Kvyat : Avec moi, Gasly a eu "l'exemple vivant que tout est possible"

Alors que Pierre Gasly a vécu une saison de montagnes russes, qui de mieux que Daniil Kvyat pour démontrer que "tout est possible", même quand les choses semblent bien mal embarquées.

Kvyat : Avec moi, Gasly a eu "l'exemple vivant que tout est possible"

Suite au départ de Daniel Ricciardo, annoncé au cœur de l'été 2018, Red Bull a fait confiance à Pierre Gasly et l'a propulsé pilote titulaire de l'écurie principale, aux côtés de Max Verstappen, en 2019. Or, ce qui devait être une opportunité pour le Français d'évoluer aux avant-postes et au plus près des podiums a vite pris une tournure négative. 

Dès les essais hivernaux, Gasly s'est accidenté à deux reprises, endommageant grandement sa monoplace et coûtant surtout en fin de seconde semaine un précieux temps de roulage. Une situation qui n'a pas aidé à la confiance du Champion GP2 2016, déjà peu à l'aise au volant de la RB15, d'autant plus que ses dirigeants n'ont pas manqué de souligner les difficultés liées à ces sorties de piste. La saison n'a ensuite jamais vraiment démarré et, alors que Verstappen enchaînait les podiums en tenant tête aux Ferrari, le Français peinait souvent à se débarrasser d'adversaires aux machines inférieures. Pire, durant la première partie de saison, profitant du regain de forme de sa monoplace, Verstappen a signé deux succès, en Autriche et en Hongrie, quand son équipier traînait sa misère dans la seconde partie du top 10.

Lire aussi :

Durant la trêve estivale, il a alors été décidé par le management de Red Bull de rétrograder le numéro 10 et de le renvoyer chez Toro Rosso, Alex Albon faisant, lui, le chemin inverse. Alors que le risque était à une plus grande démobilisation, Gasly a en fait rebondi en acceptant de se remettre en question tout en profitant d'un environnement connu et dans lequel il a su retrouver ce qui faisait sa force. Le point d'orgue d'une seconde partie de saison globalement très satisfaisante ayant évidemment été le podium du Grand Prix du Brésil.

Kvyat/Gasly, le parallèle des secondes chances

La carrière de Gasly en F1 ressemble par de nombreux aspects à ce qu'a vécu son équipier, Daniil Kvyat. Le Russe, auteur d'une première saison prometteuse avec la petite Scuderia en 2014, avait été promu chez Red Bull en 2015 pour pallier le départ de Sebastian Vettel. Même si la réalité de cette saison offrait une vision plus nuancée du rapport de forces, Kvyat avait terminé aux points devant son équipier Ricciardo, au terme d'une des campagnes les plus compliquées de Red Bull dans les années 2010. Cependant, en 2016, suite à une série d'incidents et d'un manque de performance, il avait été rétrogradé au bout de quatre GP, pour faire place à Verstappen.

La principale différence entre les carrières de Kvyat et Gasly se situe sans doute dans l'après rétrogradation. Si Gasly a donc saisi à pleines dents l'occasion présentée par ce retour aux sources, Kvyat a lui progressivement perdu pied, au point d'être remercié par Toro Rosso et d'être lâché par Red Bull, dans des conditions houleuses, avant même la fin de saison 2017. Pourtant, moins d'un an et demi plus tard, bien aidé par la pénurie de talents estampillés Red Bull dans les formules de promotion, il est revenu en F1 par le biais de Toro Rosso, après avoir notamment occupé le rôle de pilote de simulateur chez Ferrari.

Lire aussi :

Il faudra bien entendu désormais attendre patiemment pour connaître l'évolution des carrières des deux hommes et savoir si l'un comme l'autre auront vraiment tiré parti des nouvelles chances données. Mais pour Kvyat, il est certain que Gasly a pu voir en lui l'exemple d'une situation qui semblait désespérée mais qui s'est finalement retournée. "Je pense que presque tous ceux qui sont passés par cette équipe étaient très talentueux", a déclaré le Russe pour Motorsport.com, quand il a été relevé que le Français et lui étaient dans le même cas, à savoir essayer de décrocher une seconde chance au sein de Red Bull Racing.

"Certains ont été malchanceux au niveau du timing, comme dans mon cas chez Red Bull, où ce n'était pas le moment idéal pour être dans l'équipe. Je ne veux pas vraiment parler pour Pierre, de ce qui lui est arrivé chez Red Bull, ça ne serait pas correct. Mais évidemment, désormais, tout va bien. Il a connu un passage plus court chez Red Bull, et il a eu devant lui l'exemple vivant que tout est possible, même si vous êtes virés par Red Bull."

"C'est bien qu'ils nous aient donné une seconde chance, je pense. Bien sûr, je suis toujours reconnaissant envers Red Bull. Ils ont été très durs avec moi, mais également très bons en même temps. Bien sûr, il y a beaucoup de choses pour lesquelles je suis reconnaissant, et avec un peu de chance la relation va continuer à être très forte l'an prochain."

Et Kvyat de reconnaître bien volontiers que, de nouveau, l'absence de jeune talent capable d'arriver en F1 l'an prochain a joué en faveur des deux hommes, qui courront en 2020 sous les couleurs d'AlphaTauri, une marque de mode du groupe autrichien. "Ouais, parfois le timing est en votre faveur, parfois en votre défaveur. En fin de compte, il s'agit d'essayer d'être patient, de faire son travail et d'être au bon endroit au bon moment. Je ne veux pas réfléchir trop à ma situation actuelle ou passée, c'est juste comme ça. Ça aurait pu ne pas arriver, mais ça a été le cas et j'en suis très heureux."

Propos recueillis par Adam Cooper 

partages
commentaires
Il faudra un "Bottas version 2.77" pour gagner le titre F1

Article précédent

Il faudra un "Bottas version 2.77" pour gagner le titre F1

Article suivant

Bilan 2019 - Vettel, l'ennemi vient de l'intérieur

Bilan 2019 - Vettel, l'ennemi vient de l'intérieur
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021