Un resurfaçage à Portimão, où les pneus ne seront pas ménagés

Invité surprise au calendrier 2020 de la Formule 1, le tracé portugais va subir un resurfaçage complet avant d'accueillir le Grand Prix du Portugal.

Un resurfaçage à Portimão, où les pneus ne seront pas ménagés

Choisi pour accueillir la Formule 1 en octobre prochain, une première dans son Histoire, l'Autódromo Internacional do Algarve sera resurfacé d'ici-là, ce qui ne va pas manquer de compliquer le défi. Aucune écurie n'a roulé à Portimão depuis des essais privés organisés en 2009, à l'exception d'un roulage pas forcément pertinent pour George Russell et Nicholas Latifi avec une Mercedes W06 et des pneus de démonstration en avril 2017. 

Lire aussi :

À la recherche d'alternatives pour allonger le calendrier européen suite à la crise du coronavirus, la F1 a conclu un accord pour le retour du Grand Prix du Portugal, programmé le 25 octobre. Un resurfaçage va avoir lieu prochainement et le directeur de course de la F1, Michael Masi, inspectera les lieux à la mi-septembre après ces travaux. Il est aussi question pour le tracé lusitanien d'accueillir la finale du Championnat du monde MotoGP, mais l'annonce n'est pas officielle pour le moment. La nouveauté et le resurfaçage qui s'y ajouten génèrent forcément des complications et du travail pour Pirelli, alors que la piste de Portimão promet d'être très exigeante avec les pneumatiques. 

"Parmi les nouveaux circuits, Portimão est le plus sévère [avec les pneus]", confirme à Motorsport.com Mario Isola, directeur de Pirelli F1. "Il est dur avec les pneus, que ce soit au niveau du tracé ou du tarmac, qui est abrasif. Ils vont resurfacer la piste fin août, ils prévoient de le faire pour la totalité du circuit. L'objectif est d'avoir un asphalte similaire à celui qu'il y a actuellement, mais nous savons qu'il y a toujours des différences entre un ancien et un nouvel asphalte."

"Par exemple, le niveau de bitume qu'il y a au-dessus d'un nouvel asphalte est plus important que sur un ancien. C'est pourquoi nous choisirons les trois composés de gomme les plus durs. Ce n'est pas confirmé mais ça le sera dès que nous serons d'accord avec la FIA. Nous avons le sentiment de devoir y aller avec les composés les plus durs. L'autre point, que nous ne découvrirons qu'une fois à Portimão, c'est qu'avec le nouvel asphalte, nous aurons un bien meilleur niveau d'adhérence et une usure bien moindre. Cela veut dire qu'il y aura beaucoup de chaleur dans le pneu, et les écuries devront gérer ce facteur pendant le week-end."

Portimão n'est pas le seul nouveau circuit au calendrier 2020, qu'ont également intégré le Mugello, Imola et le Nürburgring. Cependant, Pirelli a davantage d'expérience et de données pour ces pistes, où ont eu lieu des essais cette année dans le cas des deux premiers, et où la F1 a couru en 2013 dans le cas du troisième cité. 

"Nous savons que le Mugello est exigeant avec les pneus", prévient Isola. "À la mi-septembre, il peut y faire chaud, donc nous voulons choisir les gommes C1, C2 et C3 pour le Mugello. Imola est un circuit auquel nous sommes habitués, avec beaucoup de courses en GT, le Ferrari Challenge, de nombreux championnats. Nous savons que l'exigence pneumatique y est moyenne. On peut s'attendre à une allocation avec probablement les gommes C2, C3 et C4. Les écuries ont un problème supplémentaire, à savoir que ce sera un Grand Prix sur deux jours, avec moins d'essais libres, donc le temps pour comprendre les réglages de la voiture sera limité. Cela ajouté de l'incertitude et ce peut être une bonne chose pour le spectacle, mais c'est clairement un casse-tête pour les ingénieurs."

"La dernière fois que nous sommes allés au Nürburgring, c'était en 2013, et nous y avions les pneus mediums et tendres. C'est difficile de faire une comparaison car la situation est complètement différente, il n'y avait que deux composés à l'époque, des pneus différents, des voitures différentes. Mais selon nos données, c'est toujours un circuit moyennement exigeant. Il pourrait y faire froid à cette période de l'année. Le C5 est probablement un peu trop extrême, mais une nouvelle fois ce pourrait être avec les gommes C2, C3 et C4."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Nouveau départ pour Williams : les raisons de l'optimisme
Article précédent

Nouveau départ pour Williams : les raisons de l'optimisme

Article suivant

Qualifs - Hamilton terrasse Bottas sur la planète Mercedes

Qualifs - Hamilton terrasse Bottas sur la planète Mercedes
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021