Formule 1 GP d'Autriche

Leclerc pénalisé sur la grille du sprint

Charles Leclerc a écopé d'une pénalité pour une gêne lors du shootout du Grand Prix d'Autriche 2023 de F1.

Charles Leclerc, Ferrari SF-23

Auteur du sixième temps du shootout, séance de qualifications destinée à former la grille de départ du sprint, Charles Leclerc était sous la menace d'une enquête des commissaires après une gêne potentielle subie par Oscar Piastri dans la dernière portion de la piste composée des rapides virages 9 et 10. Les commissaires ont décidé de sévir, en infligeant au pilote Ferrari trois positions de recul sur la grille ; il s'élancera donc neuvième.

L'incident est survenu dans la SQ1 et avait vu l'Australien se plaindre de la situation à la radio, après avoir trouvé Leclerc très au ralenti en pleine trajectoire. Même si les commissaires ont convenu que le Monégasque n'avait pas eu à sa disposition toutes les informations idéales, ils estiment qu'il aurait tout de même pu faire mieux.

Voici la décision : "Piastri a déclaré qu'à l'approche du virage 9, il a vu que Leclerc roulait lentement et a dû freiner, réduisant sa vitesse d'environ 45 km/h par rapport au tour précédent. Ceci a été vérifié par les commissaires en se référant à la télémétrie de Piastri. Il a été confirmé que Piastri a perdu environ 0,5 seconde dans ce mini secteur (5,3 secondes contre 4,8 secondes)."

"Leclerc a déclaré que le dernier message de son équipe avait eu lieu alors qu'il approchait du virage 4 ("Piastri 6 secondes") et qu'il avait vu Piastri dans ses rétroviseurs alors qu'il était dans le virage 8 et que Piastri était dans le virage 7. Le représentant de Ferrari a déclaré que l'équipe 'aurait pu faire mieux' en communiquant l'approche rapide de Piastri et Leclerc a déclaré : 'Si j'avais été prévenu, j'aurais pu faire quelque chose plus tôt'."

"En conséquence, nous déterminons que, bien que la faute ne soit pas entièrement imputable au pilote et que le manque de communication de l'équipe ait été le principal facteur, une pénalité sur la grille doit être imposée car Piastri a été 'inutilement gêné', parce qu'il ne fait aucun doute que la situation aurait pu être évitée."

"Il convient également de noter que cette pénalité s'applique UNIQUEMENT au sprint et que si le pilote n'est pas en mesure de disputer le sprint [en Autriche], la pénalité sera reportée au sprint suivant (et non au Grand Prix)."

Lire aussi :

Aucune nouvelle n'a été donnée concernant d'éventuelles enquêtes sur les cas de gêne en SQ1 concernant Lewis Hamilton dans un premier temps puis Max Verstappen dans un second, le Néerlandais ayant volontairement poursuivi son effort après un tour lancé pour s'assurer de se placer devant le Britannique, qui entamait son ultime tentative, et ainsi le gêner, a priori pour lui rendre la monnaie de sa pièce après avoir considéré que le pilote Mercedes l'avait gêné dans le dernier virage.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Duels en qualifs : le point au Grand Prix d'Autriche 2023
Article suivant Alonso appelle à changer les règles du shootout du sprint F1

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France