Thaïlande, Corée du Sud et Indonésie veulent leur GP de F1

Greg Maffei, le PDG de Liberty Media, société propriétaire de la Formule 1, a confié que la Thaïlande, la Corée du Sud et l'Indonésie s'intéressaient à l'organisation d'un Grand Prix dans un avenir proche.

Un drapeau de la Thaïlande

Alors que la F1 cherche à étendre son ancrage en Asie du Sud-Est, Greg Maffei estime que la tenue d'une nouvelle course dans cette région est de plus en plus probable.

En avril, la Formule 1 a fait son retour en Chine pour la première fois depuis 2019, une absence prolongée dans ce pays due à la crise sanitaire et aux mesures de sécurité drastiques prises par le gouvernement chinois durant cette période. Un retour salué chaleureusement par les fans locaux, heureux de supporter leur pilote Guanyu Zhou.

Une délégation thaïlandaise, emmenée par le premier ministre du pays, Srettha Tavisin, s'est récemment déplacée à Imola dans le cadre du Grand Prix d'Emilie-Romagne pour rencontrer les dirigeants de la F1, afin de discuter d'une éventuelle organisation d'un Grand Prix dans les rues de Bangkok. Greg Maffei s'est exprimé sur le sujet, évoquant les autres discussions en cours.

Il y a beaucoup d'intérêt dans toute l'Asie, car de nombreuses villes s'intéressent à nous.

"Nous sommes chanceux d'avoir pu organiser une course en Chine cette année après quatre ans d'absence", a-t-il déclaré. "C'est un grand succès. L'intérêt en Chine a explosé en partie parce que nous avons maintenant un pilote chinois. L'identité culturelle est très importante lorsque les pilotes et les équipes sont originaires d'un pays. C'est pourquoi il est formidable de voir la croissance en Chine."

"Mais il y a beaucoup d'intérêt dans toute l'Asie, car de nombreuses villes s'intéressent à nous. Mais en Asie, comme vous le soulignez à juste titre, la Thaïlande, Séoul et l'Indonésie nous ont fait part de leur intérêt. Il y a beaucoup d'endroits qui veulent une course de Formule 1."

Le circuit de Mandalika accueille déjà le Moto GP.

Le circuit de Mandalika accueille déjà le MotoGP.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Pour mémoire, quatre éditions du Grand Prix de Corée du Sud ont été organisées de 2010 à 2013 sur le circuit de Yeongam, sans que la F1 ne trouve véritablement son public à l'époque. Les autorités coréennes militeraient désormais pour un Grand Prix dans la région d'Incheon, dans le nord du pays, alors que la capitale Seoul a déjà accueilli la Formule E par le passé.

L'Indonésie constituerait en revanche une destination nouvelle pour la Formule 1, alors que le MotoGP se produit déjà sur le nouveau tracé de Mandalika, sur l'île de Lombok, depuis 2022 et que le pays a, lui aussi, déjà accueilli la Formule E.

"Nous cherchons vraiment à savoir où se trouvent nos fans, où ils pourraient se trouver, qui pourrait organiser une grande course, et qui peut réellement se permettre l'organisation d'une course – et toutes les intersections entre ces trois cercles",  a continué Maffei. "Je pense que l'on pourrait très bien voir une deuxième épreuve en Asie du Sud-Est [aux côtés de la Chine]."

L'arrivée d'une nouvelle course en Asie du Sud-Est contraindrait en revanche les dirigeants de la Formule 1 à écarter une épreuve européenne, et c'est le Grand Prix d'Émilie-Romagne qui semble le plus sous la menace de l'arrivée d'une nouvelle course asiatique au calendrier.

Avec Jonathan Noble

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ce que disent les règles si Alpine décide de changer de moteur
Article suivant Norris craint des écarts trop importants entre les équipes en 2026

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France