Contenu spécial

Quand Russell refusait une offre de BMW malgré l'inconnue Mercedes

Si George Russell évolue avec Mercedes en Formule 1, son destin aurait pu être tout autre.

George Russell

Dans un monde parallèle, George Russell vient de passer sept saisons en DTM avec BMW. C'est ce qui aurait pu se produire à l'issue de la saison 2015 de F3 Europe, conclue par le rookie anglais au sixième rang. Auteur d'une saison convaincante sur une grille de plus de 30 monoplaces où l'on retrouvait également Antonio Giovinazzi, Charles Leclerc, Lance Stroll et Alexander Albon, Russell aurait bien pu rejoindre le constructeur à l'hélice dans le championnat allemand de voitures de tourisme, mais une proposition pourtant peu concrète de Mercedes a tout changé…

"En 2015, j'ai eu une offre de BMW pour courir en DTM", révèle Russell dans un podcast avec le magazine Motor Sport. "J'ai fait un test avec BMW en décembre à Jerez, ils ont envoyé un de leurs pilotes d'usine [Tom Blomqvist, ndlr] comme référence. Nous avons finalement été plus rapides que la référence. Mercedes faisait le rookie test avec son propre pilote d'usine et ses rookies, Audi y participait également."

"Tout le monde voyait les chronos – ce n'était pas public, mais en privé, on voyait le meilleur temps du jour. Il y avait un ingénieur qui était passé de BMW à Mercedes et qui était peut-être assez influent. 'Ce gars va être rapide, il faut le faire signer'. J'avais le contrat de BMW sur la table, j'étais presque prêt à le signer, et c'est là que j'ai eu le coup de fil de Gwen Lagrue [responsable du programme de jeunes pilotes Mercedes, ndlr] en janvier 2016. J'étais dans le bain ! C'est là que ça a commencé."

George Russell, Carlin Dallara F312 Volkswagen

George Russell (Carlin) en 2015

George Russell n'était pas parti sur les meilleures bases qui soient avec Toto Wolff. En 2015, il avait refusé de courir pour Mücke Motorsport avec les groupes propulseurs Mercedes, jugeant l'équipe trop peu compétitive, et avait signé avec l'écurie de ses compatriotes, Carlin. Cette dernière était motorisée par Volkswagen, dont un certain Jost Capito était le directeur de la compétition. "Je pense que tu prends la mauvaise décision", aurait répondu Wolff à Russell d'après l'intéressé. L'Autrichien n'était pas rancunier, mais le dilemme qui s'est présenté un an plus tard était néanmoins cornélien.

"C'était absolument clair pour Mercedes : 'Si tu signes avec BMW, il n'y aura pas d'opportunité avec Mercedes à l'avenir'", souligne Russell. "L'accord proposé par Mercedes était une option : 'Cours en Formule 3 une année de plus avec une écurie soutenue par Mercedes – qui était Hitech –, tu vas venir faire tout le travail de simulateur pour Mercedes F1, on verra comment tu te débrouilles, on verra tes performances en piste et en dehors, et on décidera en octobre si on te prend. Il y a une chance qu'on ne te prenne pas, il y a une chance qu'on te prenne. Mais si tu signes le contrat BMW, c'est fini'."

"J'avais donc ce contrat avec BMW sur la table pour courir en DTM, qui était probablement le meilleur championnat après la F1 à l'époque. J'avais 17 ans, on me proposait beaucoup d'argent, c'était très étonnant ! C'est arrivé si soudainement après ce test, qui s'était incroyablement bien passé. Le contrat était sur la table trois jours plus tard. Je n'avais pas encore communiqué avec des équipes de F1. Les discussions avec Toto étaient positives, mais je n'étais pas sûr que ça mène à quelque chose. Il fallait prendre une décision."

"Mercedes m'a appelé tout d'un coup, mais ils ne me proposaient rien de concret. Il fallait que je prenne un risque avec eux. Il était possible qu'ils changent d'avis et disent 'désolé', et la porte BMW aurait été fermée aussi. Mais la grande différence, c'est que Mercedes, c'était la Formule 1, et BMW, c'était le DTM. J'avais 17 ans, et il fallait prendre ce risque. Si ça n'avait pas marché, je le regretterais peut-être, mais ça a marché."

George Russell, HitechGP, Dallara F312 - Mercedes-Benz

George Russell (Hitech GP) en 2016

Russell a donc refusé de rejoindre le DTM avec BMW et a rempilé en F3 Europe avec la nouvelle écurie Hitech GP, cette fois propulsé par des moteurs Mercedes. Il a pris la troisième place du championnat, derrière deux pilotes Prema, Lance Stroll et Maximilian Günther, et juste devant un troisième représentant de l'écurie italienne, Nick Cassidy. C'était suffisant pour convaincre la marque à l'étoile. "Mercedes était parfaitement conscient d'à quel point les Prema dominaient tout le reste de la grille", précise l'Anglais.

Ainsi, Russell a officiellement rejoint le programme de jeunes pilotes Mercedes en janvier 2017 avant de remporter coup sur coup, en tant que rookie, les titres de GP3 et de Formule 2, et de réaliser trois saisons de Formule 1 convaincantes avec Williams. De quoi lui ouvrir les portes de l'écurie octuple Championne en titre, avec laquelle il a réalisé des premiers pas remarquables et remarqués, devançant son redoutable coéquipier Lewis Hamilton au championnat.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Planchers : des astuces mais pas de tricherie selon la FIA
Article suivant Aston Martin : Être client Mercedes n'est pas un désavantage

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France