Pourquoi Red Bull a chargé Albon de reconstituer le crash de Silverstone

Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, est revenu sur le fait d'avoir demandé à Alexander Albon de reproduire à Silverstone la trajectoire prise par Lewis Hamilton lors de son contact avec Max Verstappen.

Pourquoi Red Bull a chargé Albon de reconstituer le crash de Silverstone

À la suite de la collision entre Lewis Hamilton et Max Verstappen au premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne, une pénalité de dix secondes avait été infligée au pilote Mercedes. Or, selon Red Bull, cette sanction n'était pas assez forte. En utilisant la droit de révision et en apportant de nouvelles preuves, l'écurie autrichienne a donc tenté de convaincre la FIA de revenir sur sa décision.

Parmi ces preuves se trouvait une reconstitution de la trajectoire prise par le septuple Champion du monde dans des conditions réelles. Car en plus de ses données sur simulateur, Red Bull a tenu à reproduire cette trajectoire sur le circuit de Silverstone avec son pilote d'essai, Alexander Albon, dans le cadre d'une journée de tournage avec la RB15 de 2019. Comme l'a expliqué Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, l'écurie cherchait à prouver que Hamilton n'aurait pas réussi à franchir le virage Copse en conservant sa vitesse et sa trajectoire.

"Le test a été planifié en amont parce que c'était une journée de tournage promotionnel avec une voiture vieille de deux ans, donc cela ne rentrait pas dans le cadre du budget [plafonné]", a tout d'abord tenu à préciser Horner, avant d'ajouter : "C'était un moyen de garder notre pilote d'essai affûté, la journée était prévue depuis un certain temps mais elle n'a pas été organisée spécifiquement pour la reconstitution. Nous avons demandé à Alex de prendre une ligne similaire pour comparer les simulations sur la trajectoire et le point de freinage à prendre. Nous n'avons pas pu atteindre la vitesse de Lewis."

Lire aussi :

En dépit de nouvelles preuves apportées au dossier lors d'une audience réunissant des membres des deux équipes impliquées dans l'accident ainsi que les mêmes commissaires ayant été mobilisé à Silverstone, il a été décidé de ne pas rouvrir d'enquête sur la pénalité de Hamilton, scellant par la même occasion sa victoire en Grande-Bretagne. Une décision que Horner a accepté.

"Après avoir examiné l'accident, nous avons estimé qu'il y avait des données qui n'étaient pas disponibles au moment où les commissaires ont pris leur décision", a-t-il poursuivi. "Nous avons donc présenté ces données aux délégués. Ils nous ont accordé une audience où nous avons pu parler du positionnement et de la vitesse des voitures, du fait que Lewis aurait dû freiner 23 mètres plus tôt pour pouvoir prendre le virage, du fait que Max était sur une trajectoire identique à celle de Charles Leclerc, du fait que la manœuvre de Lewis sur Charles aurait finie de la même façon s'il n'avait pas changé son approche."

"Les commissaires ont estimé que ce n'étaient pas de nouvelles preuves dans les limites du règlement. Nous acceptons cette décision. Dans ce championnat, tout se joue sur de petits écarts et il ne faut rien laisser au hasard. Bien sûr, lorsqu'un accident se produit à une telle vitesse et avec un tel impact, il est évident que l'on va mener une enquête approfondie. Mais en ce qui nous concerne, le chapitre est maintenant clos, les commissaires ont rendu leur décision, et nous allons maintenant nous concentrer sur ce week-end et sur la suite du championnat."

Peu après la décision finale des commissaires, Mercedes a publié un communiqué accusant Red Bull de chercher à "ternir le nom et l'intégrité sportive de Lewis Hamilton". Horner a démenti ces accusations et a précisé que les récentes actions de l'équipe n'auraient pas été différentes si un autre pilote avait été impliqué dans l'accident de Silverstone. 

"Je pense que la réaction de Mercedes est un peu hostile mais je n'y attache pas trop d'importance. Il n'y a jamais rien eu de personnel. Il s'agit des événements qui se sont produits et d'une rivalité entre deux gars, ce n'est pas personnel. Si cela avait été n'importe quel autre pilote, la réaction aurait été identique. J'ai donc été un peu surpris par les commentaires de Mercedes, mais tout cela est derrière nous. Nous nous concentrons sur la piste et nous allons essayer de construire sur les bases des Qualifications Sprint à Silverstone."

partages
commentaires
Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull
Article précédent

Les mystères soulevés par le rejet de la requête de Red Bull

Article suivant

Red Bull s'est séparé d'un employé après des messages racistes

Red Bull s'est séparé d'un employé après des messages racistes
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021