Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list

Alors que le plateau 2021 de Formule 1 se précise, Haas F1 Team n'a que l'embarras du choix pour son duo de pilotes. Günther Steiner s'en frotte les mains.

Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list

C'est désormais officiel, Sebastian Vettel a signé chez Racing Point (qui deviendra Aston Martin) pour la saison 2021 de Formule 1. Avec le transfert de l'Allemand, c'est une nouvelle pièce du puzzle qui est posée, avec un véritable jeu de chaises musicales : Alonso remplace Ricciardo, qui remplace Sainz, qui remplace Vettel, qui remplace Pérez… mais où ira ce dernier ?

Lire aussi :

De manière réaliste, Haas et Alfa Romeo sont les deux seules écuries où demeurent des baquets vacants, soit quatre places à prendre pour un grand nombre de pilotes sur les rangs. On imagine bien que Sergio Pérez et Nico Hülkenberg sont candidats, tout comme les actuels pilotes Haas que sont Romain Grosjean et Kevin Magnussen, sans oublier les protégés de Ferrari qui caracolent en tête du championnat de Formule 2 : Callum Ilott, Mick Schumacher et Robert Shwartzman. Car ces deux écuries sont motorisées par le cheval cabré…

Quoi qu'il en soit, aucune option n'est pour l'instant exclue par la structure américaine. "Nous discutons avec tout le monde", confie le directeur d'équipe Günther Steiner. "Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de baquets libres en ce moment de toute façon, cela joue en ma faveur."

"Tous ceux qui sont sur le marché sont envisagés. Je vous l'ai déjà dit. Nous posons tout sur la table et nous regardons ce que nous voulons. Mais c'est une question de principes. Que voulons-nous faire ? Voulons-nous conserver nos pilotes actuels ? Voulons-nous des pilotes expérimentés ? Voulons-nous commencer avec de jeunes pilotes ? Voulons-nous faire un mélange ? Tout est possible. Rien ne change. [La liste] se rallonge de jour en jour, c'est bien pour nous, car nous avons le choix. Et c'est toujours bien d'avoir le choix."

Une liste composée de "près de dix" pilotes, précise Steiner. "C'est pourquoi vous me voyez très calme. Parce qu'il n'y a que 20 baquets [en F1], et nous avons dix pilotes potentiels qui pourraient faire le job ; c'est bien. Dont deux qui sont déjà chez nous."

Romain Grosjean, Haas VF-20, Kevin Magnussen, Haas VF-20

Est alors posée à l'Italien une question judicieuse : "Vous avez là un pilote expérimenté, qui a encore un âge dans la moyenne en Formule 1, qui a donc un long avenir devant lui, qui apporte historiquement du budget, qui obtient historiquement des résultats. Ne remplit-il pas tous les critères pour une écurie dans votre position ?" Question qui fait évidemment référence à Sergio Pérez, auteur de bons résultats avec Force India/Racing Point depuis 2014 et notamment d'un certain nombre de podiums, quand Haas est actuellement coincé en fond de grille.

"Je ne sais pas", répond un Steiner prudent. "Il y a beaucoup de pilotes qui correspondent également aux critères, il n'y a pas que lui. Il y a beaucoup de pilotes qui ont autant d'expérience. J'ai beaucoup de respect pour Checo, vous savez ce qu'il a accompli. Comme on l'a toujours dit pour Sebastian [Vettel] également, ce serait dommage que la Formule 1 le perde. Pareil avec Nico Hülkenberg, qui n'est pas là. Ce sont tous de bons pilotes. Je ne sais pas ce que nous allons faire, il y a beaucoup d'options."

Quid de Grosjean ?

Dans ce contexte, l'avenir de Romain Grosjean en Formule 1 s'assombrit quelque peu. Le Français n'a toujours pas marqué le moindre point cette saison et fait donc face à une forte concurrence pour son baquet. Les négociations entre Haas et lui n'auraient pas encore commencé, mais son discours semble déjà avoir évolué avec une ouverture possible vers d'autres horizons.

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé s'il a établi une date limite pour définir son avenir, Grosjean répond : "Non, pas encore. Pas de stress à ce niveau-là. On verra comment les choses évoluent, quelles sont mes envies futures, quels sont les challenges qui m'intéressent dans le futur."

Cependant, alors que nous évoquons l'apprentissage des jeunes pilotes en formules de promotion, Grosjean ne manque pas de souligner que ces championnats désormais complètement monotypes sont devenus moins formateurs d'un point de vue technique. Ainsi, il ajoute : "Je pense que pour une équipe, avoir deux jeunes pilotes qui arrivent, ce serait se tirer une balle dans le pied." Nous ne pouvons alors nous empêcher de faire remarquer que Günther Steiner a récemment déclaré que la possibilité d'un duo de rookies n'était pas exclue. La réaction de Grosjean est sans équivoque : "Eh bien bonne chance !"

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Article précédent

Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Article suivant

Sacrifier Pérez pour Vettel : une nécessité autant qu'une volonté

Sacrifier Pérez pour Vettel : une nécessité autant qu'une volonté
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021