d'autre. Il s'agit simplement d'un développement."

George Russell, Mercedes F1 W15, Max Verstappen, Red Bull Racing RB20, Lando Norris, McLaren MCL38, Oscar Piastri, McLaren MCL38, au départ du GP du Canada.

George Russell, Mercedes F1 W15, Max Verstappen, Red Bull Racing RB20, Lando Norris, McLaren MCL38, Oscar Piastri, McLaren MCL38, au départ du GP du Canada.

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

Si l'attention s'est beaucoup focalisée sur Mercedes ces derniers temps, Toto Wolff, le directeur de l'écurie, estime qu'il s'agit surtout d'une réalité globale : "Les ailerons avant jouent un rôle important aujourd'hui, c'est clair. L'élasticité aéro joue un rôle important, mais les planchers aussi. Je pense qu'il s'agit toujours d'une combinaison de ces éléments."

"Vous pouvez avoir un aileron avant qui fléchit comme une banane et qui passe le test, mais le reste de la voiture ne fonctionnera tout simplement pas correctement en matière d'interaction. Je pense que tout le monde essaie de repousser les limites et de respecter le règlement."

"Ce que nous avons pu faire au cours des trois dernières courses, c'est surtout sur l'aspect positif, où nous pensons avoir fait un grand pas, et tous les éléments aérodynamiques qui sont arrivés depuis. Peut-être que nous avons juste été très à l'opposé de ce que nous aurions dû être sur les ailerons, les planchers et tout cela."

Lire aussi :

S'il a été suggéré que Red Bull avait contacté la FIA sur l'aileron Mercedes, Helmut Marko, le conseiller de la marque, a assuré que ce n'était pas le cas au micro de Motorsport.com : "Nous ne nous sommes pas plaints, mais nous l'avons remarqué. Si la voiture est tellement plus rapide dans les lignes droites, on peut comprendre d'où cela vient. Mais elle a passé la vérification technique, donc c'est bon."

"Ça a toujours été un problème et presque toutes les équipes sont concernées à un moment ou à un autre ", a-t-il ajouté. "Parfois, certaines équipes en accusent d'autres, et ensuite celles qui sont derrière accusent les autres et disent qu'elles ne sont pas dans le coup. C'est un jeu normal depuis que je suis en Formule 1 et il en a toujours été ainsi."

Avec Ronald Vording et Jonathan Noble

VIDÉO - La vie chez Ferrari - Interview exclusive avec Frédéric Vasseur

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les évolutions Red Bull en Espagne sont plus importantes qu'annoncé
Article suivant Un incendie touche le motorhome McLaren F1 à Barcelone

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France