"Souk", "marché", "offre" : la surprenante négociation radio à Djeddah

Le Grand Prix d'Arabie saoudite a été marqué par une scène qui a énormément surpris, lorsque la direction de course a fait une "offre" à Red Bull pendant un drapeau rouge pour éviter une potentielle pénalité.

Il y aura beaucoup à dire et à écrire sur ce qui s'est passé dimanche soir lors du Grand Prix d'Arabie saoudite. Parmi les événements qui ont marqué les esprits, avant d'autres incidents tout aussi polémiques, l'inversion des positions pour constituer la grille de départ du deuxième restart a suscité de nombreuses interrogations.

Tout est parti du premier restart, où Max Verstappen a récupéré la première place qu'il venait de perdre aux dépens de Lewis Hamilton en passant hors piste au premier virage, Esteban Ocon s'intercalant entre les deux prétendants au titre. Un carambolage dans le peloton a très vite entraîné le deuxième drapeau rouge du Grand Prix et la direction de course a alors fait une "offre" à Red Bull Racing.

Michael Masi a proposé à l'écurie autrichienne de placer Max Verstappen en troisième position, derrière Esteban Ocon (en pole) et Lewis Hamilton, afin d'éviter de porter l'affaire devant les commissaires. Les échanges entre le directeur de course et Jonathan Wheatley, directeur sportif de Red Bull, ont été diffusés en quasi direct à la télévision et ont surpris. Y compris dans l'écurie de Milton Keynes. "C'était un peu comme être au souk, c'était inhabituel", s'étonne Christian Horner, directeur de Red Bull. "Je n'avais jamais connu ça auparavant."

Également concernée directement par cette "offre", l'écurie Alpine a elle aussi été interloquée par ce procédé, décrit avec des termes relativement similaires par son directeur exécutif, Marcin Budkowski.

"C'était une discussion assez surréaliste entre Michael et Jonathan, c'était comme être au marché du coin, en échangeant une position contre une pénalité", explique-t-il à Motorsport.com. "Nous nous sommes retrouvés en pole, mais c'était inhabituel. Je suppose que ça arrive pendant une course, pas nécessairement du troc, mais une discussion où l'on vous conseille de rendre une position. Et si vous ne le faites pas, ça peut aller chez les commissaires et se transformer en pénalité. J'imagine que ce n'est pas très différent, mais c'est assez excitant de voir ça pendant un drapeau rouge, et un peu surréaliste."

Rien d'inhabituel selon Michael Masi

Après le Grand Prix, Michael Masi a donné des explications sur ce que certains ont interprété comme étant un marchandage, assurant qu'il s'agissait d'une "discussion tout à fait normale qui se produit régulièrement et à plusieurs reprises" entre la direction de course et les écuries.

Le deuxième départ du Grand Prix d'Arabie saoudite.

Le deuxième départ du Grand Prix d'Arabie saoudite.

"Je ne dirais pas que c'est un deal", précise-t-il. "En tant que directeur de course, je n'ai pas le pouvoir de donner des instructions eux équipes. Dans cette situation, je peux leur faire une offre, leur donner la possibilité de le faire, mais le choix leur appartient. Les commissaires sont évidemment habilités à donner des pénalités, mais je peux leur donner mon point de vue, c'est pourquoi j'ai proposé [à Red Bull] de renoncer à cette position."

"Quand j'ai vu ce qui s'était passé au virage 2, j'ai immédiatement fait savoir aux commissaires que j'allais donner à l'équipe la possibilité de rendre cette position. Le drapeau rouge a suivi très rapidement et c'était la priorité absolue avant de reprendre la course. Puisque la course était suspendue, il y avait la possibilité de corriger ça efficacement avant de courir à nouveau."

Malgré les discussions habituelles auxquelles Michael Masi fait référence, il ne fait aucun doute que les échanges radio dans ce cas de figure ont surpris toutes les écuries. Car c'est également le cas chez Mercedes, où Toto Wolff estime qu'il faudra se pencher sur le procédé à l'avenir.

"C'était une situation nouvelle pour nous aussi", assure le directeur de l'écurie allemande. "Nous avons perdu la position après une manœuvre très rude aux virages 1 et 2. Après, ils ont dit que nous devions inverser les positions. Nous devons analyser ça. Je crois que Michael Masi était très occupé avec les débris, les accidents. Mais vu de l'extérieur, il y a certainement des leçons à tirer."

Lire aussi :

partages
commentaires
Wolff espère que la F1 saura gérer les "répercussions" de Djeddah
Article précédent

Wolff espère que la F1 saura gérer les "répercussions" de Djeddah

Article suivant

Haas en manque de pièces après le double crash de Djeddah

Haas en manque de pièces après le double crash de Djeddah
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021