Sainz a "une offre lucrative d'Audi" que Red Bull "ne peut pas égaler"

Helmut Marko affirme qu'Audi a fait une offre à Carlos Sainz que Red Bull ne peut pas concurrencer financièrement.

Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing et Carlos Sainz, Scuderia Ferrari

Photo de: Simon Galloway / Motorsport Images

Deux semaines après avoir assuré qu'Audi faisait "pression sur le marché des transferts" en Formule 1, Helmut Marko a appuyé son propos avant le Grand Prix de Chine. Le consultant spécial de Red Bull affirme ainsi que Carlos Sainz dispose d'un pont d'or pour rejoindre la marque aux anneaux dès 2025, alors que l'Espagnol ne sera pas conservé par Ferrari pour laisser sa place à Lewis Hamilton.

Auteur d'un excellent début de saison, le vainqueur du récent Grand Prix d'Australie a paradoxalement vu sa cote grimper en flèche ces dernières semaines. Chez Red Bull, on a reconnu que le profil de l'ancien pensionnaire du Junior Team ne pouvait pas être ignoré, malgré une tendance qui, pour l'heure, paraît favorable à un maintien de Sergio Pérez.

Dans un entretien accordé au journal autrichien Kleine Zeitung, Helmut Marko évoque une offre XXL formulée par Audi pour attirer Carlos Sainz dès l'année prochaine, ce qui impliquerait une année de transition dans l'équipe Stake F1 avant l'engagement officiel du constructeur allemand.

"Nous discutons avec lui, il réalise sa meilleure saison en F1, mais il a une offre très lucrative d'Audi, que nous ne pouvons pas égaler ou battre", avance-t-il. "Mais nous le connaissons depuis son passage chez Toro Rosso, à l'époque où il pilotait avec Max [Verstappen]. À l'époque, ça lui a vraiment fait du mal quand nous avons choisi Verstappen chez Red Bull et pas lui."

"Toutes les options sont viables" pour Sainz

Carlos Sainz, jeudi dans le paddock de Shanghai.

Carlos Sainz, jeudi dans le paddock de Shanghai.

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Dans le paddock de Shanghai ce jeudi, Carlos Sainz s'est quant à lui montré très détendu en évoquant son avenir en Formule 1, décrivant une situation encore très ouverte et nécessitant peut-être aussi une part de risque dans l'optique de la révolution réglementaire programmée pour 2026.

"Il est certain que mes meilleures options sont encore ouvertes, ce qui est positif et demande évidemment un peu de temps compte tenu de la situation du marché", explique-t-il. "Il faudra un peu de temps pour que tout le monde se fasse se propre idée et prenne des décisions, mais les bonnes options sont toujours sur la table. Il n'y a pas eu d'avancées au cours des deux dernières semaines, il n'y a donc rien à signaler."

"Naturellement, plus vite les choses évoluent, mieux c'est. Ce n'est pas comme si ça affectait mes performances cette année, mais plus vite on se sort l'esprit de cette situation, mieux c'est. Mais il faut du temps et il faut prendre des décisions. Dans l'immédiat, il faut laisser faire les choses et voir comment elles évoluent."

"Aujourd'hui, toutes les options sont viables pour moi. Je dois donc toutes les prendre en compte. [...] Il est impossible de savoir maintenant qui fera les choses bien pour 2026. Si quelqu'un gagne en 2026, selon moi ce ne sera pas grâce à un choix intelligent mais parce qu'il se trouvera au bon endroit au bon moment. En ce qui concerne 2025, mon avis est qu'avec le niveau que je montre actuellement, être dans une voiture compétitive serait très attrayant pour moi. Mais encore une fois, ça ne dépend pas de moi et il faut encore attendre."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La pilote junior Mercedes Doriane Pin intensifie son programme 2024
Article suivant Hamilton n'a "pas besoin de justifier" son choix de rejoindre Ferrari

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France