Hülkenberg : "C'est comme tirer un parachute désormais"

Le pilote Renault a évoqué l'incidence des changements de réglementation, particulièrement au niveau de l'aileron arrière, qui entraîne une augmentation de la traînée aérodynamique.

Hülkenberg : "C'est comme tirer un parachute désormais"
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19 en tête-à-queue
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19 en tête-à-queue
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 19

Nico Hülkenberg a bouclé lundi matin sa première séance d'essais au volant de la nouvelle Renault R.S.19. Pour l'Allemand, qui entame sa troisième saison avec le Losange, tout s'est déroulé sans accroc avec à la clé 65 tours couverts et aucun ennui majeur. Avant de laisser le volant à son nouveau coéquipier Daniel Ricciardo, il a tiré un premier bilan de ses sensations, visiblement sans bouleversement par rapport à l'année dernière.

"Les premières impressions sont bonnes, je dirais que tout va bien pour le moment", résume Hülkenberg. "La voiture a roulé sans gros problème ce matin, 65 tours. Je pense que ce sont des débuts convenables. Ce n'est pas comme si c'était un animal complètement différent, vous savez, c'était plutôt comme rentrer à la maison. Pour moi, ça n'a pas tellement changé. Par exemple, nous avons le même volant, la position de conduite est très similaire, alors je ne m'attendais peut-être pas à une immense différence."

"C'est difficile de juger la nouvelle réglementation aéro et d'anticiper les sensations, mais pour le moment ce n'est pas si différent", ajoute l'Allemand avant de se risquer à quelques prédictions. "Ce matin, les zones de freinage étaient extrêmement courtes, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour plonger à côté d'une autre voiture si l'on veut dépasser."

Voir aussi :

Il y a toutefois déjà un point notable. Interrogé sur l'évolution du moteur Renault, Hülkenberg livre une première note d'optimisme. "Je dirais que oui", acquiesce-t-il au sujet de l'augmentation de puissance. Mais les modifications aérodynamiques altèrent en partie le jugement. "D'un autre côté, nous avons beaucoup plus de traînée avec un gros aileron arrière, alors évidemment… ça affecte la sensation de vitesse", explique-t-il. "Dans les lignes droites, c'est comme tirer un parachute désormais, et on voit cet énorme aileron arrière dans les rétroviseurs. Il a bien sûr une incidence sur la sensation de puissance."

En ce qui concerne les pneumatiques, dont l'intégralité de la gamme Pirelli peut être testée cette semaine selon le bon vouloir des écuries, la réserve reste en revanche de mise. "Nous avions vu à Abu Dhabi pendant les tests pneumatiques que la gamme était un petit peu différente, mais nous savons que Barcelone est toujours rude avec les pneus", prévient Hülkenberg. "Ça peut être mauvais pour le graining ici, avec une usure élevée. Mais rien ne sort de l'ordinaire pour le moment."

Le pilote Renault reprendra la piste mardi après-midi, Daniel Ricciardo étant affecté au programme de la matinée. "L'équipe a beaucoup progressé chaque année, et je n'ai jamais vu Renault aussi bon que maintenant", conclut-il. "On dirait que les ingénieurs aéro ont fait du bon travail et trouvé beaucoup d'appui."

partages
commentaires
Tost : "Red Bull sera capable de gagner" cette année
Article précédent

Tost : "Red Bull sera capable de gagner" cette année

Article suivant

Pourquoi les pneus neufs de Pirelli sont désormais brillants

Pourquoi les pneus neufs de Pirelli sont désormais brillants
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021