Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list

Alors que le plateau 2021 de Formule 1 se précise, Haas F1 Team n'a que l'embarras du choix pour son duo de pilotes. Günther Steiner s'en frotte les mains.

Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list

C'est désormais officiel, Sebastian Vettel a signé chez Racing Point (qui deviendra Aston Martin) pour la saison 2021 de Formule 1. Avec le transfert de l'Allemand, c'est une nouvelle pièce du puzzle qui est posée, avec un véritable jeu de chaises musicales : Alonso remplace Ricciardo, qui remplace Sainz, qui remplace Vettel, qui remplace Pérez… mais où ira ce dernier ?

Lire aussi :

De manière réaliste, Haas et Alfa Romeo sont les deux seules écuries où demeurent des baquets vacants, soit quatre places à prendre pour un grand nombre de pilotes sur les rangs. On imagine bien que Sergio Pérez et Nico Hülkenberg sont candidats, tout comme les actuels pilotes Haas que sont Romain Grosjean et Kevin Magnussen, sans oublier les protégés de Ferrari qui caracolent en tête du championnat de Formule 2 : Callum Ilott, Mick Schumacher et Robert Shwartzman. Car ces deux écuries sont motorisées par le cheval cabré…

Quoi qu'il en soit, aucune option n'est pour l'instant exclue par la structure américaine. "Nous discutons avec tout le monde", confie le directeur d'équipe Günther Steiner. "Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de baquets libres en ce moment de toute façon, cela joue en ma faveur."

"Tous ceux qui sont sur le marché sont envisagés. Je vous l'ai déjà dit. Nous posons tout sur la table et nous regardons ce que nous voulons. Mais c'est une question de principes. Que voulons-nous faire ? Voulons-nous conserver nos pilotes actuels ? Voulons-nous des pilotes expérimentés ? Voulons-nous commencer avec de jeunes pilotes ? Voulons-nous faire un mélange ? Tout est possible. Rien ne change. [La liste] se rallonge de jour en jour, c'est bien pour nous, car nous avons le choix. Et c'est toujours bien d'avoir le choix."

Une liste composée de "près de dix" pilotes, précise Steiner. "C'est pourquoi vous me voyez très calme. Parce qu'il n'y a que 20 baquets [en F1], et nous avons dix pilotes potentiels qui pourraient faire le job ; c'est bien. Dont deux qui sont déjà chez nous."

Romain Grosjean, Haas VF-20, Kevin Magnussen, Haas VF-20

Est alors posée à l'Italien une question judicieuse : "Vous avez là un pilote expérimenté, qui a encore un âge dans la moyenne en Formule 1, qui a donc un long avenir devant lui, qui apporte historiquement du budget, qui obtient historiquement des résultats. Ne remplit-il pas tous les critères pour une écurie dans votre position ?" Question qui fait évidemment référence à Sergio Pérez, auteur de bons résultats avec Force India/Racing Point depuis 2014 et notamment d'un certain nombre de podiums, quand Haas est actuellement coincé en fond de grille.

"Je ne sais pas", répond un Steiner prudent. "Il y a beaucoup de pilotes qui correspondent également aux critères, il n'y a pas que lui. Il y a beaucoup de pilotes qui ont autant d'expérience. J'ai beaucoup de respect pour Checo, vous savez ce qu'il a accompli. Comme on l'a toujours dit pour Sebastian [Vettel] également, ce serait dommage que la Formule 1 le perde. Pareil avec Nico Hülkenberg, qui n'est pas là. Ce sont tous de bons pilotes. Je ne sais pas ce que nous allons faire, il y a beaucoup d'options."

Quid de Grosjean ?

Dans ce contexte, l'avenir de Romain Grosjean en Formule 1 s'assombrit quelque peu. Le Français n'a toujours pas marqué le moindre point cette saison et fait donc face à une forte concurrence pour son baquet. Les négociations entre Haas et lui n'auraient pas encore commencé, mais son discours semble déjà avoir évolué avec une ouverture possible vers d'autres horizons.

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé s'il a établi une date limite pour définir son avenir, Grosjean répond : "Non, pas encore. Pas de stress à ce niveau-là. On verra comment les choses évoluent, quelles sont mes envies futures, quels sont les challenges qui m'intéressent dans le futur."

Cependant, alors que nous évoquons l'apprentissage des jeunes pilotes en formules de promotion, Grosjean ne manque pas de souligner que ces championnats désormais complètement monotypes sont devenus moins formateurs d'un point de vue technique. Ainsi, il ajoute : "Je pense que pour une équipe, avoir deux jeunes pilotes qui arrivent, ce serait se tirer une balle dans le pied." Nous ne pouvons alors nous empêcher de faire remarquer que Günther Steiner a récemment déclaré que la possibilité d'un duo de rookies n'était pas exclue. La réaction de Grosjean est sans équivoque : "Eh bien bonne chance !"

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Article précédent

Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Article suivant

Sacrifier Pérez pour Vettel : une nécessité autant qu'une volonté

Sacrifier Pérez pour Vettel : une nécessité autant qu'une volonté
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021